AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron   Ven 5 Sep - 0:37

« Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal.»

Au fond du campement, derrière les cabanes, entre les arbres et les barrières de fortune, les survivants avaient établis un large feu de camps confiné entre de grosses pierres. Un coin reculé qui, sécurisé par les rangés de cabane et des barrières taillés en pique, permettait de baisser sa garde le temps de quelques minutes. Mais pour faire plus simple, c’était surtout le coin où tout le monde se rassemblait pour manger. Le soleil commençait à décliner et l’une des survivantes s’étaient empressée de mettre de l’eau à bouillir au-dessus des flammes pour le dîner de ce soir. La même survivante qui avait interpellé Roy et l’avait supplié d’aller surveiller les flammes à sa place car elle était trop occupée à… Il ne savait même pas ce qui la pressait autant, elle ne lui avait pas laissé le choix et l’avait laissé avec cette responsabilité. Il était, certes, bon cuisiner mais pas quand il s’agissait de faire griller des marmottes.

Pourtant, quelques minutes plus tard, on pouvait le retrouver assis sur une bûche si petite qu’il avait les genoux repliés à hauteur du torse et le dos courbé.  A ses pieds reposaient les cadavres de deux innocentes bêtes tuées par le marin et la blonde plus tôt dans la journée. Dire qu’il s’était juré de ne jamais voir  de quelle bête il s’agissait pour manger sa viande dans la plus grande ignorance. D’un soupir las, il balayait cette image de sa tête pour se pencher de nouveau sur la pièce de ferraille qu’il tenait entre ses doigts. Le jeune homme aurait préféré faire ça à l’écart des regards indiscrets. Puis il s’était dit qu’il serait facile de prétexter qu’il s’agissait d’une pièce de voiture. Et non une pièce de bateau. Et avec un peu chance, on lui poserait plus des questions sur le dîner du soir que sur un bout de métal. C’était donc sans se cacher qu’il essayait tant bien que mal de débloquer le mécanisme de cette pièce de moteur. Mortimer remplissait parfaitement sa part de marché alors Roy avait aussi envie d’être à la hauteur de ce qu’il lui avait demandé. Sauf que, muni d’un vulgaire tourne vis, il n’arrivait à rien. Manquant d’écraser une des marmottes décédées dans un mouvement agacé, il était sur le point d’abandonner quand le passage d’Elyrian à ses côtés annula son geste. Son regard percuta les fines lames étincelantes accrochées sur ses cuisses avant de devenir subitement la solution à son problème.

« Blondie ! » Levé aussi précipitamment qu’il l’avait interpellé, il troqua sa mine contrarié pour un sourire pour enjôleur. Un signe qui montrait qu’il ne prenait pas les hostilités pour aujourd’hui. Il avait besoin d’un coup de main alors il se montrait forcément plus amicale. Néanmoins il avait rapidement froncé les sourcils, témoins d’un réel problème, tandis qu’il venait frotter sa barbe qui assombrissait son visage. « Dis-moi, je peux t’emprunter une de tes lames ? Levant le bout de métal qu’il tenait dans son autre main, il l’agita doucement pour lui faire comprendre où il devait en venir. J’ai besoin de débloquer un truc mais il me faut un outil plus fin. Rassures-toi j’abîmerais rien et puis… C’est pour la bonne cause. »

Il était persuadé, au combien naïvement, qu’elle savait de quoi il parlait. Il n’avait pas pensé, l’espace d’une seconde, qu’elle ne serait pas au courant. Elle était bien trop proche de Saffron pour ignorer ce fait. C’était donc évidant pour lui  que le marin ait placé sa confiance en elle plus facilement qu’en lui. Et à ce compte, le guitariste avait donc conclu qu’il rendait service à non plus un mais deux personnes. C'était le bateau de Mortimer, certes, mais Elyrian allait être passagère. Alors c’était sans aucune gêne qu’il allait réclamait son dû. Ce n’était pas parce que l’argent avait disparu que tout devenait gratuit.
C’est tout naturellement –du moins, à sa façon- qu’il aborda le sujet sans même attendre de réponse pour l'utilisation ses lames. « D’ailleurs à ce propos, c’est génial hein, pour vous deux. Je parle de Mortimer, bien sûr. Je veux dire, c’est cool pour lui il a trouvé quelqu’un avec qui s’enfuir de cette enfer. Mais en attendant… C’est moi qui construis votre arche d’amour.  C’est vous qui partez sain et sauf et c’est moi qui reste ici parmi les morts. Ça n'a pas été gratuit pour lui, je ne vois pas pourquoi ça le serait pour toi. Tu vois où je veux en venir ? »





*présente son badge ANTI-ROGER*


Dernière édition par Roy O'Hare le Sam 6 Sep - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron   Ven 5 Sep - 15:41








Love. Lie. Suffer. Repeat.




