AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 truly terrifying ✕ [Kit Griffin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ en ville depuis le : 31/03/2015
✤ post-envoyés : 87
✤ pseudo/prénom : everyday feels like today / émilie
✤ célébrité : jake gyllenhaal
✤ objets :
dans sa mallette de cuir, abîmée:
 


sur lui:
 


à portée de main:
 


✤ crédits : avatar: everydayfeelsliketoday / gifs et autres: tumblr

✤ âge : 31 years old
✤ statut : seul [selfishly alone]
✤ humeur : énigmatique [hard to tell]


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: 1
✤ nombre de rôdeurs tués: 14
✤ relations:

MessageSujet: truly terrifying ✕ [Kit Griffin]   Mar 7 Avr - 5:19




TRULY TERRIFYING [feat. Kit Griffin]
9.34 PM - ALASKA, NEAR YUKON


Mes pieds, trempes. La sensation d’avoir perdu. De m’être perdu, ici. Sur une carte, je savais où je me tenais, pourtant. Mais, déboussolé, je l’étais. La déshydratation et le sentiment de ressembler à mon entourage. Vide, débroussaillé : une nature violente. Et ma respiration, ce râle qui ressemblait de plus en plus à celui des rôdeurs. Sur le qui-vive, sans cesse. La pluie, puis la neige. Ce périple sans fin d’une survie égoïste. Non pas la recherche d’un monde meilleur mais d’une existence bonifiée.

Un moi purifié.

Seulement les contours de ma silhouette était un souvenir de qui j’étais : la chemise élimée, la mallette de cuir tenant grâce un fil de métal, les souliers noirs, en cuir, troués. Un reflet, un écho silencieux du parlement. Un semblant, un restant d'homme, derrière un râle qui ressemble à celui d'un rôdeur, une démarche qui effleure le sol comme je le fais. La quête solitaire vers une envie non-verbalisée, non-atteignable.

Deux-centre-cinquante-trois petites existences, un deux-tiers d'années sans antidépresseurs. Un carnet. Calculs des pas, des kilomètres. La boussole, comme nécessité. Mais le reste? L'absurde idée de gribouillages, comme seul restant d'humanité. Le compte à rebours d'une fin d'humanité, d'une pauvre survivance.

Un bruissement. La canif qui se serre, dans la poche de mon pantalon. Pantalon noir, taché, comme l'a été ma carrière. Des pas. Ici. Puis, là-bas. Un rôdeur. Non, un groupe. Mais, de nouveau, le vent qui frémit contre les arbres, les feuilles contre le sol. Je me tapis contre l'arbre, la lame du couteau se rapprochant de moi. Je retiens mon souffle: je ne tiens pas à être entendu et encore moins à être découvert. J'ai un revolver, mais trop bruyant. J'envisage, mais me ravise rapidement, observant leur manière de se déplacer, le matériel à leurs ceintures, les insultes qu'ils se lancent.

Des voix. Plaisanteries moqueuses, rires gras. Des soldats, des miliciens. Armés. Puis, un ordre, et le silence. Un groupe organisé. Je jette un coup d'oeil. À une vingtaine de mètres, on chasse, on guette. Des pas. Un rôdeur, plus loin. Un autre. Ils doivent être six. Non, sept. Le groupe se défait, momentanément. J'en profite pour m'esquiver, doucement. Mon dos se détache de l'arbre auquel je m'appuyais. Mes pas se pressent doucement contre le sol. Imperceptible. Des coups. Des bruits. Une diversion. Je veux rebrousser chemin. On m'intercepte, au loin.

Hey! You! Stay where I can see you!

Mes pas s'immobilisent - je me tourne vers lui, puis ne dis rien, le canif, trop petit, au creux de ma main, serré. Il s'approche plus rapidement, sûr, mieux armé. On entend quelque chose au loin. Une insulte. You fucking bastard! De nouveau, des pas. Il se retourne. D'autres pas. Des rôdeurs. Hey! H-Hey! We've got a - Je profite de la distraction, passe entre des arbres en marchant puis, voulant me détacher du groupe, je presse le pas. On abandonne ma quête. Entre les arbres, on m’oublie. On priorise. Les pas s'intensifient. Les râles continuent. Les insultes continuent. Mais, là. Un regard. Juste là, entre les arbres. Qui croise le mien, brièvement.
Quelqu’un qui sait. Ou qui ne sait pas. Mais quelqu’un qui saura.

[…]


"What is truly terrifying is not a walker. What is truthful, a man? And what is terrifying? A man against himself? But what is truly terrifying? I am not truthful. Nor I am terrifying. And that is what makes me truly terrifying."


