AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 stay. - (niels & bobby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
it's so hard to leave until you leave. then it's the easiest goddamned thing in the world
✤ en ville depuis le : 10/07/2014
✤ post-envoyés : 808
✤ pseudo/prénom : winged syrius. / Emilie.
✤ célébrité : Sarah Paulson.
✤ objets :
Ce qu'elle a du abandonner à l'entrée du bunker:
sac de sport en bandoulière:
 

+ une hache récupérée dans le hall d'un immeuble après avoir brisé"la glace d'urgence", mais qui risque de ne plus tenir très longtemps.

✤ crédits : Avatar par sugar slaughter & signature de narnienne.

✤ âge : Trente-deux ans.
✤ statut : Amnésique... Elle pourrait être mariée ou veuve, elle ne s'en souviendrait même plus...
✤ humeur : Détruite.


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: Zéro, enfin, depuis son amnésie. Pour sa vie d'avant, elle n'en a pas la moindre idée.
✤ nombre de rôdeurs tués: Elle ne compte pas, à quoi cela pourrait-il servir?
✤ relations:

MessageSujet: stay. - (niels & bobby)   Mar 31 Mar - 21:38


"I did not become heartless, I just became smarter. My happiness will not depend on someone else. Not anymore."
Le lâche et l'amnésique


C'est la merde. Bobby est dans la merde jusqu'au cou. Et ça monte encore. Caleb est mort, c'est terminé, il est parti. Et elle se retrouve avec un gosse, là, dans son ventre, un gosse qu'elle ne voulait pas, qu'elle n'a jamais voulu. Le pire dans tout ça, c'est qu'il y a des personnes compétentes en médecine ici, des personnes qui auraient pu lui permettre d'avorter, mais ils le lui refusent. Ils estiment la grossesse à cinq ou six mois, alors ils ne veulent pas toucher au bébé, en bons chrétiens qu'ils sont. Un déni de grossesse, c'est vraiment la chose la plus géniale qui puisse arriver pendant une apocalypse. Vraiment. Génial. Mais elle l'a accepté. Ce gosse est en elle, et elle y donnera vie, point barre. Mais pas ici. Quitte à crever dehors en accouchant, elle n'a pas l'intention de faire naître ce bébé dans le Bunker. Elle cherche à s'en aller, par tout les moyens. Elle a peut-être trouvé, d'ailleurs. Sa solution prend la forme de deux filles qui elles aussi veulent quitter cet endroit. Elle va tout faire pour qu'elles réalisent leur plan, et pour qu'elles l'emmènent avec elles. C'est sur la bonne voie, dieu merci. Bientôt, elle dira adieu à ces murs, à ces militaires, à ces hypocrites qui croient offrir un abri qui est en réalité une prison.

Assise dans l'herbe des plantations, elle contemple ce mur qui la sépare de la liberté. Elle est mélangée entre l'envie de pleurer toutes les larmes de son corps et hurler à pleins poumons. Pleurer, parce qu'elle est seule, et que son seul allié est parti, enterré quelque part sous le sol du Bunker. Hurler, parce qu'elle es remplie de haine, contre le monde, contre ce refuge qui n'est est pas un, contre sa grossesse, contre le destin... Elle a envie d'abandonner, parfois, mais elle ne le fait pas. Elle vaut mieux que ça. Elle vaut mieux que ces pimbêches qui se sont faites bouffer au premier jour de l'épidémie, simplement parce qu'elles étaient trop stupides. Bobby en a dans le crâne, et même si certains pourraient penser que c'est une idée totalement suicidaire que de quitter le Bunker, elle sait que c'est la meilleure décision. Dehors, elle sera livrée à elle-même, sans être sous les ordres d'inconnus, et sans être entourée de personnes qu'elle ne connait pas, et qui pourraient se révéler être de vrais psychopathe.