Elyrian c’était la fille capable d’expédier un couteau entre les deux yeux d’un rôdeur à plusieurs mètres de distance. C’était la survivante, solitaire, qui savait chasser et se permettait régulièrement de ramener la pitance. Mais elle était tout bonnement incapable de cuisiner. C’est con, et les machistes les plus bornés s’amuseront à dire que ce n’était pas normal pour une femme de ne pas savoir se servir des fourneaux, mais c’était ainsi. Elle était nulle, s’étant contentée pendant longtemps de pâtes et autre plats digne d’un étudiant flemmard. Un steak cuit à la va vite, du riz ou des frites réclamées au bar du coin et l’affaire était dans le sac. Alors il était certain que si elle ramenait les marmottes, ou toute autre proie qu’elle avait pu trouver, la blonde ne s’amusait sûrement pas à rester près du feu afin de surveiller la grillade qu’on pouvait en faire. La danseuse affirmait toutefois avec conviction que si elle se refusait de faire la bouffe, c’était uniquement parce qu’elle en avait assez fait comme ça et que c’était aux autres de se montrer un peu utile, pour une fois. Cela limitait ainsi la casse et les remarques désobligeantes que tous les petits cons du coin –elle avait beau avoir appris à en apprécier certains ils n’en restaient pas moins tous des emmerdeurs de première- pourraient lui envoyer à la figure. C’était donc pour cela que la lanceuse de couteaux se retrouvait à tourner en rond dans le camp, attendant que le repas du soir soit prêt, afin de pouvoir le déguster. Passant près du feu sur lequel les marmottes étaient en train de griller, Elyrian n’y jeta qu’un bref coup d’œil afin de constater que ce n’était pas encore prêt, s’amusa de voir que c’était Roy qui était obligé de surveiller la cuisson –si l’on peut dire- avant de se montrer surprise en entendant ce dernier la héler.

Blondie. L’habitude qu’avait pris le brun à l’appeler de la sorte avait ce don de l’amuser, ou de la rendre littéralement folle quand il l’employait lors d’une de ces engueulade ô combien violente dont ils pouvaient avoir le secret. Car Roy, c’était ça. C’était ce mec avec qui elle échangeait quelques piques, généralement par simple plaisir de faire chier, sans se montrer trop méchante. Sauf quand l’un des deux s’avérait être de mauvaise humeur et dans ce cas précis, les insultes pouvaient parfois voler haut, très haut. Le sourire qu’il lui adressa confirma cependant qu’il n’était pas là pour chercher la guerre cette fois, aussi la blonde se détendit-elle bien vite, se contentant d’hausser un sourcil en se demandant ce qu’il pouvait bien lui vouloir, tout en lui offrant ce sourire amusé et moqueur qui lui était si habituel. S’immobilisant, elle le laissa venir jusqu’à lui, ses prunelles d’émeraudes glissant le long de ces sourcils qu’il fronça, ce qui montrait que quelque chose le tracassait vraiment, puis sur cette barbe qu’il arborait depuis plusieurs jours déjà. C’était quelque chose qui l’avait toujours amusé d’ailleurs, de constater qu’il fallait attendre une épidémie mortelle réduisant à néant la population pour que les hommes se mettent enfin à laisser leur barbe pousser dignement. A ses yeux, il n’y avait rien de plus viril. Qu’importe toutefois car déjà son compagnon lui faisait part du souci, lui réclamant une de ses lames tout en exhibant une pièce de métal dans son autre main pour justifier sa demande. Elyrian observa la pièce, jugea que cela n’appartenait pas à une moto mais s’avère incapable d’en dire plus. Peut-être que cela provenait de sa précieuse voiture, son bébé qu’il aimait tant. Elle ne s’attarda pas toutefois, son sourire s’élargissant tandis qu’elle afirmait avec force, amusée : « Je ne m’inquiète pas. » Le regard brillant qu’elle lui lança voulait tout dire. Elle ne craignait pas de lui confier l’un de ses couteaux, bien qu’elle refusait de lui donner sa dague, cette dernière ayant appartenue à son père, pour la simple et bonne raison que si jamais il l’abimait… Elle le tuait. Et ça il devait s’en douter.