Side-note:
 

_________________


the philosophers have only interpreted the world, in various ways. the point, however, is to change it.


quote from karl marx ▬ Eleven Theses on Feuerbach

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t1070-chaos-is-a-ladder-jam
avatar
✤ en ville depuis le : 31/07/2014
✤ post-envoyés : 225
✤ pseudo/prénom : happie et/ou pabopika (clémentine)
✤ célébrité : adélaïde badass kane
✤ objets :

BOOM CLAP

1 sac de l'armée
des baskets, 1 hache
le sourire d'une gosse déçue

emmène à chaque expédition un briquet, un poignard, quelques barres de céréales, des chewing-gums, une gourde remplie, une trousse à pharmacie, une paire de jumelles, une lampe-torche, un tapis de sol, des Tupperware pleins, un ouvre-boîte, quelques conserves, des gâteaux, une bonne bouteille, des sous-vêtements de rechange, un long gilet un peu décousu après une altercation avec des rôdeurs, une paire de sneakers, quelques débardeurs et autres leggings, une couverture, des lunettes de vue rafistolées à la hâte, du scotch, sa vieille Game Boy Color, quelques billets, une peluche Salamèche, quelques vieux livres, une trousse de toilette, un tee-shirt des Beatles, un bonnet, un paquet de cartes, de la corde, un sifflet, des couteaux de cuisine, sa hache.


✤ crédits : endless love pour la signature et vieux frères pour l'avatar (j'sais pas si tu connais, une go plutôt cool)
✤ âge : vingt-deux ans depuis décembre dernier ; elle en avait donc vingt-et-un ans au début de l'invasion
✤ statut : célibastard, pour toujours et dans l'idéal à jamais, les filles c'est bête et les garçons c'est méchant (mais les sexys peuvent toujours tenter leur chance)
✤ humeur : sur le qui-vive, parano, méfiante - soit son humeur perpétuelle depuis le début de tout ce bordel


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: une
✤ nombre de rôdeurs tués: vingt-six
✤ relations:

MessageSujet: Re: truly terrifying ✕ [Kit Griffin]   Mar 5 Mai - 21:29

Elle avait pourtant dit de rentrer avant la nuit, p’tain. Et puis c’est elle la tête pensante du groupe, non ? Ils auraient dû l’écouter. C’était elle, elle et son mètre soixante-trois, elle et ses bourses plus grosses que celles de Bowman, qui commandait. Elle n’aurait pas dû les laisser pister ce pauvre mec… Il faisait froid, sombre, et ils étaient loin de ce foutu Bunker, et… il pleuvait maintenant putain !
… Et ils étaient là, totalement à découvert, à rire comme des cons.

Kit grogne dans sa non-barbe. Elle aimerait rentrer, mais ils ont trop marché pour abandonner maintenant – et puis, si elle les prive de leur joujou, ils lui casseront les bonbons sur tout le chemin du retour, et elle n’a pas la patience pour assumer ça, elle devra casser la gueule de l’un d’entre eux, et elle est trop fatiguée pour ça. Alors elle erre comme une imbécile, sur les traces de ce pauvre type qui n’a rien demandé à personne.  

Les gars sont fatigués eux aussi, et puis ils ont faim. Ils le clament haut et fort certes, mais Kit pourrait le savoir même si ce n’était pas le cas. Ce ne sont pas tous des génies, mais la plupart d’entre eux sont doués dans ce qu’ils font – ce sont des types discrets, efficaces et disciplinés, même si des fois ils lui font savoir qu’ils n’aiment pas trop être commandés par une nana, et qu’elle est alors obligée de leur en mettre une. Soit. A l’heure actuelle ses petits soldats divaguent, avancent bruyamment et échangent quantité de blagues graveleuses – la panoplie parfaite pour attirer la moindre horde de rôdeurs passant dans le secteur.
Kit soupire. Elle a envie de leur dire de la fermer, de se concentrer un peu, mais alors ils comprendraient qu’elle en a marre et ne la lâcherait plus… Alors c’est elle, qui la ferme.

Jusqu’au bruissement de trop. Les gars ont beau se déplacer avec la discrétion d’un troupeau de mammouths maladroits, Kit comprend immédiatement que le bruit qu’elle vient d’entendre, il n’était pas humain.

« SHUT UP ! » braille-t-elle de toute la puissance de sa voix.
Et les gars comprennent. Le silence les entoure ; ils resserrent les rangs tout autant que leur prise sur les armes. Elle prend la tête des rangs sans bruit et leur souffle de rester silencieux. On dégaine machettes, poignards et autres sabres… Elle-même empoigne sa hache, à la ceinture. Les gars ont oublié leur estomac vide, ainsi que le type qu’ils pistent. A l’heure actuelle, seule la survie compte… Ils sont des animaux.
Kit remet le groupe en mouvement.

Et puis, un cri. Le groupe se disperse malgré les beuglantes de Kit. Ils sont des animaux, mais pas grégaires…
Un des gars beugle - probablement à l’intention du type, plus proche d’eux qu’on aurait pu l’imaginer. Un autre balance des insultes à l’intention des morts-vivants, comme pour se donner du courage… Kit tire un couteau de sa poche et le plante dans l’œil d’un zombie sans plus d’arrière-pensée.
Et elle s’éclipse sur les traces du fameux type.

