AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Stop haunting me | Liv & compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Stop haunting me | Liv & compagnie   Dim 31 Aoû - 18:28

Des journées en solitaire ? Tu en avais passées un nombre incalculable une fois que tu t’étais retrouvée à Kenaï. Tu y avais pris plus ou moins goût selon ton humeur : tantôt ravie de faire ce que tu voulais en ne pensant qu’à ta petite personne, tantôt à deux doigts de la dépression nerveuse quand tu te retrouvais à te parler à toi-même sans t’en rendre compte. Oui, la solitude n’était pas toujours facile mais tu savais que c’était probablement tout ce que tu pourrais trouver dans ce monde apocalyptique. Au moins tu avais eu ton appartement pour un temps avec le confort et un minimum de sécurité. Puis, avec le pullulement des zombies et la météo peu accueillante tu commenças à frôler la mort de plus en plus, te poussant à réfléchir à un probable départ de ton confortable petit nid. Mais étais-tu vraiment capable de reprendre la route ? Tu savais que tu avais eu de la chance de t’en tirer jusque là mais combien de temps te restait-il avant que la roue tourne ? Alors, avec la ténacité qu’on te connaissait si bien, tu t’étais mis en tête d’apprendre à tirer, histoire de grappiller quelques jours de plus dans ce bas monde.  Tu t’étais trouvé une carabine avec une lunette de visée dans une maison abandonnée avec un grand stock de balles, maison d’un ancien chasseur probablement, et tous les jours durant de longues semaines tu t’étais entraînée sans relâche postée à la fenêtre de ton appartement. Vise la tête, vise la tête, te répétais-tu sans arrêt comme si ça allait t’aider à mieux abattre ta cible, au moins cela servait-il à être pleinement concentrée sur ton objectif. Finalement, t’étais devenue bonne à ça, voir même très bonne. T’avais fini par imaginer que c’était un petit jeu : comme les ballons qu’on éclatait avec une carabine à la fête foraine, toi, tu éclatais les rôdeurs de façon nette et précise. Peut être que t’allais t’en sortir finalement.

Puis un jour, un message alluma une petite lueur d’espoir en toi, te donnant un nouveau but à atteindre : Anchorage. Tu t’étais donc mise en route sans attendre, faisant une nouvelle fois le plein de ton chopper avant de partir et de fuir Kenaï qui ressemblait, pour de bon à présent, à une ville fantôme. Mais comme tous les autres, tu t’étais retrouvée bloquée par l’éboulement et forcée à te réfugier dans la ville la plus proche de ton prochain point de chute. Comme à ton habitude tu t’étais dirigée vers l’hôtel le plus proche avant de te rendre compte qu’il s’agissait là d’une véritable colonie. Tu t’étais questionnée longtemps sur ton envie ou non de rester là, après tout tu pouvais toujours te réfugier dans une autre maison de la ville… mais tes longues journées en solitaire à Kenaï se rappelèrent à ta mémoire et en soupirant tu avais finis par déposer ton sac dans l’une des chambres de l’hôtel. Au pire, tu pourrais toujours partir d’ici quelques jours si tu n’arrivais pas à t’intégrer. Ce qui était hautement probable.

Tu étais là depuis trois jours, guère plus, quand au détour du couloir de l'hôtel tu aperçus au loin une tête blonde. Tu t’immobilisas sur le champ croyant reconnaître dans cette chevelure dorée un fantôme qui était censé être loin derrière toi à présent. Peut être que la folie t’avait vraiment gagné après tout. Habituée à suivre ton instinct, tu t’étais pourtant faufiler à sa suite, l’observant discuter avec d’autres survivants. C’était elle. Foutu Olivia. Comment était-il possible qu’elle soit encore en vie ? Aux dernières nouvelles, elle avait été mordue ET abandonnée par ton ancien groupe. Sans sac, sans nourriture, sans rien. Abandonnée de la façon la plus inhumaine qui soit. D’ailleurs, le sac que tu trimbalais partout lui appartenait à la base. La voyant repartir de nouveau, tu te remis à marcher à sa suite bien décidée à éclaircir cette histoire. Tu détestais ne pas savoir. La jolie blonde franchissait un à un les couloirs avant de s’engouffrer dans l’une des chambres de l’hotel, tu attendis quelques secondes avant de poser ta main sur la poignée de la porte et d’entrer comme chez toi. Tu te retrouvas alors nez à nez avec Olivia, tu plissas les yeux en la dévisageant avant d’avancer à grands pas vers elle et de la plaquer contre le mur l’avant bras contre son cou, prête à l’étouffer au moindre geste stupide. Après tout qu’est ce qui te disait qu’elle n’était pas là pour se venger de toi, hein ? T’avais appris à devenir méfiante avec le temps.

« J'ai rarement vu un revenant si...plein de vie» dis-tu avec un air railleur bien que ton regard trahissait ton inquiétude.

