AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Hello Darkness my Ol' friend...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 05/06/2014
✤ post-envoyés : 837
✤ pseudo/prénom : Cha'
✤ célébrité : Jennifer Morrisson
✤ objets : - Sa lance à double pointe
- sa gourde en métal
- un paquet de chewing gum à la fraise
- sa paire de rollers
✤ crédits : tumblr
They have nails, good thing that I have Claws
✤ âge : 27 ans
✤ statut : célibataire
✤ humeur : déterminé


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: 1 seul, il l'avait mérité.
✤ nombre de rôdeurs tués: beaucoup, elle prend un certain plaisir à ça ...
✤ relations:

MessageSujet: Hello Darkness my Ol' friend...   Dim 31 Aoû - 17:43


   

   

Hello Darkness My Ol' Friend...

© Crédit image
L’autoroute ressemblait à un cimetière d’éléphants mécaniques. Les carcasses des engins laissés à l’abandon ressemblaient à des carcasses, à la merci des charognards qui rôdaient dans l’espoir d’en extraire leur pitance quotidienne. La poussière et la pluie avait ternie les carrosseries qui étaient à présent uniformément mates et grises. Kingsley resserra un peu plus son sol autour de son cou, avant de prendre l’élan nécessaire pour escalader un capot.
Le jeune homme avait décidé de partir en fin d’après midi de l’hôtel en direction de la sortie de la ville, son sac sur l’épaule et une barre de fer, son arme fétiche, de l’autre. Il avait confié Noa à Liv, qui ne se sentait pas de l’accompagner cette fois ci. Tant pis, il était parti en solo. Cela ne le dérangeait pas, bien au contraire : depuis leur départ de Kenaï, il avait besoin de passer plus de temps seul. Ce n’était pas dans les habitudes du jeune homme d’éviter ses pairs : simplement à présent, il avait souvent besoin de ses têtes à tête avec soi même,  simplement pour être au calme, à la recherche d’un peu de sérénité.

Il posa sa main libre en visière devant ses yeux, à la recherche d’une menace quelconque : l’endroit était réputée pour être bondé de zombies, des restes décharnés et rampants d’anciens automobilistes que la maladie avait rattrapé dans leur fuite vers le sud. Pourtant, cela ne l’inquiétait pas plus que ça. Cela faisait un petit moment qu’il avait arrêté d’avoir peur. Liv disait que ‘était mauvais signe, que cela voulait dire qu’il ne tenait plus autant à sa peau. Lui se disait simplement qu’à présent, chaque respiration qu’il prenait n’était qu’un peu de rab qu’il volait aux retrouvailles avec ses parents et ses sœurs. Il ne vivait plus que pour permettre à Noa de grandir et d’acquérir le plus de chance de survivre dans ce monde damné. Il ne pensait plus vraiment à lui : on lui avait refusé la seule chose qu’il avait jamais vraiment voulue depuis le début de l’épidémie : retrouver ses sœurs à temps. Alors maintenant, il s’occupait des autres, puisque l’on ne pouvait plus rien pour lui. Les sourires reconnaissants des gens autour de lui semblaient être l’unique chose qui le faisait se sentir un tant soit peu vivant, tangible. Aussi, il ne rechignait pas à faire partie des missions les plus périlleuses, pour le seul plaisir de voir les regards s’illuminer de reconnaissance à son retour. Puisque, pour l’instant, il était toujours revenu en un seul morceau, ce qui ne cessait de l’impressionner, et de l’agacer un peu, inconsciemment. Il ne méritait ni sa chance ni sa survie. Pas plus qu’un autre.

En l’absence du moindre grognement suspect, King sauta de son perchoir promptement, et se dirigea vers un van qui avait du probablement être rouge, un jour. Il vérifia que ce dernier était bien vide, puis défonça sans plus de cérémonie passant le bras à travers les bris de verre pour débloquer la porte arrière. Les sièges arrière étaient noircis par le sang qui avait séché à l’intérieur. Il y avait surement eu des gens assis sagement là, qui s’étaient retrouvés au milieu d’un nouvel enfer sur terre, et n’y avaient pas survécu. Il balaya ses sombres pensées d’un geste de la tête, puis se mit à fouiller l’habitacle du véhicule. Par chance, la voiture n’avait pas encore été fouillée, peut être parce que le jeune homme avait pris le risque de s’enfoncer profondément dans la débâcle de la route : les pillards les plus opportunistes, mais pas les plus courageux, s’étaient contentés de vider les voitures les plus proches de la périphérie de la ville. Lui s’était décidé à partir un peu plus loin, là où les zombies étaient encore nombreux et potentiellement affamés.
Il sortit de la voiture avec quelques affaires plus ou moins vitales : il avait trouvé deux romans sur la banquette, des best sellers à l’eau de rose. Dans la boite à gant, il avait trouvé une petite lampe de poche, une boite de médicament contre le mal de ventre et une boite de chewing gum. Ce n’était pas grand-chose, mais les médicaments, quel qu’ils soient, ne devaient pas être laissés à l’abandon. L’hotel avait sa propre petite infirmerie, mais vu le nombre d’habitants, les réserves se réduisaient comme peau de chagrin. Dans le coffre, il fit chou blanc : pas de chance, ces gens là devaient être de pauvres gens du coin qui faisaient leur trajet habituel pour aller au travail, pas des voyageurs lourdement chargés. Il allait falloir qu’il fasse d’autres voitures pour rentrer avec une récolte décente.

