AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 trust me, you can dance. - vodka (sawyer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mar 29 Juil - 0:03


Il se faisait happer par les ténèbres, il se faisait emporter par la pénombre. C'était pas volontaire, il n'avait pas fait attention à la nuit tombante. Ça lui arrivait, parfois. D'oublier la présence de ces revenants, de faire comme si tout allait bien. Quoique, même avant, tout allait mal. Mais on se voile la face, dans ces cas-là, on se ment à soi-même. Ça sert à rien de vivre dans le malheur, alors tout va bien. Il avait souvent tenté de se la répéter, de l'appliquer. De sourire, de rire. Mais ça ne marche pas, ça n'a jamais fonctionné, il restait bloqué à l'entre-deux, il stagnait entre le malheur et le bonheur. C'est ça, quand on ne ressent plus rien, il parait. On attend que ça passe, on attend que ça change. Ça a souvent été le cas, pour Hunter. Le changement, tout ça. Mais là encore, il se voilait la face. Là encore, il avait décidé que non, il ne serait pas heureux. Que non, il ne serait pas malheureux. Et l'épidémie, elle n'a rien changée à sa foutue vie. C'est toujours survivre dans ce monde de crevards. Y'avait pas de réelles différences entre ces zombies et ces êtres-humains, tous les deux représentaient des dangers considérables qu'il fuyait comme la peste. Une catégorie plus que l'autre, certainement. Quoique dans la deuxième, y'avait sûrement des cannibales aussi. Ou des futurs. Quel bordel, ce monde. Il se demandait souvent si un jour, il arriverait à l'aimer. Ben c'est foutrement mal barré.
Il ne savait pas où il allait, c'était son chien qui le guidait. Y'avait pas assez de lumière, la lune, elle avait décidée de se la jouer chômeuse. Ses prunelles souffraient de l'obscurité, cherchant des ombres parmi des ombres. Oh, merde. Il venait de heurter quelque chose et ça faisait un mal de chien, sa côte hurlait autant que la foutue bagnole qu'il venait de réveiller - indirectement, il venait aussi d'appeler tous les zombies se baladant à quelques kilomètres. Bordel de bordel, ça commençait bien. Le canidé montre les crocs, il s'agite autant que son maître, ça sent la mort, ça pue le danger, ça se rapproche. Il sent l'adrénaline, il sent cette drogue qu'il avait tant cherchée autrefois, cette sensation qui te prouve que t'es encore en vie, que t'es dans la merde et que tu vas pas tarder à crever si tu bouges pas rapidement tes miches. Hunter sent son compagnon s'immobiliser brusquement et passe ses mains sur la surface glacée du bâtiment. Il les glisse jusqu'à atteindre une porte, qu'il pousse avec discrétion et referme doucement, serrant les dents à chaque crissement. Dos à cette dernière, il essaye de balayer la pièce de ses iris douloureux. Les rayons - faibles, certes, mais présents - filtraient à travers les fenêtres. Heureusement que le bar était bien placé, tiens. Le Corbeau s'approche du meuble jonché de débris de verres, jetant un oeil derrière, laissant son chien se promener dans la salle. Il s'étale sur la surface, calmant sa respiration en écoutant le silence. Ouais, le silence. Rien à signaler pour le moment.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mer 30 Juil - 17:33

~Sawyer&Hunter.
Derrière le comptoir, j'entamais bientôt ma deuxième bouteille. J'aimais le whisky pas seulement pour son goût inimitable et particulier mais surtout pour son aptitude à me faire faire la conversation. C'était hilarant parce que ma bouteille était la seule personne, ou plutôt le seul objet à qui j'avais fait la causette pendant et depuis plusieurs mois. Finalement, en y pensant, ça ne me déplaisait pas plus que ça. Je l'avais choisi et au moins, elle ne me contredisait jamais. Dans tous les cas je ne m'en souviens que rarement. C'est pas plus mal.

J'ai laissé ma tête cogner contre le bois du bar et j'ai fermé les yeux, appréciant le silence, précieux depuis l'arrivée de l'épidémie. J'ai expiré, longuement, peut-être trop. Un hoquet d'ébriété m'a secoué et j'ai repris mes esprits. J'avais chaud, horriblement chaud. Ivre comme un trou, j'ai perdu tout sens de la survie en enlevant mon t-shirt kaki, dévoilant de multiples cicatrices, certaines encore vives. Je me suis affalé sur le sol et un bruit sourd m'a obligé à me lever d'un bond. J'ai vacillé pendant quelques secondes et je me suis accroché quelque part pour ne pas flancher. La sonnerie ressemblait à une alarme et mes oreilles n'étaient plus habituées à tant de boucan. J'ai grogné. Merde, qui cela pouvait-il bien être ? Je n'avais pas la force de me battre contre ces êtres de l'enfer, surtout dans cet état. Je devais au moins être aussi rapide qu'eux, et aussi habile. La farce.