« Plus sérieusement, qu’est ce que tu fous encore en vie ? » balanças-tu cette fois beaucoup plus froidement. Avant de soupirer et de terminer, sans lui laisser un seul instant le temps de répondre, par un « En fait tu sais quoi ? j'en ai rien à foutre... » et tu attrapais alors le cendrier en métal sur la petite table d'appoint avant de l'asséner avec force sur la tête de la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 05/06/2014
✤ post-envoyés : 837
✤ pseudo/prénom : Cha'
✤ célébrité : Jennifer Morrisson
✤ objets : - Sa lance à double pointe
- sa gourde en métal
- un paquet de chewing gum à la fraise
- sa paire de rollers
✤ crédits : tumblr
They have nails, good thing that I have Claws
✤ âge : 27 ans
✤ statut : célibataire
✤ humeur : déterminé


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: 1 seul, il l'avait mérité.
✤ nombre de rôdeurs tués: beaucoup, elle prend un certain plaisir à ça ...
✤ relations:

MessageSujet: Re: Stop haunting me | Liv & compagnie   Ven 19 Sep - 15:06


 

 

Stop haunting me

© Crédit image
King avait passé sa journée en compagnie de Noa et de quelques autres membres du groupe dans la grande salle commune, celle où le chauffage marchait encore une bonne partie du temps. Il s’était calé dans un des canapés confortables de la grande pièce, Noa  à coté, puis avait repris une lecture qu’ils avaient laissée quelques jours auparavant en plein suspens : Michel Strogoff de Jules Vernes.  L’histoire plaisait beaucoup à la jeune fille, surtout parce que la meilleure amie du héros, Nadia, sortait des stéréotypes de la coéquipière suiveuse et bête. Et puis Michel réussissait sa mission malgré le fait qu’il devienne aveugle à la moitié de l’histoire. King n’était même pas au courant de l’évolution du personnage, n’ayant jamais lu le livre auparavant, et se plongeait dans l’histoire avec le même enthousiasme que la jeune fille. Il jouait les voix, se concentrait sur le débit de ses paroles, ce qui attirait quelques sourires parfois un peu moqueurs des autres. Qu’importe, lui ça l’amusait, et cela faisait passer le temps à Noa, tout en l’instruisant un peu. Il n’avait pas été une lumière à l’école, alors son éducation « scolaire », il la confiait à d’autres survivants. Lui, il lui apprenait juste la curiosité, et un peu d’audace. Les matières académiques n’étaient pas vraiment son truc.

Les deux compères remontaient jusqu’à leur chambre en devisant tranquillement, débriffants sur leur lecture précédente joyeusement, se chamaillant sur leur prochain livre. Il fallait encore tuer quelques heures avant le diner, et King n’aurait pas été contre une petite sieste. Seulement voilà, Liv était introuvable et Noa ne serait pas forcément ravie de rester à rien faire toute seule. King s’arrêta dans le grand couloir, retenant la petite par le poignet à quelques mètres de leur chambre : la porte était ouverte, ce qui était anormale : Il l’avait fermé avant de descendre, et si Liv y était retournée, elle aurait fermé la porte également. Cela ne voulait dire qu’une seule chose : quelqu’un était entré sans autorisation « chez eux ». Il se pencha pour poser l’index sur les levres de noa, un signe entre eux pour lui intimer de faire le moins de bruit possible, puis avança à pas de loup jusqu’à la porte de la chambre, l’ouvrant un peu plus, doucement. Ce qui vit le laissa sans voix, littéralement.
Il y avait Olivia sur le sol, effondrée contre le mur de la chambre, et en face d’elle, il y avait … Sonja. Sonja la voleuse de moto, la squatteuse de refuge, cette fichue Sonja qui n’avait jamais cherché à le recontacter après leurs brèves retrouvailles à Kenai. Celle qu’il croyait morte depuis un bail, à vouloir faire cavalière seule dans un monde où l’union fait la force. Et pourtant elle était là, un peu amaigrie, mais bien vivante. Bien menaçante aussi, au regard du cendrier qu’elle tenait dans la main, et qui, étrangement, coincidait parfaitement avec la marque rouge qui ornait la tempe de Liv, inanimée.

- Noa… reste en arrière s’il te plait, il y a quelqu’un dans la chambre.

Sa voix était calme, mais froide. Concentrée. Sonja pouvait être dangereuse, il le savait, et il ne voulait pas prendre le moindre risque. Aussi, il ferma la porte derrière lui pour se retrouver face à la jolie blonde qui ne s’était pas encore retournée. Sa voix claqua comme un fouet alors qu’il s’avançait comme un loup sur une brebis égarée :

- Tiens tiens tiens… Tu fais dans le cambriolage avec violence maintenant ? Lache ça tout de suite, ou je me montrerais bien, bien, bieeeeen moins magnanime que la dernière fois, Sonja …



   

 
made by Jacage.

_________________
Stop being sorry about yourself, at least you're not dead yet ! .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Stop haunting me | Liv & compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise
» Les Annales de la compagnie noire
» La Compagnie médiévale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the oblivion :: rps-