Alors qu’il s’extrayait de la voiture, son regard se posa sur une ombre qui glissait sous les roues des voitures, à quelques mètres de lui. Cela bougeait vite, alors King pensa à un autre pillard, tout aussi silencieux que lui. C’était surprenant, mais pas impossible. Il s’accroupit, serrant son arme entre ses doigts, calculant ou glisser la barre pour faire trébucher l’ombre sans se faire repérer avant. Il tendit la barre de fer entre une vieille cadillac et un camping car, un peu à l’aveugle, espérant que la chance lui sourirait. Il entendit le bruit mat de la chute alors que son bras se mettait en tension pour retenir la barre. Le gonz avait du se prendre les pieds comme il fallait. Il entendit des aboiements presque familiers. Un chien accompagnait l’être qui venait de se casser la gueule. Le clébard se rapprocha de lui pour le renifler, d’abord méfiant, puis plus calme : Vicious. C’était Vicious. Alors celui qui le suivait ne pouvait qu’être …

-… Bah alors mon grand, non seulement on me suit mais en plus on regarde pas où l’on met ses pieds ? je t’ai rien appris ou quoi ?

Alors comme ça il avait survécu, lui aussi. Quel drole de monde quand meme … Kingsley lui tendit la main pour l'aider à se relever, un demi sourire aux lèvres...

   

   
made by Jacage.

_________________
Stop being sorry about yourself, at least you're not dead yet ! .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Lun 1 Sep - 21:45

Il avait décidé de se lever tôt, aujourd'hui. Son sommeil n'était pas aussi calme que certains - Hunter a toujours été d'une nature insomniaque, hanté par ses sombres souvenirs et son imagination débordante. Et y'avait ce danger perpétuel, dehors, cette mort qui guettait dans la pénombre, qui n'attendait qu'une erreur de votre part pour pouvoir vous faucher. Ça aidait pas au sommeil, c'est certain - même si y'avait plus les scientifiques à la con pour assurer que c'est un fait véritable. Hunter s'était donc barré de la mine assez tôt, histoire d'explorer cette fameuse ville. Les survivants semblaient si accueillants, dans le coin - Elyrian en était bien la preuve. Mais bon, il s'attendait pas non plus à une fête et un banquet à leur honneur. Ils auraient seulement pu se montrer plus compréhensifs - et pour l'instant, personne de Kenaï semblait présenter des troubles mentaux assez conséquents pour foutre le feu à toute la ville. Mais si ça arrivait, Hunter serait en première loge. Il a toujours aimé les feux d'artifices, encore plus depuis que ça pouvait égayer une vie pleine de zombies. Dommage que y'avait pas de pyromane dans le coin - à la place de ça, fallait faire ses preuves. Comme si c'était l'occupation première de chaque survivant. Y'avait largement plus vital que de chercher à obtenir l'attention de ces habitants de Girdwood. Autant vous dire qu'avec cette mentalité là, Hunter était loin d'être premier dans leur classement. Que voulez-vous, il aime pas montrer son potentiel, il préfère se démerder seul.
Il arriva à la forêt, se posa sur une souche, appréciant pour une fois le chant des oiseaux et la froideur du vent. Il s'allume une clope pensivement, manquant de brûler sa mitaine, et s'amuse à plier le paquet maintenant vide de cigarettes. Il lui en restait plus qu'un, et Dieu sait à quel point il est emmerdant quand y'a plus de tabac à fumer. Ça l'aidait à oublier ses pensées, ça l'aidait à écourter sa vie. Hunter passe sa main sur son visage, avant de tirer une longue latte et se lever, décidé à aller un peu plus loin. Y'avait l'autoroute, qu'il aimerait bien découvrir. Si Roy a manqué quelque chose. Il avait un minimum de confiance en lui, mais ce dernier n'avait certainement pas eu le temps d'explorer un peu, depuis. Au pire des cas, si c'était vraiment bien bouché, il pourrait revenir à la mine avec quelques objets importants. Pour les autres. Ou pour lui, bien que le seul être important à ses yeux était son chien - il ignorait seulement que pour son coeur, il y en avait plusieurs. Il préférait l'oublier, ça.

Hunter s'assit sur le capot d'une voiture défoncée, râlant contre son paquet de clopes vide et allumant la flamme de son briquet avec concentration. Une forme au loin attire ses prunelles sombres et il se redresse, descendant de la bagnole en s'emparant de son arme au passage. Il scrute l'horizon avec attention, se déplaçant lentement entre les véhicules - bien qu'il commençait nettement à douter de ce qu'il avait vu. Peut-être que c'était son imagination, après tout. Le manque de sommeil, ça aidait clairement pas. Seulement, il n'avait pas vu la barre tendue à ses pieds, et il s'étale violemment et de tout son long sur le sol, faisant tomber sa machette dans un tintement bien bruyant. Automatiquement, son chien gueule, aboie, hurle telle une alarme - mais se calme quasiment aussitôt après. Curieux, Hunter relève le nez avant d'apercevoir le visage de Kingsley. En ronchonnant, il se lève seul, pestant contre les nouvelles déchirures de son jean et de son t-shirt.
« Non en effet, t'es parti trop tôt »
Un petit sourire se dessine sur ses lèvres tandis qu'il esquisse un mouvement pour le prendre dans ses bras, avant de se raviser. Mais bordel, qu'est-ce qu'il était content de le voir, là, en face de lui. C'était comme si tout le danger s'était estompé, comme si cette épidémie n'était jamais arrivée. Kingsley, c'était une des seules personnes de son passé qu'il s'autorisait à encore apprécier. Bien qu'il préférait nier toute attache, il avait tout de même une sacrée place dans son cœur.
« Alors comme ça t'es à l'hôtel ? »
Il aurait aimé lui demander comment allait Noa, s'il avait retrouvé ses soeurs, s'il avait parlé à Jamie - mais parler, c'était pas trop son truc. Il aimait plutôt écouter, surtout quand c'était des personnes comme Kinsgley.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 05/06/2014
✤ post-envoyés : 837
✤ pseudo/prénom : Cha'
✤ célébrité : Jennifer Morrisson
✤ objets : - Sa lance à double pointe
- sa gourde en métal
- un paquet de chewing gum à la fraise
- sa paire de rollers
✤ crédits : tumblr
They have nails, good thing that I have Claws
✤ âge : 27 ans
✤ statut : célibataire
✤ humeur : déterminé


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: 1 seul, il l'avait mérité.
✤ nombre de rôdeurs tués: beaucoup, elle prend un certain plaisir à ça ...
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Mer 3 Sep - 20:53