Je suis retourné à ma place de départ, cachant la bouteille dans un coin. Et quelqu'un est enté. J'ai prié pour que ma respiration ne me trahisse pas, impossible pour moi de la contrôler tant j'étais saoul. J'ai reniflé un peu ; j'étais peut-être bourré mais j'étais loin d'avoir perdu mes sens, aiguisés grâce à mon ancien métier de militaire.
Ca ne sentait pas la mort, mais rien de bon non plus. Et puis, le chien s'est avancé. Là, ça puait la mort. Torse nu, je n'ai eu qu'autre possibilité que de me lever et racler ma gorge un assez long moment pour que celle-ci me brûle, à tel point que j'en ai grimacé. J'ai balayé la salle des yeux et un homme, brun, mal rasé, était allongé là. Il n'avait rien d'un rôdeur, il semblait lui aussi chercher un endroit où se cacher et se poser un instant. C'était sûrement lui qui avait fait hurler cette foutue bagnole. Pas malin, le garçon.
En secouant la tête, je me suis rendu compte que j'avais effectivement oublié de remettre mon t-shirt, je me suis précipité pour le remettre et c'est en se faisant que j'ai touché le haut de mon torse, puis mon cou et ensuite ma nuque.
L'air affolé, j'ai hoqueté pendant un moment avant de me ruer au sol et de chercher comme un fou, dans les moindres recoins.
J'étais tellement plein, il fallait le dire, que je n'avais même pas eu le réflexe de demander son identité à la personne présente et, dans cette position, elle aurait pu m'abattre sur le champ. Mais dans ma tête, il y avait plus important.
Où était ma plaque et surtout, bordel, où était mon alliance ?

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''


Dernière édition par Sawyer Hunton le Mer 13 Aoû - 0:42, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 30/07/2014
✤ post-envoyés : 159
✤ pseudo/prénom : Roger
✤ célébrité : RogerJunior
✤ crédits : XII
✤ humeur : Faiiiiiim


MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mer 30 Juil - 21:46


TEASER : Quelque part, dans Kenai ...
Feat Roger le rôdeur...

Il fut un temps où je savais ce qu’était avoir Froid. Il fut un temps où je savais ce qu’était qu’avoir peur. A présent, je ne ressens qu’une chose : la Faim. La faim qui taraude, la faim qui brûle le ventre et qui vide l’esprit. D’ailleurs, les pensées ne sont plus que des flashs, des signes lointains et brouillés, qui n’évoquent qu’une seule chose : la survie. La nourriture, celle qui me ressemble. En plus rapide. Fichue Nourriture.
Je lève ce qui me reste de nez en direction d’une odeur glaciale : Celle de la Neige. Je n’aime pas la neige. Ça ralentit mes pieds. Mais avec un peu de chance, cela ralentira ceux de la Nourriture, aussi …

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Jeu 31 Juil - 20:22

Spoiler:
 

Y'a un mouvement, pas loin. Le Corbeau tourne la tête, scrute l'obscurité de ses yeux fourbes, se relevant du bar. Ses mains effleurent le verre coupant, faisant gambader ses doigts sur la surface glacée du bois. Il sent quelqu'un qui fouille le sol, qui cherche parmi les éclats de bouteille. Hunter plisse le nez tandis que l'odeur de l'alcool s'amplifiait. Il sort sa machette, continuant son avancée jusqu'à la source du bruit. Ça n'a pas l'air de grogner, pour le moment. Quand il aperçoit la silhouette musclée de l'inconnu, il s'immobilise, essayant de chercher un bruit suspect dans ceux provoqués par l'autre. Son chien montre les crocs, Hunter s'accroupit automatiquement près du gars, s'emparant de ses poignets dans le silence le plus total. Y'a une porte, pas loin. Y'a des grognements, à côté. Le Corbeau relâche son emprise sur celui qui puait le bourré à des kilomètres et se relève délicatement, tenant fermement son arme. On avait tendance à penser qu'Hunter est ce mec qui crève des macchabées sans sourcilier - seulement, ouais, il était loin d'être attaché à sa vie, mais il tenait à celle de son clébs et il était franchement pas taillé comme un psychopathe à tronçonneuse. Il se rapproche de la pièce à pas feutrés, ignorant l'inconnu sûrement encore à terre, et ouvre brusquement la porte, atterrissant dans des toilettes complètement défoncées. Ouais, il était là, rampant sur le sol - on avait déjà dû l'attaquer, vu son état. Hunter lui tranche la tête sans réelle difficulté (heureusement, c'était pas un zombie en mieux de sa forme, manquerait plus qu'il galère à tuer ça) avant de retourner voir l'alcoolique. Il restait tout de même aux aguets, c'est chiant ces bêtes-là, ça peut facilement surprendre.
Le Corbeau se plante près de l'autre, l'observant comme s'il était une vuglaire souris malade. Un sale rat quasiment crevé. Ou une gazelle à qui on avait bouffé une ou deux pattes. Rien de bien glorieux, quoi. Mh, rajoutez quand même de bons litres d'alcool pour parfum et vous voyez le phénomène qui se tenait (si on pouvait dire "tenait") devant lui.
« L'bourré cherche sa bouteille ? »
L'oeil malicieux, il replace son arme à sa ceinture et s'éloigne un peu de l'énergumène par sécurité. Ben ouais quoi, si ça se trouve il est à deux doigts de crever, faut mieux pas prendre de risques inutiles.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mer 13 Aoû - 2:06