En parlant de psychopathe... Elle entend des pas derrière elle, qui la sortent de ses pensées. Lorsqu'elle tourne la tête, elle voit Niels, l'une de ses connaissances du Bunker. Il a une tête de sournois. C'est la première chose qu'elle a pensé quand elle l'a vu. Oui, c'est vrai, on dirait une expression d'une gamine de treize ans et demi, mais au delà de son physique pas trop vilain, dirons-nous, il a vraiment la tête de quelqu'un qui n'inspire pas confiance. Elle n'arrive pas à trouver pourquoi. C'est peut-être son sourire en coin... Et pourtant elle lui parle plutôt bien, parce qu'au final, elle ne fait plus confiance à qui que ce soit ici, mais tant pis. Il est agréable, c'est l'important. Niels s'assois à côté d'elle, sans trop faire de bruit, ce qui est plutôt surprenant. Elle reste un moment silencieuse, elle aussi, puis rompt le silence. "Faut que je sorte. J'en peux plus. J'ai qu'une envie, c'est de grimper ce putain de mur." avoue t-elle, ses mots sortant très naturellement.  "Mais avec les gardes et leur armes... J'suis pas devin mais j'suis persuadée que je me retrouverai avec une balle dans le dos." dit-elle, renfrognée, contemplant toujours le mur d'un regard perdu. "Mais j'trouverais une solution." dit-elle, persuadée de sa future réussite. Puis elle lâche un soupir, parce que les projets, c'est bien beau, mais en attendant, elle est toujours coincée ici...
AVENGEDINCHAINS

_________________

"Trust me, I won't hurt you"


"I'll never leave you"


"I love you"

his sweetest lies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t606-they-begged-for-a-shee
avatar
✤ en ville depuis le : 28/03/2015
✤ post-envoyés : 46
✤ pseudo/prénom : crooner curves.
✤ célébrité : david anders.
✤ objets : dans son sac, désormais bien rangé sous son oreiller : une vieille casquette à visière plate Rockstar Energy, un paquet de cigarettes, un stylo qui fonctionne une fois sur deux, un calendrier de poche dont il a coché tous les jours depuis le départ, une paire de gants dépareillés, une paire de talkies-walkies hors d'usage, une gourde et un rouleau de bandages.
✤ crédits : crooner curves.

✤ âge : 34 ans.
✤ statut : célibataire.
✤ humeur : nerveux.


MessageSujet: Re: stay. - (niels & bobby)   Mar 31 Mar - 23:06

Je vivai clairement dans un monde où avoir le choix entre croire et se laisser abattre était un luxe que peu de personnes pouvaient se permettre. Et, les gens comme moi - les blaireaux incapables, comprenez - ne font pas partie de la haute caste. Et j'en bouffe encore et encore des horreurs et il faut continuer d'y croire, car c'est la dernière chose qu'il me reste ? Si on admet que les communautés sont pourries jusqu'à la moelle, alors quoi ? Non, le tout, c'est d'y mettre son coeur et ses tripes, figurativement. Alors j'y crois, et si Max y croit aussi
(et Cassidy y croyait aussi, souviens toi)
alors on peut le faire. Peut-être en partie pour les morts - ceux qui le sont pour de bon en tout cas - mais surtout pour nous, les plus ou moins vivants.

Donc, le Bunker. Les fortifications, les plantations, les cuisines, on aurait presque pu se croire en colonie de vacances si on vivait pas dans un cauchemar éveillé. Hell, j'ai même un job - même dans le chaos le plus fini, on ne pouvait pas se passer du sacrosaint Travail et j'étais quasiment certain que si des philosophes étaient encore vivants ils auraient des choses à dire sur le sujet - et une maison, qui l'eut cru. J'étais pas non plus stupide, je savais que c'était seulement la partie visible de l'iceberg et peut-être que la partie submergée était juste noire et pourrie, mais quel genre de personnes veut croire à ces choses là ? Je suis prêt à accepter l'absence de transparence de la hiérarchie et les cachotteries, je veux bien fermer les yeux sur les horreurs individuelles pour croire en ce qu'une communauté peut pondre. Peut-être que je me voile la face mais..

C'est toujours mieux que dehors. J'observe ces murs et l'évidence me frappe, aussi corrompu que puisse l'être un groupe d'humains, aussi fragile que puisse l'être un esprit ravagé par ce qu'il a vécu, c'est mieux que dehors. On peut construire quelque chose ici mais on ne peut pas dehors, je conclus pensivement en shootant un caillou qui se trouvait sur mon chemin. Je le suis du regard alors qu'il rebondit quelques fois, et j'oublie le caillou lorsque j'aperçois une silhouette assise près des plantations. En fait, tout bien vu, c'est la silhouette de Bobby - Bobby qui a perdu quelqu'un aussi durant l'attaque, comme nombre d'entre nous, mais Bobby qui a l'air très seule depuis, et ce quelqu'un devait être tout -. Je m'approche, car je ne peux pas détourner le regard maintenant, et je m'installe à côté d'elle dans un craquement de genou, un grincement de jean et le "ploc" de mes rangers qui s'enfoncent un peu dans la terre. Je lui offre un sourire - l'éternel sourire en coin, l'arme massive ! - et observe le mur, peu certain de comment commencer.