Kingsley gratouillait le ventre de Vicious qui s’était affalé devant lui les quatre fers en l’air, sans quitter du regard Hunter. Ce dernier avait peut être encore un peu maigri, si tant est que le piaf qu’il était pouvait paraitre encore un peu plus maigrichon. Mais dans l’ensemble, il avait une bonne tête, enfin, pas pire que d’habitude. Il avait réussi à garder son chien en vie, et à trimballer sa carcasse jusqu’ici. Ce petit était décidément bien accroché à la vie, pour quelqu’un qui n’en avait rien à foutre. Sa remarque lui tira un petit sourire, alors qu’il se redressait tranquillement sur ses pieds, époussetant son pantalon :

- Que veux tu, les meilleurs partent les premiers parait il…

Il remarqua le petit élan contenu d’Hunter, puis, pour le soulager de ses élans d’affection qu’il tentait tant bien que mal de réprimer, passa ses bras autour des épaules du corbeau pour le serrer dans ses bras. Lui, ça ne lui coutait rien de le faire : il était sincèrement content de le savoir vivant, et c’était déjà énorme. Peu de choses arrivaient à le rendre heureux de nos jours. Il le pressa contre lui le temps de quelques secondes, avant de reculer, et de ramasser son arme par terre. Toujours la même barre de fer depuis plusieurs mois. Il s’était habitué à sa taille, son poids, sa portée, et elle était devenue, à l’instar de ses gants cloutés, une extension de ses mains. Une extension mortelle.
Il balaya les alentours du regard, pour s’assurer qu’ils étaient bien seuls, avant de lui répondre tranquillement :

- Ouaip, je n’étais pas prêt à quitter le grand luxe pour m’enterrer dans un campement où les gens ne dorment même pas dans un VRAI lit … * il se tut un instant* et puis, je me devais de trouver un lieu où mettre ceux qui comptent sur moi à l’abri …

Il n’était pas tout à fait sur qu’Hunter soit au courant de sa prise en charge de la petite Noa ; la petite aveugle se comportait avec lui comme si elle avait été sa fille, et lui son père. Même l’age collait, et en dehors de leur couleur de peau, rien ne pouvait trahir leur absence de filiation. La gamine n’était jamais loin de lui, ils partageaient les mêmes activités, la même chambre, et elle ne pouvait aller nulle part sans qu’il sache précisément ce qu’elle mijotait. A l’inverse, il se mettait un point d’honneur à ne rien cacher à la petite de ses activités et des risques qu’il prenait. Il ne voulait pas qu’elle apprenne ce qu’il faisait des autres. Entre eux la confiance était totale. Aveugle, sans mauvais jeu de mot. De même, il ne svait pas s’il connaissait Liv, ni la relation quasi filial entre eux. C’était étrange, mais Liv ressemblait, dans un sens, à ce qu’aurait pu être les jumelles si elles n’avaient été qu’une seule et même personne : elle avait l’audace de Blue et l’intelligence vive de Prim. Avec cela, une petite dose de folie et de pénibilité qui la rendait unique. Bref, c’était Liv, la seule personne « adulte » qu’il avait accepté sans trop ronchonner sous son toit, puis sous son aile. Pour autant, ils ne ressemblaient même pas à un couple. L’amour entre eux n’était pas quelque chose de physique

- Ça te dérange pas si on continue à marcher ? j’ai besoin d’encore quelques trucs avant de pouvoir rentrer… j’aimerais bien trouver des vêtements d’hiver pour enfants, les nuits sont fraiches en ce moment …

Bon, voilà c’était dit, à voir si Hunter poserait la question ou pas. Avec le zigoto, on ne savait jamais. Il reprit sa marche tranquille, son regard gris passant d’une vitre à l’autre, dans l’espoir, quelle horreur de dire ça, de trouver les vêtements d’un petit bout qui aurait eu moins de chance que Noa. La doucette grandissait vite, c’était de son âge, mais par conséquent, ses pantalons commençaient à découvrir ses chevilles, et ses pulls aussi rétrécissaient à vue d’œil. S’approchant d’une voiture pour en scruter l’intérieur, il continua de parler, questionnant Hunter à son tour :

- Et toi alors, tu as trouvé une planque au calme dans un coin ? Ou tu as finalement consenti à rejoindre ceux de la mine ? Parce que je me doute bien que les égouts c’est plus trop ta came …

_________________
Stop being sorry about yourself, at least you're not dead yet ! .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Jeu 4 Sep - 21:28