~Sawyer&Hunter.
J'étais devenu fou, plus rien n'importait sauf cette foutue bague qui devait être accrochée à mon cou. Plus rien, pas même ma vie. Mes yeux scrutaient le sol, j'étais même incapable de réagir aux actes de l'énergumène qui me surplombait et Dieu sait si je n'aurais jamais laissé qui que ce soit m'attraper comme ça, comme un moins que rien, par les poignets. Comme pour me maîtriser. Pendant tout son petit manège de trancheur de gorge, je n'avais fait que ressasser ce qui venait de se passer.
Allongé sur le sol, j'ai eu la force de soulever mon corps. Posé sur mes mains, mon torse s'est décollé du sol et j'ai grogné. Tel une bête, avec toute la rage enfouie depuis des mois dans cette foutue carapace d'alcoolique anonyme. Je me suis laissé tomber sur le côté et j'ai plissé les yeux pour apercevoir le visage de l'homme au chien. Il me scrutait mais le chien, lui, s'était mit en retrait tout en restant sur le qui-vive. Comme s'il attendait le moindre faux pas pour me sauter à la gorge et s'offrir le restant de mes organes, tous sûrement à moitié pourris avec le temps. Pourris comme mon être.
Finalement, le petit brun maigrichon s'est effacé et a rangé son arme à sa ceinture. Je ne pouvais m'empêcher de me faire la remarque suivante : une machette à la ceinture, ça devait être lourd et déséquilibrant à la fois. Sûrement l'une de ses faiblesses. J'ai réussi à me relever plus ou moins sans dégâts et j'ai rapidement vacillé, me tenant au bar. Je restais à peine lucide, mais assez pour être en colère. La rage ne m'avait pas encore submergée. Là, nos regards se sont croisés.
Je savais que j'allais le détester.

- Le bourré, comme tu dis, aime être tranquille ; ai-je répliqué en soufflant longuement, les sourcils froncés et l'air contrarié. Et tu peux en donner, des leçons, a être sobre et se taper une bagnole. J'te félicite pas.

J'ai dédaigné le jeune homme et dans un coup de sang, j'ai filé vers le chien qui semblait tenir dans sa gueule le fameux Graal que je cherchais depuis quelques minutes maintenant. Dans sa gueule pendait la chaîne sur laquelle on pouvait y trouver une plaque militaire en acier, où il était inscrit "S.H - pour l'amour de la patrie". De belles paroles venant d'un compatriote fidèle, je n'avais pourtant jamais pu me défaire de cette ridicule babiole ; peut-être l'effet secondaire d'un moi qui ne voudra jamais me laisser en paix.
Mais pire encore, de ce moi que je fuyais, se trouvait ici l'objet de la plus grande souffrance que j'avais pu ressentir tout au long de ma vie, alors qu'il aurait dû représenter la bonheur à l'état pur. L'alliance de ma femme que j'avais pillé sur son corps dénué de vie et mutilé pour toutes sortes d'analyses qui n'avaient menées qu'à la torture la plus profonde. Menées à des questions sans réponses, des nuits entières à rêver d'un visage inconnu, de cette scène que je n'avais pas vécue mais qui semblait pourtant si réelle.
PAN.
J'ai secoué le visage et j'ai repris une gorgée de ce doux breuvage, trop bon pour oublier. Pendant quelques instants ; c'était déjà quelques minutes de gagner. Et après tout, ce ridicule garçonnet pouvait me divertir et rien ne m'effrayait ; qu'on se le dise. Il n'était pas imposant, loin de là et quand bien même il aurait été bodybuilder, ma conscience n'aurait jamais prit le dessus.
Je me suis arrêté à quelques centimètres de l'homme et du clébard et j'ai désigné l'animal du menton, passant ma main contre mes cheveux mouillés de sueur, l'autre toujours prête sur mon revolver chargé. J'avais décidé de rester sympathique sur le premier abord, rester à voir sa réaction. Tout ce que je voulais à ce moment précis, c'était récupérer le collier et me retrouver à nouveau seul. Rien de plus.

- Elle détient quelque chose qui m'appartient, ta bête.

Il était barbu mais pas trop, mais son air décoiffé lui donnait une allure plus sévère. Pourtant il n'avait pas l'air méchant. Juste méfiant.
C'était légitime, après tout... J'avais sûrement l'aspect d'un mort, à me confondre avec ces rôdeurs.
Ca devait être répugnant. Ca, ce moi.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mer 13 Aoû - 14:20