Et puis finalement elle rompt le silence et je me demande si j'ai bien entendu. Alors que je préparais mentalement mon speech sur l'espoir que représentait le bunker, le voilà démonté avant même d'être sorti de mon esprit. Je tourne la tête vers elle, presque suspicieusement, avant que ses mots finissent par avoir du sens. J'en suis déboussolé. "Tu veux aller.." Je regarde le mur, sans comprendre. "Dehors ? Avec les rôdeurs, et les psychopathes. Mais c'est super dangereux, tu peux pas faire ça. Pourquoi tu voudrais faire ça ?" Je fronce les sourcils, perplexe. Je me demande si c'est pas un truc d'hormones, ou d'amnésique, enfin rien de sensé. "J'suis sûr que ça peut fonctionner ici, plus que dehors en tout cas." J'arrive pas à croire ce qui est en train de se passer, vraiment, je savais que des gens étaient sceptiques face aux militaires mais croire qu'ils veulent nous buter plutôt que nous mettre dehors, croire que la survie dehors est mieux qu'ici.. Wow. Bobby n'y croit vraiment plus. Son esprit doit se trouver dans des endroits très sombres en ce moment même, je pensai avec un peu de peine devant tant de noirceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t1059-niels-noguesvocaine-f
avatar
it's so hard to leave until you leave. then it's the easiest goddamned thing in the world
✤ en ville depuis le : 10/07/2014
✤ post-envoyés : 808
✤ pseudo/prénom : winged syrius. / Emilie.
✤ célébrité : Sarah Paulson.
✤ objets :
Ce qu'elle a du abandonner à l'entrée du bunker:
sac de sport en bandoulière:
 

+ une hache récupérée dans le hall d'un immeuble après avoir brisé"la glace d'urgence", mais qui risque de ne plus tenir très longtemps.

✤ crédits : Avatar par sugar slaughter & signature de narnienne.

✤ âge : Trente-deux ans.
✤ statut : Amnésique... Elle pourrait être mariée ou veuve, elle ne s'en souviendrait même plus...
✤ humeur : Détruite.


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: Zéro, enfin, depuis son amnésie. Pour sa vie d'avant, elle n'en a pas la moindre idée.
✤ nombre de rôdeurs tués: Elle ne compte pas, à quoi cela pourrait-il servir?
✤ relations:

MessageSujet: Re: stay. - (niels & bobby)   Jeu 2 Avr - 0:00

"Tu veux aller.." Il s'arrête pendant un moment, comme si quelqu'un l'avait mis sur pause. "Dehors ? Avec les rôdeurs, et les psychopathes. Mais c'est super dangereux, tu peux pas faire ça. Pourquoi tu voudrais faire ça ?" Il a l'air tellement indigné qu'il arrache un sourire à Bobby. Il ne comprend pas, et honnêtement, elle n'en attendait pas moins de lui. Niels semble se plaire ici, et grand bien lui fasse, mais il faut qu'il comprenne que Bobby a besoin de s'en aller, et borné comme il semble l'être, ce n'est franchement pas gagné. "J'suis sûr que ça peut fonctionner ici, plus que dehors en tout cas." Cette phrase-ci pousse Bobby à lâcher un léger soupir d'agacement. Il est tellement naïf. Ou alors il ne l'est pas, mais il se voile juste la face. Ou sa peur du dehors et du danger l'empêche de réfléchir correctement. Bon sang, mais comment est-ce qu'un bunker rempli de militaires armés jusqu'au dents, commandant des civils n'ayant pas le droit d'être armés et obéissant au doigt et à l’œil pourrait-il marcher? C'est une dictature, ou alors une utopie, pure et simple, selon la vision de chacun, et elle compte bien ouvrir les yeux à tout ceux qui se mentent encore.