Quand il sentit ses bras l'entourer, il eut instinctivement un mouvement recul. Prenant conscience de son erreur, il le retient à demi, empêchant ses mains de se poser sur le dos de son ami, suspendues dans le vide. Ce contact ravivait son envie de liberté, son impression d'être enfermé, mais il était certain qu'il se sentait aussi en sécurité. C'était sûrement ça aussi, s'attacher. Ne pas pouvoir s'échapper, mais se sentir bien, au fond. Seulement Hunter était sûr que chez les autres, ces sentiments là étaient modérés. Mais les siens étaient toujours poussés à l'extrême, et il éprouvait une certaine difficulté à les gérer. Alors il reste planté là tandis que Kingsley le serre, incertain. Quand il se recule, il se sentit profondément faible, seul. Mais libre. Ses prunelles se posent sur l'arme de Kingsley, et il ne pu retenir un sourire. Cette barre, elle avait une belle histoire, maintenant. Il transportait ce souvenir avec lui, alors. Indirectement une partie d'Hunter. Cette idée le rassura sur la place qu'il avait dans le coeur de son ami, et il détourne le regard. Jusqu'à qu'il reprenne la parole. Toute ouïe, son attention se reporte sur lui, et il tiqua à la fin de sa phrase. Ceux qui comptent sur moi à l’abri. Il se doutait que Noa faisait partie des ceux, il le sentait. Il le savait au fond, même s'il attendait la suite, qu'il donne des noms. Mais il en était quasi certain - Noa n'avait pu attirer que la protection de Kingsley. Surtout si sa famille n'avait pas survécu - seulement Lowell n'avait pas mentionner les parents de la petite, la dernière fois. Mais le mot était au pluriel et il savait vraiment pas qui d'autre pouvait être aussi important à ses yeux. Hunter arrivait à se demander s'il avait trouvé quelqu'un. Cette pensée lui arracha un sourire amusé - il serait content pour lui, pour sûr. Mais voilà, c'était sûrement pas le moment de se trouver quelqu'un et de batifoler avec en sachant toute la merde qu'il y avait à l'extérieur. Il s'accroupit près de son chien en continuant de l'écouter, resserrant le collier clouté en cuir qui semblait se déchirer au fur et à mesure de leurs mésaventures. Il passe une main sur son crâne, entre les deux oreilles, avant de se relever, offrant un superbe sourire à Kingsley. Il avait éclaircit ses pensées. Il était maintenant sûr et certain qu'il s'occupait de la petite aveugle. Tant mieux, elle était vraiment entre de bonnes mains. King était loin d'être un mauvais bougre. Et puis merde, de toute façon, Noa était un ange qu'on était obligé d'apprécier et de protéger. Enfin, lui-même ne s'en sentait pas capable - il avait d'ailleurs jamais compris pourquoi elle s'était approché de lui, à l'époque - mais il était terriblement content qu'elle ait trouvé quelqu'un pour s'occuper d'elle. Hunter laisse un peu son ami le distancer, avant de le rejoindre, enfouissant ses mains dans ses poches. C'est bien top les mitaines, mais ça vaut pas une paire de gant. Il s'arrête près de Kingsley, observant à son tour l'intérieur d'une voiture à proximité. Rentrer bredouille au camp était loin d'être une bonne idée et il en était parfaitement conscient. Il étouffe un rire à la réplique de son ami, se remémorant le passage des égouts.
« A la mine. Mais pas pour longtemps. »
Il marque une pause, tentant d'ouvrir la portière. Bingo, le véhicule n'était pas fermé - ça évitait de rameuter les cadavres du coin en brisant la vitre. Il rentre dans la voiture, s'emparant de deux livres et d'une bande-dessinée avant de les tendre à Kingsley.
« Tu passeras le bonjour à Noa »

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 05/06/2014
✤ post-envoyés : 837
✤ pseudo/prénom : Cha'
✤ célébrité : Jennifer Morrisson
✤ objets : - Sa lance à double pointe
- sa gourde en métal
- un paquet de chewing gum à la fraise
- sa paire de rollers
✤ crédits : tumblr
They have nails, good thing that I have Claws
✤ âge : 27 ans
✤ statut : célibataire
✤ humeur : déterminé


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: 1 seul, il l'avait mérité.
✤ nombre de rôdeurs tués: beaucoup, elle prend un certain plaisir à ça ...
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Lun 8 Sep - 21:25

Comme à leur habitude, c’était King qui parlait, et Hunter écoutait. Cela ne le dérangeait pas, il savait qu’Hunter n’était pas le mec le plus bavard et ouvert qu’il soit. Au contraire, cela lui faisait presque du bien. Il n’avait pas vraiment de confident à l’hotel, il avait plus le rôle du père, du grand frère ou du gros bras que l’on envoie au casse pipe quand personne n’a la motivation de se frotter aux macchabés. Lui, bonne pâte, acceptait les missions sans même véritablement ronchonner : tant que Liv et Noah étaient en sécurité, il était tout à fait disposé à risquer sa propre vie. Si il avait toujours eu cette tendance sacrificielle, elle était devenue un trait à part entière de sa personnalité à présent, s’en était presque effrayant. Il tourna la tête avec un demi sourire légèrement narquois alors qu’Hunter précisait ne pas vouloir s’éterniser à la mine :

- Allons bon. Tu as peur de prendre gout à la civilisation c’est ça ? Je te conseille cependant d’y rester un moment avant de tenter de te trouver une bâtisse pour toi tout seul ; j’ai pas eu le temps d’assainir la zone pour le moment …

Il attrapa les livres avec un hochement de tête appréciateur : il aimait raconter des histoires à la gosse le soir. Celle-ci aurait probablement adoré lire si elle avait pu, aussi il mettait un point d’honneur à ce que sa cécité ne la prive pas d’une certaine culture littéraire. Lui-même n’avait pas été un gros lecteur par le passé, mais il reprenait gout à cela en lisant des classiques à la petite, en tout cas ceux qu’il réussissait à trouver ça et là. Ils avaient leur préférence d’ailleurs. Certains livres avaient été lus et relus, et Noa pouvait même le corriger quand il se trompait dans une phrase, elle avait une mémoire étonnante. D’ailleurs, il ne fallut pas plus que l’évocation de son nom pour que les yeux de King se mettent à briller d’un éclat totalement inédit : une sorte de ferveur lumineuse, mêlée à ce qui ressemblait presque à de l’amour.

- Ce sera fait. Elle m’a parlé de toi. Elle m’a parlé de tous les gens qu’elle a rencontré à Kenaï avant que moi, je la trouve. Pour la petite histoire, son précédent protecteur s’est fait mordre la veille de notre rencontre. La p’tite a eu les tripes de le tuer elle-même. C’est un sacré numéro. Une vraie mini guerrière.

Il y avait dans la voix du jeune homme l’orgueil d’un père qui parle de sa fille, il le savait depuis un moment à présent. Ça lui avait fait bizarre sur le coup, jusqu’à ce que Liv souligne qu’il avait totalement l’age d’être le géniteur de Noa, sur le papier. Et puis, ils étaient tous ensemble depuis maintenant plus de 4 mois. Cela pouvait paraitre peu, mais dans ce monde, ces circonstances, il avait l’impression que cela faisait 4 ans.