C'était la fin du monde, c'était la fin de la vie, et ce mec était en train de se bourrer la gueule. Soit c'est un abruti, soit un putain de génie. Il multipliait ses chances de crever tout en s'empêchant de penser aux ombres squelettiques envahissant les rues. Et il puait déjà la mort à des kilomètres, il puait la détresse, le désespoir, c'était cette odeur âcre de fin de vie. C'était triste, d'avoir perdu autant de couleurs. C'est rare de trouver des personnes encore arc-en-ciel, encore pailletées, mais y'a toujours un peu de gris, chez les autres. Une once d'espoir, une volonté de changer les choses, une envie de rétablir la vie. Y'a toujours des couleurs. Toujours quelque chose. Lui, il était vide. Volé d'éclats, volé de sa vie. Volé de son espoir. Pillé de son coeur, de son âme. Ça se voyait, ça se sentait et ça effrayait Hunter. Il n'a plus rien à perdre. Il donnerait tout pour se barrer, s'envoler loin, se tirer de cette pièce sombre, de cet être qui avait abandonné tous ses pigments, toutes ses teintes. Cette vision lui serrait le coeur, lui blessait l'âme. Parce que c'était comme ça qu'il allait finir, lui aussi. Son chien n'était pas éternel, son chien n'était pas immortel. C'était lui, sa couleur, c'était ce clébard, son soleil. C'était lui, son espoir.
Il tend la main vers l'animal, lui enlève la chaîne argentée des crocs. Le Corbeau la fit glisser dans ses doigts, relève sa tête et plonge ses prunelles dans celles de l'ancien militaire.
« Ta bouteille contre ça. »
Hunter fronce les sourcils. Non, ça ne  marchera pas, il trouvera un moyen de lui la reprendre. Il s'empare brutalement de l'alcool et le balance contre le comptoir, laissant le verre éclater et les morceaux s'éparpiller sur le sol. Tant pis pour les rôdeurs à l'extérieur. Peut-être qu'il avait du gris, en fait, ce gars. Il semblait beaucoup tenir à ce collier, après tout.
« Raccroche toi toi aussi à quelque chose et fait pas chier. Trouve une foutue source d'espoir. »
Il tend sa paume avec le bijou à l'inconnu, non sans le quitter des yeux. Au cas où. C'est pas souvent qu'une personne aime qu'un branleur se la joue Ange Gabriel.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mar 9 Sep - 18:30

~Sawyer&Hunter.
Il se foutait littéralement de ma gueule, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure et je ne pouvais m'empêcher de marmonner des calomnies inaudibles et vulgaires. Après tout, je n'avais rien à entendre ou à apprendre d'un marchandeur inexpérimenté. Ma bouteille contre ma chaîne, est-ce qu'il était vraiment sérieux ? J'estimais qu'il pesait 50 kilos tous mouillés en le regardant de haut en bas, comme un connaisseur de viande au marché, qui voudrait tâter le produit pour être certain de sa qualité. Quoi qu'il en soit, je pouvais agir à n'importe quel moment sans qu'il n'ai le temps de bouger le petit doigt ; alors sa menace relevait plutôt du comique.
Pourtant, un élan d'agressivité mêlé à du courage sûrement - parce qu'il lui en fallait, pour tenir tête à l'armoire à glace que j'étais comparé à son corps frêle - lui permit d'envoyer la bouteille, ce tendre compagnon de tous les jours, contre le mur. C'est à ce moment précis que mon sang ne fit qu'un tour, comme si l'oxygène me manquait, comme si ce petit brun à l'allure prétentieuse avait voulu briser cette carapace qui me protégeait à l'image du verre qui se brisait contre le sol. Et ce liquide qui, avec le temps, avait dû remplacé le sang de mes veines, longeait le bois du bar pour venir s'écraser contre mes pieds.
Sans vraiment réfléchir mais tout en entendant le son de sa voix, je me suis rué sur lui et je lui ai asséné le coup. J'ai senti son corps attiré par le sol et un léger craquement, au niveau de sa mâchoire, m'a sorti de ma frénésie. Lorsque j'ai repris mes esprits, le jeune homme était allongé au sol, l'air sonné et j'avais agrippé son t-shirt au niveau du col, le poing encore en suspension, dans l'attente d'une nouvelle provocation.
Le bijou claque contre le sol à plusieurs reprises et s'éloigne de nos deux corps tandis que sa phrase résonne dans ma tête.
De l'espoir.
En secouant la tête, je ne cessais de me demander pour qui se prenait ce ridicule rockeur au doux regard. Est-ce que vraiment, il se prenait pour Mère Thérésa et pensait connaitre ma vie ? Pire encore, il semblait se sentir capable de juger si ou ou non je devais m'en sortir. Tu parles, rien que des conneries. Sans le quitter des yeux, j'ai serré les dents jusqu'à les faire grincer, puis j'ai longuement soufflé par les narines en tentant de me calmer un maximum. D'une voix rauque mais d'un ton sûr, je lui ai articulé ces quelques mots :

- Ne t'avise plus jamais de me manquer de respect. Et surtout, SURTOUT. Tu n'es personne pour me donner des conseils. Absolument personne.

Je lâchais le col du jeune brun en le propulsant un peu en arrière, forçant quelque peu sa tête à se cogner contre le sol.

- Ce sera ta première et dernière chance. La prochaine fois, je t'explose le crâne, ai-je conclus.

Ensuite, je me suis relevé et me suis dirigé vers le médaillon, toujours torse nu. Errant comme une âme en peine.
Eh bien, ça allait peut-être lui remettre les idées en place.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mer 10 Sep - 0:38