Ce fut donc sur ces quelques propos que la jeune femme se pencha en avant, récupérant l’un de ses couteaux de lancer dans sa botte, avant de se redresser pour le lui tendre, mettant en avant le pommeau. On ne sait jamais, il pouvait se couper. Amusée par ses propres pensées, elle en vint cependant bien vite à froncer les sourcils quand son partenaire reprit la parole. D’ailleurs à ce propos, c’est génial hein, pour vous deux. Je parle de Mortimer, bien sûr. Je veux dire, c’est cool pour lui il a trouvé quelqu’un avec qui s’enfuir de cette enfer. Cette simple phrase suffit pour arracher un sourire malicieux à la blonde, amusé mais également curieux, témoignant de son incompréhension. A vrai dire elle se demandait ce qui pouvait bien arriver à Roy, quelle mouche l’avait piqué pour qu’il en vienne à être tout bêtement heureux pour eux. Et surtout pour qu’il en vienne à lancer quelques phrases philosophiques. Car c’était ainsi qu’elle percevait cette notion d’enfer, comme s’il voulait lui dire qu’elle était bien, qu’elle faisait du bien à Saffron au point de lui faire oublier cet enfer dans lequel il vivait. Elle l’aidait à s’en échapper, spirituellement parlant. Sauf que voilà, le spirituel c’était franchement pas le truc de Roy à la base, c’est pour cela que la blonde ne comprenait pas trop. La suite de son discours lui permettait cependant d’y voir plus clair. Et ce qu’elle comprenait ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Le sourire qu’elle arborait disparut progressivement, elle était véritablement larguée alors que le brun parlait d’arche d’amour, d’un potentiel départ tandis que lui-même demeurerait ici, et surtout d’un marché qu’il avait conclu avec le marin. Trop perturbée par toutes ces informations à digérer, elle ne fit même pas attention au fait que désormais il lui réclamait à elle aussi un service, étant donné qu’elle était concernée. Concernée par ce truc, ce petit tu vois où je veux en venir ? Sauf que le problème était là. Elle ne voyait pas du tout où il voulait en venir.

Peut-être que Roy allait s’en rendre compte, devant l’incompréhension figée sur ses traits, une incompréhension qui laisse place à de la colère, progressivement. Car elle essayait d’analyser la situation, petit à petit. Apparemment Saffron avait passé un marché avec Roy, dans l’optique de se tirer loin d’ici. Peut-être que cette pièce de métal que tenait le mécano avec un rapport avec ce deal entre eux d’ailleurs. Son interlocuteur semblait d’ailleurs persuadé que par conséquent le marin allait l’emmener avec elle, loin d’ici, au vu du fait qu’ils étaient particulièrement proche. Sauf qu’il n’en était rien. Parce qu’elle n’était pas au courant, parce qu’elle ignorait tout de cette affaire. Parce que malgré cette relation qu’ils entretenaient, c’était Roy qui était au courant de ces petites magouilles, et pas elle. Parce que malgré le lien qui semblait les unir, et auquel elle se raccrochait comme à une lueur d’espoir au milieu de tout ce foutoir, le marin n’avait pas jugé bon de la tenir au courant de ses projets. Peut-être n’était-elle pas assez importante pour lui. Peut-être qu’il était bel et bien ce beau parleur dont elle aurait dû se méfier, et que malgré quelques vérités qu’il lui avait offerte, il désirait juste passer le temps en sa compagnie, pour mieux filer en douce, un jour. Elyrian frissonna. Les pensées et les hypothèses se succédaient dans son esprit, les sentiments aussi. Incompréhension. Colère. Trahison. Colère. Peur. Colère. Colère. Toujours cette colère. Retenant un frisson, la jeune femme ramena alors contre elle ce couteau qu’elle avait tendu vers lui jusque là, le tenant toujours par la lame et tapotant son menton avec le pommeau, comme plongée dans ses réflexions. Se calmant finalement, arrêtant d’agiter l’acier, elle vrilla un regard sérieux et menaçant dans celui de son interlocuteur. « Non Roy… Justement. Je ne vois pas du tout où tu veux en venir. Mais elle ne lui en voulait pas. Car s’il avait voulu lui arracher une faveur, il ne s’était probablement pas attendu à se heurter à son ignorance. Donc non ce n’était pas contre lui qu’elle était en colère, mais bien contre l’homme qui s’avançait désormais vers le feu, probablement attiré par l’idée de partager un repas lui aussi. De sa main libre elle s’empara aussitôt de la pièce de métal que tenait le mécano jusque là et, esquissant un pas de côté afin de faire face au marin qui s’avançait, elle rajouta, glaciale. Mortimer ! »