Il s’avança vers une fiat panda bleue, jetant un coup d’œil à l’intérieur avant de faire signe à Hunter de se reculer ; il y avait un reste de rodeur sur le siège passager, une espèce d’agglomérat de chair et de peau en décomposition, pas bien vivace, mais remuant encore un peu. Il ouvrit la porte, puis d’un geste sec, transperça le globe occulaire gauche de la bestiole pour percer son crane de l’autre coté, comme on entaillerait la coquille d’un œuf à la coque. Le craquement chuinta presque discrètement, et le mort n’eut même pas le temps de réagir. Sans sourciller, King l’attrapa par le col et le laissa tomber aux pieds d’Hunter dans un « ploc » misérable. Il aimait bien les voitures « habitées » : c’était le signe qu’elles n’avaient été visitées auparavant, et qu’elles étaient potentiellement pleines à craquer. Il se hissa à l’intérieur, continuant de fouiller et de parler comme si de rien était.

- Il y a pas mal de monde de Kenai à l’hotel. Il y a les Cole, les Chatterton… Moi j’y ai amené Noa, et Olivia aussi, je ne sais pas si tu la connais… On est parti juste après … Après notre passage au camps de la forêt à Kenai. On a pas trainé dans le coin, nuits trop froides.

Et fantômes trop présents… Vivre dans la maison où il avait grandi avec ses sœurs lui était devenu insupportable, douloureux à en mourir. Alors il avait pris ses deux compagnons sous le bras et avait décidé de descendre dans le sud après que les émissions de radio et l’avion apparaisse… Ils avaient été suivis de près par les autres habitants d’ailleurs…


_________________
Stop being sorry about yourself, at least you're not dead yet ! .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Mar 9 Sep - 23:30

Il avait pas vraiment compris où il voulait en venir. Hunter prenait ça comme un reproche - comme si il avait souvent besoin de Kingsley. Il fronce les sourcils, indécis, en espérant qu’il se trompe. Parce qu’aux dernières nouvelles, il évitait de lui demander quoique ce soit. Et débarrasser une maison, encore moins, il s’en voudrait de potentiellement plonger son ami dans les emmerdes. C’était limite le pousser dans les zombies, s’en savoir s’il s’en sortirait ou pas. Puis il avait un minimum évolué pour comprendre que fallait pas foutre ses proches dans les ennuis. C’était déjà ça de pris. Mais peut-être qu’il le provoquait un peu. Peut-être qu’il disait ça pour rire. Seulement Hunter c’était un pas drôle, il avait du mal à comprendre l’humour. Surtout quand ça concernait certains sujets. Comme l’aide. Alorss il se contente de lui sourire en retour, comme pour lui faire comprendre qu’il avait compris que c’était qu’une boutade, et que c’était bien marrant, tiens. Même si au fond ça l’avait un peu touché.
Quand il s’empare des livres, Hunt scrute ses prunelles, ne perdant pas une miette de ce feu d’artifice. Il aurait aimé avoir ça, aussi, dans ses propres yeux. Mais les siens restaient éternellement - ou fréquemment sombres, inanimés. Rien n’y passait. Enfin, plus rien depuis le jour où son soleil s’est éteint. Il aurait détourné le regard si Kingsley n’avait pas reprit la parole avant. Le visage inexpressif, il encaisse les paroles qui blesse à nouveau son coeur. Ca lui donnait envie de hurler, de crier, tous ses couteaux qu’on lui enfonçait dans le palpitant. Y’en avait foutrement assez pour qu’on en rajoute, mais personne ne semblait d’accord pour lui accorder un bref moment de répit. Elle m’a parlé de toi. Pourquoi ? Il s’était jamais jugé important à ses yeux. Et il ne devait pas l’être. Surtout pour une petite, surtout pour elle. Il retient de jurer. Surtout en pensant qu’elle avait dû tuer Roscoe. Elle avait des tripes ? Mais c’était pas de son âge, de faire ça. Elle avait pas le droit de grandir aussi vite. De brûler autant d’étapes. Lui-même en avait loupé, de trop, et il s’était lamentablement ramassé. Noa ne devait pas finir comme ça, surtout pas. Même si King était là, on sait jamais quel bordel se cache dans la tête de quelqu’un. Cette gosse était censée être pure et innocente et la corrompre à la violence et au sang le dégoûtait profondément. Pourtant, il pouvait pas s’empêcher de comprendre. Pour qu’elle survive, en cas de problème. Il passe une main sur sa barbe, retenant cette vague de sentiments contraires qui l’envahissait. Lâche un soupir venant du fond de son âme.
Il reste toujours muet, n’esquissant même pas un mouvement de recul quand il ouvre le véhicule. La scène fut rapide - un peu trop pour ses yeux fatigués - et il se retrouve avec un rôdeur à ses pieds. Rôdeur qu’il pousse avec sa rangers droite, écoeuré par cet être décomposé. Hunter s’approche de la voiture, laissant Kingsley fouiller l’intérieur tandis qu’il s’appuie contre une portière. Ses mains tâtent maladroitement ses poches avant de se rappeler que, ouais, y’avait plus de clopes. Il ronchonne, balaye le paysage du regard, s’assurant qu’aucun mort ne traînait entre les voitures. Enfin, pas des entiers, visiblement. Peut-être des moitiés. Le nom Chatterton résonne dans son crâne ; Jamie était là-bas, évidemment. Mais il avait pas envie de le revoir. Plus maintenant. Pas aujourd’hui, du moins - c’était un autre démon de son passé. Une autre boîte à souvenirs. Comme Ozzy.
« Il faisait froid dans ta maison ? »
Cette raison, il arrivait pas trop à l’avaler. La baraque à Kingsley regorgeait sûrement de couvertures bien chaudes. Y’avait qu’à y retourner, abandonner la forêt. Il tilte un peu, mais cache son étonnement, hausse seulement un sourcil. Obligé qu’il cache une autre explication.
« Au fait. Ne passe pas le bonjour à Noa. Ne parlez plus de moi. »
Il reporte ses iris sur son ami, attendant qu’il promette. Qu’elle n’espère plus le revoir, le savoir en vie. Qu’elle n’espère plus rien à son sujet.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 05/06/2014
✤ post-envoyés : 837
✤ pseudo/prénom : Cha'
✤ célébrité : Jennifer Morrisson
✤ objets : - Sa lance à double pointe
- sa gourde en métal
- un paquet de chewing gum à la fraise
- sa paire de rollers
✤ crédits : tumblr
They have nails, good thing that I have Claws
✤ âge : 27 ans
✤ statut : célibataire
✤ humeur : déterminé