Elle se demande parfois si les hormones n'influencent pas sa colère et son envie d'évasion. Mais lorsqu'elle voit ce mur, ou lorsqu'elle rentre dans sa chambre, elle se rend compte que cet endroit en comme teinté de mort. Chaque recoin du bunker lui rappelle l'homme qu'elle vient de perdre, et dehors, rien de tout ça ne serait arrivé; ou alors ça aurait été différent. Caleb ne serait pas mort en pensant que quelqu'un le protégeait contre toutes les mauvaises choses qui existent aujourd'hui dans ce monde. Parce que c'est ce qu'ils ont promis, ces militaire, en les emmenant avec eux: ils ont dit qu'ils étaient forts, qu'ils survivraient mieux sous leur protection - ou plutôt sous leur contrôle. Et ils avaient menti. Douze personnes étaient mortes, dont le probable homme de sa vie. Un gâchis. "Tu comprends pas... Tu ne vois pas!" affirme t-elle alors, persuadée de son point de vue. "Et j'suis pas folle!" annonce t-elle tout de suite après, voyant bien qu'il finira par jouer la carte de la grossesse pour justifier que ses propos soient totalement insensés. "Tu parles des rôdeurs dehors, mais il y en a eu aussi dans le Bunker, j'ai besoin de te le rappeler? " Son ton n'est pas agressif, loin de là. Elle n'a pas envie de perdre le soutien de la seule personne qui lui adresse encore la parole. Mais c'est dur d'évoquer ce passage, et surtout cette nuit-là... La nuit où toute sa vie a basculé. C'est super dramatique d'employer cette expression-ci, mais c'est comme ça qu'elle le ressent.

"Et des psychopathes, il pourrait très bien y en avoir ici, avec tout ces gens qu'on ne connait pas. J'veux pas te donner un point, mais j'pourrais très bien en être une, moi aussi! En t'en saurais strictement rien!" Elle esquisse un sourire en tournant la tête vers Niels, amusée de sa propre remarque. Même en ces temps grave, elle ne veut pas perdre le peu d'humanité qu'il lui reste. Et de l'humanité, il va lui en falloir, s'il faut qu'elle élève un gamin... Quelle horreur... Elle essaie de ne pas y penser, parce qu'elle flippe à chaque fois qu'elle s'imagine avec un bébé. Même si elle ne s'en souvient pas, un jour, elle a dit à l'une de ses amies qu'elle considérait les enfants au même niveau qu'une maladie sexuellement transmissible. On en veut pas, c'est moche, et ça sert franchement à rien, à part mettre les gens royalement dans le pétrin. Aujourd'hui, c'est différent, parce que le choix lui est enlevé. Alors MST ou pas, ce gosse, elle l'aura.

Elle n'a pas eu vraiment l'occasion de parler de sa grossesse à qui que ce soit. Elle n'arrive pas à s'intégrer, elle parle toujours très peu, et elle n'en a franchement pas envie... Elle est tout simplement sujette à un manque de confiance chronique. Personne ici ne lui inspire confiance, et même pas Niels, à qui elle parle pourtant d'une décision très importante de sa vie. Mais entre eux, c'est tout simplement une discussion entre deux personnes, deux opinions, deux choix de vie diamétralement opposés. Niels se repose sur les autres, et Bobby ne veut compter que sur elle-même. Quoi qu'il advienne, ce sera probablement un dialogue de sourd, mais peu importe, elle s'entête quand même, et lui aussi.

AVENGEDINCHAINS

_________________

"Trust me, I won't hurt you"


"I'll never leave you"


"I love you"

his sweetest lies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t606-they-begged-for-a-shee
avatar
✤ en ville depuis le : 28/03/2015
✤ post-envoyés : 46
✤ pseudo/prénom : crooner curves.
✤ célébrité : david anders.
✤ objets : dans son sac, désormais bien rangé sous son oreiller : une vieille casquette à visière plate Rockstar Energy, un paquet de cigarettes, un stylo qui fonctionne une fois sur deux, un calendrier de poche dont il a coché tous les jours depuis le départ, une paire de gants dépareillés, une paire de talkies-walkies hors d'usage, une gourde et un rouleau de bandages.
✤ crédits : crooner curves.

✤ âge : 34 ans.
✤ statut : célibataire.
✤ humeur : nerveux.


MessageSujet: Re: stay. - (niels & bobby)   Ven 24 Avr - 10:05

A une époque j'étais le premier à me rebeller contre l'autorité, à m'indigner contre l'omniprésence du gouvernement, j'ai même lu des bouquins sur la théorie du complot. Peut-être que si j'avais un peu de recul, je pourrais me rendre compte qu'effectivement, un semblant de société qui relève plus de la dictature que de la démocratie était juste une illusion vouée à l'échec. Que les secrets n'ont pas lieu d'être, car le savoir c'est le pouvoir, et en ce moment on ne sait plus grand chose. Et je ne peux plus grand chose, à vrai dire. Sans doute que le Niels de 17 ans qui sommeille en moi s'indigne de ma cécité, ne demande qu'à se révolter et demander - exiger - une société digne de ce nom.
Mais là, le Niels de 34 ans que je suis n'est pas prêt à entendre quoi que ce soit de ce genre. Je crois car c'est tout ce qui me reste, et je comprends bien mieux les personnes qui se plongent tête la première dans la religion en situation de crise : c'est exactement ce que je fais. Du coup, à l'instant T, Bobby me paraît plus comme une douce illuminée que comme une brave visionnaire.
(est-ce que tu es assez con pour la blâmer ?)