Il n’eût à peine le temps de sourciller que le gars d’en face lui envoie une magnifique droite qui le fait tomber à terre, coupant sa respiration, brûlant sa colonne vertébrale. Hunter sent la douce douleur l’envahir, et il relève légèrement la tête, cherchant des yeux la silhouette imposante de son assaillant. Comme si y’en avait pas assez au quotidien, de la violence. La souffrance floute sa vision, paralyse ses membres. Il repose sa tête sur le sol, essayant de récupérer son souffle, de calmer son coeur qui tambourinait violemment contre sa poitrine. Le fait que l’autre se ramène à nouveau lui fit lâcher un soupir las, désespéré à l’idée que c’était pas encore fini, que tous les os de son visage allaient finir par craquer. Mais il desserre sa main, laisse tomber le collier sous l’emprise de l’alcoolique, ses prunelles vrillées sur le poing qui lui faisait face, stoppé dans l’espace. Il détourne ses iris de cette menace, se concentrant sur son regard, le soutenant farouchement. Il aurait dû récupérer un morceau de verre et lui planter dans le crâne, à ce gars. Profondément, jusqu’à détruire sa cervelle, comme ils le faisaient tous avec ces rôdeurs. Au fond, il en était un, de mort. Pourquoi ne pas l’achever, alors ? Après tout, picoler pendant la fin du monde, ça relevait du suicide.
Sa voix résonne dans sa tête, brutale, et il fut projeté un peu plus loin, l’impact sur le sol taisant ces échos douloureux. Il avait une sacrée force, l’autre. Sûrement trop pour qu’un mec comme lui puisse lui tenir tête. Y’avait bien ce côté calculateur qui cherchait à échafauder des plans, mais il fut contraint d’abandonner tout projet en se rappelant qu’il était inutile en quoique ce soit, à terre, là, avec sa mâchoire - et puis merde, ça servait à rien, de toute façon. Alors il étouffe un juron, fixant la montagne de muscles qui s’éloignait en quête de son Graal.
Hunter pose une main là où la douleur vrille, se redresse, récupérant doucement ses esprits. Il pouvait pas s’autoriser de rester à terre, avec les rôdeurs, dehors, et l’inconscience dont faisait preuve cet inconnu torse-nu. Il ne peut pas s’empêcher de faire courir ses prunelles sur ses muscles, impressionné. Perturbé, aussi. Le gamin des rues se relève à son tour, se rapproche de son clébard, s’immobilisant à côté du canin alerté. Il esquisse un sourire, provoquant. En effet, il ne savait rien de ce gars, rien de sa vie. Mais il savait pertinemment qu’on buvait autant d’alcool que dans les sales moments, et que lui il n’avait visiblement par réussi à passer l’obstacle. Que la raison soit l’apocalypse ou la mort de son chat, il s’en carrait, Hunter. Il voyait juste un inconnu détruit et sans espoir, dont la démarche titubante lui rappelait étrangement celle d’un revenant. Les mots qu’il a employé reviennent dans son esprit, termes qu’il trouvait particulièrement amusant.Tu n’es personne. En effet, il n’était plus rien. Il n’a jamais été quelque chose. Mais c’était drôle, venant d’un alcoolique. Venant de lui, devenu violent à la vue de sa bouteille brisée. De ces éclats de verre.
« Parce que toi, tu es quelqu’un, peut-être ? »
Il risque à nouveau un coup, il le sent. Il s’y attend. Seulement, il ne comptait pas lâcher prise. Hunter est certain d’avoir raison, d’avoir touché juste depuis le début. De l’avoir assez bien jugé. Et quand il a raison, il le fait entendre.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Mar 11 Nov - 20:04

~Sawyer&Hunter.
Sans faire attention au manège de l’autre abruti un peu sonné, j’enfilais le collier autour de mon cou sans hésiter à prendre le temps d’étirer mon corps tout entier. Sans oublier mes doigts qui, il fallait l’avouer, me faisaient un peu souffrir. Malgré son air maigrichon, le jeune homme avait la tête dure et faire craquer mes phalanges avait un peu soulagé l’endolorissement de celles-ci. J'étais presque certain qu'il avait fait le choix de ne pas me frapper, même dans le dos. Tout ceci me semblait même être une sage décision.
J’ai senti mes muscles se contracter, les crampes me trahissaient souvent. La faim, la fatigue, le manque de confort et cette gueule de bois constante ne m'aidait pas. Même ces pourritures d'anciens êtres humains en décomposition devaient être mieux lotis, à se blinder la pense de chair humaine ou animale. Peut-être qu'un jour, je me résoudrais à me mettre au cannibalisme. Pourquoi pas. Après quelques grimaces, j'ai secoué mon visage suite à ces idées plus impensables les unes que les autres et toujours sans porter un seul regard sur le petit brun, j’ai contourné le bar à la recherche de mon t-shirt. Parce qu’en plus d’être insolent, l’homme au chien semblait me regarder de façon insistante ; et il fallait dire que nous n’étions pas à l’élection de Mister Tueur de Rôdeur. Non, absolument pas.
Une fois l’habit enfilé, j’ai posé mes mains sur le bar, fermé les yeux et soufflé. Encore une fois, il me cherchait, il tentait de me faire réagir. Mais s’en était assez. J’avais autre chose à faire que de m’occuper de ce voyou du dimanche, incapable de tenir sa langue.

- Eh, sérieusement gamin. J’t’ai rien demandé. J’ai jamais insinué être quelqu’un, au contraire, mais j’te demande de pas tenter d’me faire avaler qu’il reste un peu d’humanité dans ce monde de chien.

J’ai posé mon regard sur le clébard et j’ai rigolé un peu, de façon moqueuse, assez pour qu’il l’entende mais pas trop pour ne pas lui faire croire que je lui donnais la possibilité de déconner avec moi.

- Le prend pas pour toi, la bête. J’vois bien que vous n’êtes plus nombreux de ta race ; alors courage.