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: 1 seul, il l'avait mérité.
✤ nombre de rôdeurs tués: beaucoup, elle prend un certain plaisir à ça ...
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Jeu 11 Sep - 19:42

King sentit la crispation qui avait saisi Hunter au fur et à mesure de ses propos. Il soupira dans sa barbe, et continua ses recherches en marmonnant : alors quoi, maintenant même Hunter prenait la mouche quand on le taquinait un peu ? Il n’y avait donc plus personne pour partager un peu de légèreté en ce monde ? Si l’ancien King aurait tenté une seconde approche plus douce pour détendre un peu l’atmosphère, celui de Girdwood lui, était un peu moins sensible aux états d’âme et à la petite sensibilité des autres. Ya un moment, ça va, il n’était pas le dalaï lama, il n’avait pas à souffrir de la peine du monde par empathie.
Il tourna la tête un instant vers le jeune solitaire pour lâcher un laconique :

- D’accord, si tu y tiens.

Puis il retourna à sa besogne ; il y avait un bordel monstre à l’arrière de la voiture, des valises cadenassées, non exploitables, mais aussi quelques sacs plastiques remplis de détritus, de papier de bonbons et autres inutilités du genre. Dommage, autant se rabattre sur le sac à dos restant. Il tira sur les ficelles du contenant avec les dents, avant de plonger la main à l’intérieur. Jackpot, ou presque : il y avait de la nourriture déshydratée et des barres énergétiques. Le propriétaire de la voiture avait prévu une petite randonnée, à n’en pas douter. Il fouilla les poches latérales pour en sortir une boite de pansement, de l’anti moustique en spray et une boite d’allumettes. Cela pouvait paraitre risible, mais c’était déjà un beau butin pour lui. Aussi, au lieu de vider le sac, il le sortit directement de l’habitacle avec, pour le foutre sur son dos. Il n’avait toujours pas répondu à la question d’Hunter. A vrai dire, il ne répondait plus aux questions sur ce qu’il avait vécu à Kenai, en dehors de ses rencontres avec Liv et Noa. Il essayait obstinément d’enterrer toute trace de ce qui s’était passé là bas juste avant son départ. Sa santé mentale en dépendait, tout simplement.
Il se retira de la voiture avant de claquer la porte, écrasant les doigts du macchabé sans faire attention en reculant. Le bruit sinistre ne le fit même pas réagir, alors qu’il fouillait dans l’intérieur de son éternel veste en cuir.

- Attend, j’avais un truc pour toi.

Lentement, il sortit un paquet de cigarettes à moitié défoncé, écorné et tordu pour le mettre d’office dans la main d’Hunter. Il leva les yeux pour lui dire sans un sourire :

- Je l’ai trouvé le mois dernier le jour de ma rencontre avec Liv. Je fume pas alors je m’étais dit que je les donnerais à quelqu’un qui saurait en profiter à leur juste valeur.

Il n’attendit pas le merci de circonstance avant de reprendre la route. Il n’était plus à ça près, et n’attendait plus la gratitude de qui que ce soit. Il faisait les choses parce qu’il les jugeait bonnes, c’est tout. Il se passa la main dans les cheveux, réfléchissant à ce qu’il pouvait bien lui manquer. A oui, les vêtements d’enfants. Il fallait qu’il trouve des monospaces ou des camping cars, des véhicules familiaux. Il avançait d’un pas alerte et rapide, comptant sur le fait qu’Hunter le suivrait. Après, si il ne le faisait pas, ma foi …

- Tu cherches quelque chose en particulier ? de la nourriture, des couvertures, des médocs ? Il reste pas mal de chose dans le coin mais d’ici une heure ou deux, ça va grouiller de Crevards, donc on peut pas trainer trop longtemps dans le coin.

Il prit une gorgée d’eau dans sa gourde, s’essuyant d’un revers de manche. Ses yeux s’étaient éteints, et n’étaient plus à présent que deux billes métalliques et sombres, qui semblaient un peu plus renfoncés dans leurs orbites qu’à l’ordinaire …

_________________
Stop being sorry about yourself, at least you're not dead yet ! .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Sam 13 Sep - 18:08