Je n'ai jamais eu la trempe d'un témoin de Jehovah et la plupart de mes arguments pourraient se résumer en quelques mots ("ici c'est moins horrible que là-bas"), alors je ne pense pas être capable de ce que j'estime la raisonner. Hell, on est même pas particulièrement proche, ma parole et mon avis ont autant de valeur que.. que.. ils n'ont pas de valeur, en fait, et je comprends bien. Et quand elle m'annonce que je ne comprends pas et que je ne vois pas, je n'ai pas le courage de me défendre. Je vois le positif, je comprends la sécurité relative qui nous est apportée, je n'envisage pas vraiment le reste. Et le souvenir des rôdeurs qui se sont introduits dans la base est bien présent, c'est bien le genre de choses que je ne pourrais plus oublier. "Je pense pas que tu es folle, déjà, je dirais.. bouleversée par ce qu'il s'est passé l'autre nuit. Et on l'est tous et je le suis aussi" (Cassidy, la brillante Cassidy qui a sauvé les miches de chaque membre du groupe au moins une fois, comment je pourrais ne pas être chamboulé ?) "et peut-être qu'à chaud on se dit que, merde, autant tout laisser tomber si même ici on nous promet un truc qu'on peut pas nous offrir." C'était la réaction qu'on aurait tous pu avoir, en tout cas les personnes particulièrement concernées par cette intrusion de marcheurs. Je soupire, attristé par la réalité peu réjouissante. "On peut même se dire que ça ne serait pas arrivé si on était dehors, car on aurait eu nos armes et qu'on aurait été à l'affût." Je m'arrête en me rendant compte que cette fois c'est bien mon avis personnel que je suis en train d'étaler, pas le simple constat factuel que j'essayais de dresser quelques secondes avant. "Enfin, j'y ai pensé moi en tout cas, et j'imagine que j'suis pas le seul.." j'admets finalement en haussant les sourcils.

Mais la réalité, c'est qu'on ne peut pas savoir. Peut-être que le même drame se serait produit dehors, peut-être qu'il se serait produit plus tard ; on n'en a pas la moindre idée. Et, comme Bobby le fait remarquer, on connait même pas les gens qui nous entourent ; je lui offre une bitch face digne de ce nom, le kit complet : menton relevé, tête penchée vers elle et regard sceptique de côté. Tout en un, c'est cadeau. Je la jauge juste histoire de m'assurer que ce n'est pas une vérité déguisée en plaisanterie, on ne sait jamais. "Tu réalises que c'est ce qu'un psychopathe dirait, quand même ?" je m'inquiète, pour de faux, parce que si j'ai peur des rôdeurs j'ai pas encore peur de Bobby, une chance pour ma dignité. "Et puis, je sais pas, ils filtrent un peu qui entre et qui reste ici quand même, ça réduit les chances de côtoyer un taré." Ils, ce ils qui a le droit de décider qui vit ici et qui vit dehors. Je quitte quelques secondes Bobby du regard pour observer ces palissades qui nous entourent et nous protègent la plupart du temps, réfléchissant à comment j'allais tourner ma prochaine question. "Comment tu vas faire avec le bébé ?" God, ce mot sonne tellement étrange dans ma bouche, comme si j'avais oublié ce que c'était. C'est personnel comme question, si bien que je m'attends un peu à ce qu'elle me retourne une bitch face et me dise de m'occuper de mon cul, mais je suis franchement intéressé par la réponse. Puis je me dis que, perdu pour perdu, autant enchaîner. "Tu vas attendre de l'avoir pour partir ?" Si elle sort d'ici enceinte, ça veut dire qu'elle devra accoucher seule, dehors, avec des rôdeurs autour d'elle. Étrangement, je ne trouve pas ça très rassurant comme idée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t1059-niels-noguesvocaine-f
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: stay. - (niels & bobby)   

Revenir en haut Aller en bas
 

stay. - (niels & bobby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique et news de Stay with me
» Bobby Ryan
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» Iceberg [...ou les chroniques de Bobby Drake] (Fiche terminée)
» Wade Barrett et C-A vs Bobby Lashley et Christian

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: juneau :: the plantations-