Sans lui laisser le temps de répondre, j’ai pris mon sac que j’ai glissé sur mon dos et je me suis dirigé vers la sortie. Entre deux planches, j’ai regardé les alentours avant de grogner longuement. Je me suis laissé glisser contre le mur, j’ai attrapé mon carnet et mon stylo ; puis j’ai écrit. Je me suis arrêté un instant en relevant la tête vers Mr le gonflé.

- Si tu veux sortir et te faire bouffer, tu peux ; j’te retiens pas. Si tu décides de rester, tu seras gentil de ne pas faire de bruit. Et non, on ne discutera pas.

J’étais presque certain qu’il allait rester et tenter de me parler, en me provoquant qui plus est. Mais bon, qui ne tente rien n’a rien, paraît-il.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Lun 8 Déc - 13:40

« (...) mais j’te demande de pas tenter d’me faire avaler qu’il reste un peu d’humanité dans ce monde de chien »
Il arque un sourcil, dubitatif. C'était l'apocalypse, la fin du monde, fallait bien un peu d'espoir. L'idée d'un abri, d'une amélioration, de gens normaux, là, en dehors. Hunter ricana dans sa barbe, avant de le foudroyer de ses prunelles ébènes - on ne fixe pas son chien. Il ne connaissait pas les intentions de cet ancien militaire, et il allait certainement pas loucher sur son clébard de la sorte. C'est pas à bouffer, c'est une vie, et on vole pas la vie des autres. Le Corbeau relâche rapidement sa vigilance en entendant la suite de ses paroles, détournant le regard de cet énergumène. Tirant le collier déchiqueté de son chien, il finit à son tour par se poser dos au mur, se laissant glisser contre le dernier avec lassitude. Le bruit des grattements de stylo sur le papier l'apaise visiblement - y'avait un fond sonore autre que les grognements des rôdeurs, y'avait de la vie dans le coin, y'avait une personne qui avait tout de même un coeur qui palpitait. Il se sentait comme en sécurité, bien qu'il savait, au fond, que ça n'allait pas durer. C'était sûrement un oiseau comme lui, avec peut-être des plumes en moins, mais qui tenait à ses libertés. Sa voix grave parvint à nouveau à ses oreilles et il relève un peu la tête, observant avec son arrogance éternelle celui qui l'apostrophait. Lui causer ? Non, plus la peine de tenter. Sa présence lui suffisait amplement pour le moment. Hunter arrivait même à s'en demander si ce gars-là était capable de faire autre chose que râler.
Il passe une main sur la tête de son chien tandis que la douleur du coup précédent le tiraille encore violemment. Mais il ne laisse rien paraître, s'allongeant sur le sol glacé, finissant par lover son visage contre le poil entretenu - tant bien que mal - de Vicious, s'endormant presque malgré le danger que représentait les ongles qui griffaient sauvagement la porte d'entrée du bar.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Lun 8 Déc - 15:48

Il ne parlait plus. A le regarder du coin de l'oeil, il semblait même plutôt apaisé, en phase avec lui-même. Comme s'il n'avait rien à se reprocher. Il n'avait pas l'air heureux, mais simplement bien et à vrai dire, une rage immense émergeait de mon abdomen pour venir se loger directement dans mon regard bien plus qu'insistant désormais.
Ouais, je lui en voulais. Comment pouvait-on faire mine d'aller bien dans ce taudis, dans cette fosse merdique qu'était devenu le monde ? Pire encore, il acceptait de rester en face de l'homme que j'étais, intrépide, arrogant et malsain. Que cherchait-il ?

Après l'avoir fixé pendant quelques minutes, déjà bien trop longues, je me suis remis à écrire sur mon carnet. Ma dernière prise de note était confuse et absolument incertaine. Ma main avait l'air de trembler mais j'étais incapable de me souvenir comment j'étais arrivé là, dans ce bar miteux, absolument pas à l'abri de ces écervelés et encore moins d'un petit con qui vient vous réveiller. Je terminais la page du jour assez rapidement, sentant une pression inhabituelle contre le bois derrière moi.
A l'instar de ma propre conscience, j'ai gribouillé un inachevé "pardon". Comme l'espérance d'un lendemain, comme une recherche d'humanité.

J'ai fais glisser mon sac un peu plus loin, vers le chien, comme pour le mettre à l'abri et je me suis lentement déplacé vers le fond du bar, juste en face des deux acolytes. Mon revolver était chargé, il restait exactement six balles et je n'avais aucune idée de combien de rôdeurs il s'agissait, là, dehors, juste devant nous. Je ne voulais pas utiliser ce flingue, mais mon pauvre couteau suisse n'allait sûrement pas faire l'affaire face au chaos qui nous attendait. J'ai regardé dans la direction du jeune homme et je savais qu'il était armé, mais quand bien même son couteau semblait bien tranchant dans sa poche décousue, savait-il se servir d'une arme à feu ?
J'ai balayé la pièce du regard, beaucoup d'objets pouvaient nous servir mais ils étaient clairement hors de portée. Il fallait être méthodique et rapide.
Et surtout, il fallait communiquer.