Hunter n’avait pas fait attention à l’attitude de Kingsley, mais quelque chose lui disait qu’il avait changé. Certes, on change tous ; pourtant, il avait espéré qu’il fasse parti des exceptions. Kingsley était une personne avec une âme rare, c’était quelqu’un qui était bien encré dans le coeur d’Hunter. Pour la bonne raison qu’il était vrai. Pas du genre à manipuler pour arriver à ses fins, pas du style à mentir pour faire bonne figure, qui faisait attention à tout, à tous, aussi, certainement. Il aurait très bien pu l’ignorer, le laisser dans sa détresse, autrefois ; mais il l'avait aidé, ce gamin, avait souhaité qu’il s’en sorte. Il aurait bien évidemment réussi si Hunter n’était pas certain d’être destiné à une vie d’errance, mais ses gestes et ses paroles l’ont toujours touché. Et le fait qu’il ne cherche pas plus loin suite à sa remarque ne faisait pas parti du Kingsley qu’il connaissait. Pourtant, Hunter laisse couler, passant une main dans ses cheveux, les remettant à l’arrière de ses oreilles. Il se tait pendant que son ami fouille le véhicule, à la recherche d’objets jugés précieux depuis la fin du monde. Hunter aurait pu faire de même, mais il n’avait besoin que d’un nouveau collier pour son chien, et c’était certainement pas ici qu’il allait le trouver. Y’avait bien des trucs à ramener à la mine, mais il n’avait franchement plus envie de chercher quoique ce soit. Une silhouette à démarche titubante attire son attention, et il fixe cette dernière, la surveillant avec cette concentration qu’il avait acquise que depuis l’apocalypse. C’était dommage, qu’il se disait souvent ; ses rêveries lui manquait, et il préférait nettement être plongé dans son ancien monde noir et sombre que de faire face à la réalité. Ses yeux se détournent de sa cible quand Kingsley l'apostropha à nouveau. Magnifique. Un paquet de clopes. Hunter était à la fois rassuré d’en avoir un de plus dans son stock et à la fois effrayé. Y’avait celui qui voulait crever et celui qui voulait vivre, à l’intérieur de son coeur. Mais il sourit, le remercia d’un bref mouvement de tête et enfouit le paquet dans la poche de son jean. Il le suivi machinalement, accompagné de son chien, oubliant le macchabée qui s’avançait lentement en leur direction, un peu plus loin.
Il écoute pensivement les paroles de Kingsley, essayant de faire une potentielle liste de ce qu’il avait besoin. Enfin, de ce qu’ils avaient besoin, à la mine. Parce que lui avait déjà tout ce qu’il fallait dans sa cabane, et à part la bouffe qu’il avait tendance à refiler à Vicious plutôt qu’à lui, ça lui convenait. Peut-être des nouvelles fringues - la plupart de ses jeans étaient déchirés, et ses t-shirts n'étaient guère mieux, mais ce n’était pas un besoin vital. Autrefois, il avait eu l’habitude de se contenter du minimum et ça se révélait être un avantage aujourd’hui. Peut-être des médicaments pour les autres, tiens. Hunter n’avait pas une santé fragile, endurci à la dure vie qu’offrait la rue, mais il s’en voudrait de voir quelqu’un crever par une simple maladie. Il s’apprêtait à lui répondre quand, las, il arrêta Kingsley en empoignant son blouson. Il le force à lui faire face et vrille ses prunelles dans les siennes. Le temps était peut-être compté, mais c’était pas deux secondes en moins qu’allaient tout faire basculer.
« Qu’est-ce que t’as, Kingsley ? »
Il soupire, comme s’il voulait s’excuser d’une chose qu’il n’avait jamais faite.
« Tu sais que j’suis là. Si tu veux parler. »

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 05/06/2014
✤ post-envoyés : 837
✤ pseudo/prénom : Cha'
✤ célébrité : Jennifer Morrisson
✤ objets : - Sa lance à double pointe
- sa gourde en métal
- un paquet de chewing gum à la fraise
- sa paire de rollers
✤ crédits : tumblr
They have nails, good thing that I have Claws
✤ âge : 27 ans
✤ statut : célibataire
✤ humeur : déterminé


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: 1 seul, il l'avait mérité.
✤ nombre de rôdeurs tués: beaucoup, elle prend un certain plaisir à ça ...
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Dim 14 Sep - 23:17


   

   

Hello Darkness My Ol' Friend...

© Crédit image
Avait-il vraiment envie d’en parler ? Il n’en était même pas sûr. Il n’était même plus sûr de quoi il était capable quand il était en colère ou triste. Il s’était mis à museler les émotions trop fortes, par crainte que ces dernières prennent le dessus. Sa dernière crise de colère l’avait amené à presque battre à mort un membre du camp de la forêt à Kenai. Il ne s’était jamais acharné sur quelqu’un comme ça d’une manière aussi… Déraisonnable. Il aurait pu le tuer si on ne l’avait pas arrêté. Et le pire, c’est qu’il se sentait tout à fait capable de recommencer un jour, pour une raison quelconque. Alors pour évacuer, au moindre signe, prémisse de frustration ou de colère, il se barrait il ne savait où dégommer du mort jusqu’à plus soif. C’était comme ça qu’il gardait sa sanité pour l’instant, mais combien de temps cela demeurerait ainsi ? Combien de temps avant que la rage ou la tristesse ne refasse surface ? Combien de temps avant qu’un rôdeur un peu plus malin que les autres profite de son esprit embrumé pour lui inoculé son venin mortel ? Il n’en savait rien. Il n’en savait rien et cela l’effrayait un peu, à vrai dire. Il avait l’impression parfois d’être un guide qui aurait perdu sa boussole, un phare ne percevant plus sa propre lumière. Ce qu’il faisait pour les autres, il n’arrivait plus à se l’offrir lui-même. Il en perdait l’appétit, parfois le sommeil. Liv avait parlé de syndrome Post traumatique, lui qui avait été la sérénité incarnée. Il avait du mal à vivre avec cette espèce de douleur sourde, sournoise, qui se faisait presque absente parfois pour mieux ressurgir, dans les pires moments, réveillant ses pires souvenirs. Dans ses moments-là, il s’isolait du reste du monde, partant soit dans un recoin abandonné de l’hôtel, soit à la recherche de rôdeur à occire. Une fois encore, il craignait que les épisodes d’angoisse et d’intrusion de flash dans sa mémoire se multiplient et se rapprochent dans le temps. Liv lui avait pourtant conseillé de prendre quelques médicaments pour calmer ses angoisses, ou mieux dormir, mais il les refusait obstinément. Il n’aimait pas l’idée que ses pensées et ses sentiments soient régulés artificiellement. Au moins, sa douleur lui appartenait. Elle était réelle, pas comme cette tranquillité cotonneuse que les cachets promettaient. Alors il se battait seul, se raccrochant à sa Co équipière et à sa fille comme à deux bouées de sauvetage en pleine mer. Deux espoirs.