Les gars s’en sortiront, elle le sait. Ça fait quelques semaines qu’elle les traîne à présent, et elle a déjà eu l’occasion de constater leurs talents de dégommeurs de rôdeurs… Alors elle ne se fait pas de souci. Pour le type par contre…
Elle court à travers les arbres, mais sans bruit. Son corps est sa meilleure arme, qu’elle exploite à son maximum, que ce soit pour mettre quelqu’un à terre ou parcourir les bois silencieusement…. Les avantages d’être une crevette, finalement.

La course n’est pas longue, alors elle baisse l’allure. Sous ses yeux, la piste du type – un ancien citadin probablement, car pas très soucieux de faire disparaître ses traces… A moins qu’il ne s’agisse simplement de quelqu’un pris de panique, mais cela est dur à concevoir dans l’esprit de la Griffin.

Elle marche maintenant, avec tout juste un couteau à la main. Les zombies sont quelque part autour d’elle, le type aussi… L’adrénaline malmène sa respiration. Elle reprend le contrôle de son souffle sans plus tarder, prie brièvement pour être la première à trouver le type, se rappelle qu’elle est athée, voire agnostique... Hausse les épaules et continue à marcher.    

Et puis finalement il est là, juste face à elle, avec sa chemise élimée et ses chaussures hors de contexte. Il a l’air totalement déplacé dans ce paysage – il ressemble tout juste à un type qui vient de sortir de son bureau et à qui il est arrivé quelques galères sur la route. Kit trouve l’image ridicule et pouffe mentalement, mais s’immobilise et darde une expression neutre sur lui. Ils se toisent silencieusement pendant quelques fractions de seconde – Kit accroche finalement son regard, ces yeux bleus gris qu’elle soutient un instant, avant de rompre l’échange silencieux, presque gênée. Il y a quelque chose chez ce type… quelque chose d’autre que son costume de bureaucrate (elle abhorre les bureaucrates), qui donne envie à Kit de l’épargner. De ne pas lui infliger le Bunker, Anderson et toutes ces… magouilles.

Elle fait quelques pas prudents, guettant toute réaction violente ou ne serait-ce qu’inattendue – elle ne peut se permettre de perdre le contrôle de la situation. Le laps de temps qui lui est offert est court ; elle sait que bientôt, au moins un des gars va débarquer. Elle les entend encore lutter à quelques mètres de là mais cela ne saurait tarder… Alors elle se lance.

« My name is Kit Griffin, and I have a safe place to offer you. We call it the Bunker – it’s a few hours' walk from here. But… I’m also offering you a choice here. You can follow me and the guys back to the Bunker, or you can run away… Now.

You have one minute to choose, not more, not less. One minute to figure out if you’re willing to sacrifice your freedom to a safe but full of militarist and despotic people place… Trust me or not but… I’m giving you a chance. This is not really the official “welcome” speech, y’know.  

And yes, despite appearances I know what “despotic” means.
»

Silence. Kit s’efforce de maîtriser sa respiration haletante, tremblotante, après un tel élan. Elle a parlé vite, à faible volume, histoire de balancer le plus d’informations possible en une minute à peine… et à présent elle fait face au type, air inquisiteur et tous muscles tendus. Elle tend l’oreille, aussi – les gars n’ont toujours pas fini d’en découdre. Kit commence à s’inquiéter, à se dire que ça prend du temps, qu’elle devrait peut-être aller jeter un coup d’œil au cas où et que…

« GET DOWN ! » lance-t-elle d’un coup au type – et celui-ci a plutôt intérêt à obtempérer, parce que c’est sans plus tarder qu’elle lance son poignard, quelques dizaines de centimètres au-dessus de son épaule… entre les deux yeux d’un zombie particulièrement laid. Celui-ci s’écroule au sol dans un sombre craquement d’os, mais Kit n’y prête pas attention – elle sait déjà qu’ils sont repérés. A quelques mètres de là, des gars crient son nom, lui demandent si elle a trouvé le type. Alors Kit braque un regard un peu trop écarquillé sur lui, et souffle « Hope you made your decision buddy »
…. Time’s up.


Spoiler:
 

_________________

sale bête
j'suis une bouteille de gaz dans une cheminée. hurler ma peur de l'abandon, ma recherche frénétique d'attention, mon besoin de reconnaissance en permanence comme un chien des caresses ; hurler mon absence de courage, ma cruauté, mon optimisme débile, mon zèle dangereux, mes réflexes à la con, mes accès de colère, ma culpabilité bidon, ma sexualité en vrac et mes fantasmes tordus ; hurler ma peur panique des autres, ma mesquinerie sournoise, mes regrets, mes erreurs, mes névroses, mes obsessions, ma phobie de la douleur, de la perte, de la dépression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t708-ultraviolence-kit
 

truly terrifying ✕ [Kit Griffin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Griffin Irons (OdP-> validé)
» [Octobre 97] Autres employés du Ministère
» (Terminé) Comme au bon vieux temps ? (Griffin & Ophelia)
» A simple meeting between a stripper and a crazy man [With Griffin O'Dwayne]:
» Mélinda Aria Griffin ♥ Battlefield or B59

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the memory :: the last frontier-