J'ai pris une grande inspiration et j'ai planté mon regard dans celui du seul homme que j'avais rencontré depuis bien des mois, si ce n'est plus. Mes yeux émeraudes pétillaient à l'idée de tuer ces foutus inanimés, je sentais leur lueur me transpercer la poitrine. Ouais, ça faisait longtemps. Et ça me donnait l'impression de renaître.
Il avait peut-être raison, finalement, le p'tit brun. J'avais sûrement encore un peu d'espoir.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Lun 8 Déc - 21:27

Il commençait nettement à divaguer quand il entendit les pas de l'inconnu. Tiré de ses rêveries, Hunter réouvre ses paupières, essayant de voir où allait l'autre malgré la vision troublée et l'animal à ses côtés. Il se redresse, observe cet homme qui le fixait intensément. Surpris, il écarquille les yeux, comme dérangé par ses prunelles insistantes. Le Corbeau se relève rapidement, aisément, plongeant ses mains dans ses poches, gardant le silence devant ce militaire au caractère étonnant. A vrai dire, il le pensait ronchon et pas forcément intéressant ; mais le fait qu'il soit autant imprévisible attisait sa curiosité, acceptant au passage le risque de se ramasser à nouveau un pain dans la gueule.
« Tu veux sortir ? »
Il renifle bêtement, comme pas ravi à cette idée. Mine de rien, même s'il semblait être pas franchement sociable, ça restait un être humain, et le voir se lancer dans une mission suicidaire le bottait pas vraiment. Il voit l'arme, et fit un signe négatif de la tête. Non, vraiment, c'était une très mauvaise idée.
« Y'en a trop, dehors.. La voiture hurle encore, pas loin. »
Hunter se mord la joue, agacé par cette maladresse dont il a fait preuve quelques minutes plus tôt - lui si habile et si attentif habituellement.
« Va falloir que tu me supportes encore un peu, je pense »
Il hausse les épaules avec un air indifférent, puis se laisse tomber à nouveau sur le sol, prenant son chien dans ses bras comme une mère l'aurait fait avec son enfant. La fatigue se ressentait encore une fois alors Hunter ferme ses yeux, bercé par la lente respiration de l'animal.
« Demain on pourra faire le ménage, si tu veux. Ça sera moins risqué.. Attendons le lever du jour. »
Et puis il préférait que l'autre décuve - être bourré rajoutait un net risque dont ils pouvaient bien se passer.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Ven 12 Déc - 23:24

Bien sûr qu'il n'était pas question de sortir, c'était même évident mais j'aurais peut-être dû le formuler avec des mots. Encore une fois trop maladroit et aigri, je ne pouvais en vouloir qu'à moi-même du manque de clarté présent dans mes actes.
J'ai regardé le jeune brun se laisser tomber contre le sol et j'en ai profité pour inspecter quelque peu ses traits. L'alcool ne faisait plus effet, je le savais. C'était toujours pareil ; ça ne durait qu'un instant.

- T'as sûrement raison.

Il semblait jeune malgré ses traits marqués et sa barbe épaisse à certains endroits. Jeune mais sale. Ses mains sèches et pleines de ce qui ressemblait à du cambouis lui donnaient un air de garagiste rentrant chez lui, le soir. Ses cheveux, bien qu'ébouriffés, couvraient parfaitement certaines ridules de son visage et perçaient d'autant plus l'intensité de son regard. En effet, la noirceur de ses cheveux se reflétait dans cette couleur noisette perçante. On ne pouvait le nier, son regard avait dû en transporter plus d'une dans le passé mais la douceur des plis de ses paupières semblait s'être réduite à un froncement permanent, faisant ressortir ses pommettes quelques peu rosées par le froid.

En secouant mon visage à plusieurs reprises, j'ai passé une main sur celui-ci et j'ai regardé l'animal. C'était assez dingue de garder une bête en vie dans ce monde. Mais c'était tout aussi courageux qu'inconscient. La bête semblait s'être assoupie aussi, comme habituée par l'odeur nauséabonde de ces mangeurs et leurs ventres se soulevaient au même rythme, ils respiraient à l'unisson, comme s'ils ne faisiez qu'un, lui et son fidèle maître.
Ne dit-on pas que le chien est le meilleur ami de l'homme ?

Le soleil n'était pas encore tout à fait levé que la sensation de ces créatures ruées sur le bois du bar se faisait plus puissante, plus imposante, plus... obsédante.
Je ne supportais plus ce bruit de dents qui claquent, de grognement, de griffe contre la matière. Cela suffisait et j'avais pris toute la nuit pour réfléchir à ce qu'il allait se passer.
Quitte à mourir, autant le faire en homme bon. Une dernière fois.

A travers une petite ouverture, la visibilité était au rendez vous. Une voiture abandonnée, comme toutes les autres, était au coin de la rue, à quelques mètres à peine. J'étais un bon viseur, un plutôt bon lanceur. Il fallait essayer, après tout.
J'ai attrapé un pied de chaise cassé et j'ai rassemblé mes affaires, prenant soin de laisser la bouteille que j'avais entamé à côté de lui, le plus doucement possible. Le clébard avait ouvert les yeux mais semblait d'accord avec le fait que je m'en aille. Tant mieux.
J'ai enfilé un vieux pull et mis mon sac sur mon dos, puis dans un sursaut, j'ai aperçu un rôdeur se diriger vers le trou auquel je m'intéressais depuis un petit moment. J'ai grogné, malgré moi, et je lui ai planté ce vieux pied de chaise puant dans l'oeil, ce qui n'a pas manqué de m'asperger de ce sang noir ; pourri jusqu'à la moelle qu'ils étaient, ces fous. J'ai regardé aux alentours, ils semblaient s'être tous agglutinés devant et le champ paraissait libre. J'ai tendu mon bras en dehors du bar, le pieds de chaise en main et je l'ai balancé, dans un élan de force incontrôlé et surtout insoupçonné. C'était parti.