Il se retourna en dardant Hunter de son regard d’acier, les muscles tendus. Nerveux. Il vit le rôdeur derrière Hunter, qui avançait en trainant des pieds. Mouais, il était encore bien loin, et lent. Il n’arriverait pas sur eux avant un petit moment, et s’ils trottinaient un peu plus vite, il ne les atteindrait même pas. Il se reconcentra sur Hunter, un pli se formant sur le rebord de ses lèvres. Qu’est ce qu’il avait… Bonne question tiens. Il ouvrit la bouche avant de sentir quelque chose d’humide sur sa joue droite. Puis sur son nez. Puis sur sa main. Un éclair enfin, zébra le ciel le temps d’un battement de cil.

- Tiens, il pleut … Va vraiment pas falloir qu’on tarde, décidément. C’pas notre jour.

Il rabattit sa capuche sur sa tête, alors que ses jointures blanchissaient tant il serrait fort sa barre de fer. Son esprit et son cœur se battait pour savoir si, oui ou non, il devait cracher le morceau à Hunter. Lui dire que ses sœurs et ses parents étaient morts. Qu’il n’avait pu en sauver aucun. Qu’il était arrivé trop tard pour sauver Blue, à quelques jours prêts. Que s’il n’y avait pas Noa à protéger, il ne serait probablement plus de ce monde. Il avait perdu tout le monde, tous ceux de son sang. Il était le dernier des Wheeler, et il se détestait pour cela. Il soupira, secouant la tête en faisant volte face, se libérant de l’emprise d’Hunter, Il était temps pour eux de commencer à partir en direction de la ville.
Après quelques mètres dans leur nouvelle direction, il se figea soudain, passant sa main libre sur son visage fatigué. Il commençait à présent à pleuvoir sérieusement, alors qu’il lâcha enfin, le regard fixé quelque part sur le sol :

- Elles sont mortes. Ils sont tous morts. Et je n’ai rien pu faire. Pour aucun des membres de ma famille.

   

   
made by Jacage.

_________________
Stop being sorry about yourself, at least you're not dead yet ! .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   Mer 24 Sep - 19:40

Il ne voit que Kingsley. Ses prunelles foncées ne quittent pas les siennes, avides, curieuses. Il attendait une réponse, une de celles qui rassure. Mais il ne reçoit que le silence inquiétant, perturbant. Hunter s’attendait à un changement de sujet - et si Kingsley ne l’avait pas fait, il l’aurait fait de lui-même. Même si la page n’était pas encore totalement tournée, voir pas du tout, raviver une blessure n’est pas dans sa volonté. Ses iris dévorent toutes les expressions qui animent le visage de son ami, cherchant une explication à son comportement. Mais l’eau qui se mit à tomber le déconcentra quelque peu. Hunter n’aime pas ça. Ça lui rappelle les larmes qu’il a laissé couler au départ de sa mère. Au manque qu’elle a creusé dans son coeur. Tant de mauvais souvenirs dans une goutte d’eau. Il relâche légèrement son emprise sur le blouson de Kingsley, levant la tête vers le ciel pour observer la noirceur de ce dernier. L’éclair perce les nuages, illumine le paysage. Et disparait aussitôt. Il allait comparer cette oeuvre de la nature à quelques personnes qu’il a cotoyé avant que Kingsley ouvre la bouche pour jouer miss météo. Bien joué captain obvious, il pleuvait. Sa réaction lui fait froncer les sourcils. C’était idiot, comme remarque, de dire qu’il flottait, qu’il fallait partir. Y’avait même pas une touche d’humour dans ces mots, juste une lassitude qu’Hunter connaissait particulièrement bien. Ses doigts serrent à nouveau son blouson, comme pour rappeler la question qu’il lui a posée quelques secondes plus tôt. Juste avant l’éclair. Avant que le soleil s’éteigne. Comme celui de Kingsley, comme celui d’Hunter. Comme celui de beaucoup de monde aujourd’hui. De trop de monde. Mais il s’enfuit, se libère. Hunter hésite à le questionner à nouveau, au risque de rouvrir une potentielle plaie. Seulement, il se tait, garde le silence, et fait semblant de comprendre. Fuir, il savait le faire aussi, et même si ça ne correspondait pas à Kingsley, il était conscient qu’en ces temps, les caractères changent - et son ami ne faisait pas exception à la règle, apparemment.
Il le suit calmement, les mains fourrées dans les poches de son jean troué. Il était en train d’émettre un certain nombre d’hypothèses, ignorant superbement la pluie qui le trempait jusqu’aux os. Il passe uniquement une main dans ses cheveux mouillés, les calant en arrière, avant de refixer la route avec attention, se concentrant sur les traits blancs qu’avaient autrefois dessiné l’être humain.
Elles sont mortes. Hunter relève automatiquement la tête, instinctivement, pendant qu’il souhaitait sûrement échapper à ses prunelles foncées. Il hésite. A le prendre dans ses bras, comme pour tenter de le consoler. A lui dire de pleurer, que ça libère le cœur, et qu’avec la pluie, ça se verra pas. Qu’il gardera le secret. Qu’il peut tout lui dire, qu’il est un journal intime fortement cadenassé. Ou à lui parler, avec des jolis mots, ceux qui sont beaux à écouter et qui font du bien à l’âme. Mais Hunter n’est rien de tout ça. Ni tactile, ni doué à la parole. Alors il se contente de lui dire ce qu’il pense réellement, ce que son cœur lui a crié à chaque fois qu’il perdait quelqu’un. Quelque chose. Tout ce qui était enterré six pieds sous terre, mais présent dans la tête.
“ Ils n'ont pas totalement disparus. Ils ont déménagés dans ton cœur. ”
Comme un gamin, il pose sa main sur la poitrine de son ami à l’endroit exact de son palpitant. Cherche son regard, le force à le fixer lui, et non le bitume - parce qu'Hunter, il connaissait ça, ce sentiment qui ronge l'intérieur. Kingsley avait marqué une fin et un recommencement à sa vie.

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hello Darkness my Ol' friend...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hello Darkness my Ol' friend...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» hello darkness, my old friend ► ash
» L'arrivée d'une Petite Bulle dans les airs..
» Présentation de Nuage d'écume
» hello darkness my old friend (teresa)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the oblivion :: rps-