La voiture, hurlante, les a tous attirés. Plutôt fier de moi, je me suis attardé à prendre un long couteau de cuisine que j'avais remarqué la veille sur le bar et j'ai filé en douce, ne négligeant pas de bloquer la porte où j'étais sorti avec ma ceinture, rapidement.
Le plus discrètement possible, j'en ai dégommé quelques uns qui m'avaient remarqué moi, avant la voiture. Ils n'étaient pas si nombreux mais devenaient de plus en plus incontrôlables. C'était ça, le pire.
J'me demandais bien si j'allais m'en sortir.

Il en restait à peine cinq et j'ai fermé les yeux, pinçant les lèvres un instant avant de détourner le regard vers ma moto. Elle roulerait le temps qu'il faudrait et les éloignerait assez du bar. Il fallait tenter le tout pour le tout.

- Eh, bande de rapaces ! V'nez là, chair fraîche et plutôt bonne apparemment. Allez, venez ! C'est bien...

Comme des bêtes, ils se sont avancés vers moi. J'ai voulu prendre le temps de me souvenir de chacun de ce qu'on pouvait appeler leur visage et j'ai foncé sur ma bécane. J'ai accéléré, et je me suis envolé à vive allure.
Je ne voulais pas me l'avouer, mais je venais de risquer ma vie pour un clodo et son sac à puce.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   Sam 13 Déc - 18:24

Il avait seulement reposer la bête à terre pour l'entourer de ses bras, allongé contre elle, avant de sombrer dans ses rêves. C'était sûrement la première fois qu'il s'endormait aussi facilement ; mais étrangement, il ne ressentait aucune inquiétude particulière. Souvent aux alertes, régulièrement sur la défensive, Hunter avait le don d'être méfiant en toutes circonstances. L'autre aurait pu le tabasser à mort ou lui tirer une balle dans le crâne - sauf que le ton qu'il avait employé quelques secondes plus tôt ne fit qu'accentuer ce sentiment de sécurité qui l'emparait. Pour une fois, il décida de relâcher ses muscles et d'abandonner sa vigilance, confiant indirectement sa vie et celle de son canidé à ce parfait inconnu. S'il restait, Hunter se promit de lui demander son nom et d'en apprendre un peu plus sur cet homme aux teintes grises. Il a toujours été artiste dans l'âme et pouvoir lui offrir un peu de ses couleurs était loin de le déranger, pour une fois ; il regretterait amèrement de le laisser s'échapper et de le savoir à la merci de ces goules. Seulement, il ne doutait plus de sa capacité à s'en sortir seul et d'aimer se morfondre dans cette solitude - il connaissait parfaitement cette envie de s'isoler constamment pour essayer d'oublier des fautes passées ou des événements bouleversants, mais Hunter le trouvait touchant dans sa détresse (visible grâce à cette bouteille d'alcool qu'il avait remarqué en entrant, parce que le visage de cet ancien militaire était fermé comme un journal intime, il fallait l'avouer) et l'objectif de maintenir son chien en vie n'était plus suffisant pour le décider à continuer d'avancer. Il avait besoin d'une autre accroche et avait décidé de se la jouer bienfaiteur ; mais la tâche semblait si difficile à accomplir qu'il se sentit découragé avant l'heure. Enfin, pour l'instant, il se laissait aller dans le monde des rêves, s'échappant de l'enfer qui constituait leur quotidien. La fatigue rongeait ses muscles et son esprit, anesthésiant même la douleur à sa mâchoire qui avait semblé si insupportable quelques secondes auparavant.
Le Corbeau passa une nuit relativement bonne - si on oubliait quelques morceaux de son histoire qui s'incrustèrent et assombrirent ses songes - et se réveilla aux premiers rayons de soleil, ébloui par ceux qui filtraient à travers les fenêtres poussiéreuses. Vicious leva les yeux vers son maître avant de se décaler, se dirigeant vers la porte avec cette discrétion qu'Hunter avait souvent souhaité avoir. D'ailleurs, il lui fallut peu de temps avant de comprendre que l'autre s'était cassé. Le silence du bar et le manque de râles gutturaux à l'extérieur confirmaient sa pensée, et il s'empara alors de son sac avant de sortir à son tour, passant sa main sur cette mâchoire qui le tiraillait à nouveau. Tant pis, qu'il se disait ; ça lui apprendrait à vouloir sauver les âmes désespérées.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: trust me, you can dance. - vodka (sawyer)   

Revenir en haut Aller en bas
 

trust me, you can dance. - vodka (sawyer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bouteille de vodka, deux grands enfants et trois étoiles
» Lynn Scarlett Sawyer - Selena Gomez.
» Vodka orange && Jimmy Choo. {Eden <3 }
» EZRA •• l'ivresse de la vodka, la folie de la tequila
» vodka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the memory :: kenaï-