Mortimer. Elle n’employait jamais son nom, ou alors uniquement quand elle voulait faire semblant d’être en colère contre lui. Sauf que cette fois, cela se voyait clairement, elle ne faisait pas semblant. Vraiment pas. Un tic nerveux agita sa joue tandis qu’elle se mordait la lèvre puis, avec force, elle lui expédia la petite pièce au visage, ne doutant pas toutefois du fait qu’il parviendrait à la rattraper. Elle voulait qu’il la rattrape. Elle voulait le voir faire danser l’objet entre ses doigts, prendre progressivement conscience du fait qu’elle était au courant de ce qu'il cachait, partiellement du moins. Elle voulait qu’il prenne conscience du fait que, là, tout de suite, elle allait le briser. Réellement. La blonde reprenait déjà la parole, l’ombre d’un sourire aussi mauvais que narquois aux lèvres, ses propos s’élevant sur le même ton, ses doigts s’agitant sur son couteau qu’elle lançait dans les airs pour le récupérer ensuite, en boucle. « Dis moi, tu préfères quoi ? Que je te fasse mal avant ou après les explications foireuses que tu vas me sortir ? Elle était en colère, clairement. Elle savait que ça allait gueuler, qu’elle allait rameuter tous les rôdeurs des environs. Et en vérité ça la faisait chier, d’être la seule dans cet état, d’être la seule à avoir des emmerdes. C’est peut-être pour ça qu’elle rajoute, se tournant cette fois vers Roy et vers Roxy qui s’avançait à son tour. Enfin après, c’est pas grave si je suis pas conviée sur cette arche d’amour. Je vous laisse la place les amoureux, comme ça vous pourrez roucouler vous aussi, pas vrai Roxy ? » Oui. Parce qu’une Ely’ en colère, c’était une Ely encore plus garce que d’habitude. Une Ely’ qui se sentait trahie, c’était une Ely’ qui éprouvait le besoin de mettre les autres dans le même état. Parce qu’elle détestait être la seule dont on se fout de la gueule. Si les merdes doivent s’enchaîner dans sa vie, alors elles s’enchaîneront dans la vie des autres également. Et ce fut sur ce semblant d’aveu, qu’elle vrille de nouveau ses prunelles dans celles de Saffron, dans l’attente d’explications. Et il avait tout intérêt à se montrer convaincant.

.




(c) MEI pour APPLE SPRING



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron   Mar 9 Sep - 0:15

Love. Lie. Suffer. Repeat.
Elyrian, Roxy, Roy

Il était tard, et Saffron commençait à avoir faim. Très faim même, sa petite chasse avec Ely lui avait sacrément creusé l'appétit. C'était désormais une habitude. Ils ne chassaient plus qu'ensemble. Tous les deux. En fait, la plupart de leurs... activités se rejoignaient, même s'ils tenaient à leur indépendance tous les deux. Et comme pour illustrer son désir d'agir seul, Saffron était parti en solitaire couper du bois à l'aide de la vieille hache que Roy avait trouvée. La lame s'abattant sur le bois, sèchement, l'assourdissait. Il dut répéter le mouvement peut-être une bonne centaine de fois, peut-être plus, jusqu'à ce qu'il repose l'outil au sol, la tête en bas, pour éponger la sueur sur son front d'un revers de main. Maintenant, c'était sûr, il avait faim.
Il retourna jusqu'à la bicoque qu'il partageait avec Elyrian, et entreprit de faire un brin de toilette pour se laver de cette crasse et de cette transpiration qui noircissait ses bras et son cou. Il alla récupérer un peu d'eau dans une des cuves qui recueillait l'eau de pluie, et retourna à l'intérieur. Il retira son haut et se débarbouilla rapidement, avant d'enfiler un t-shirt qu'il avait piqué dans une boutique lorsque Ely et lui avaient quitté l'appartement de la jeune femme. Le vêtement lui allait à peine, il lui serrait la poitrine. En l'enfilant, le marin sentit quelques coutures craquer, et il força la chose jusqu'à ce que le t-shirt lui aille. Le shopping n'étant pas vraiment son truc, il n'avait eu qu'à prendre un t-shirt dans le tas sans regarder la taille. C'était ainsi qu'il s'était retrouvé avec une taille S, en plus des moqueries d'Elyrian sur le dos.
Saffron voulut changer de t-shirt, mais au dernier moment, il se ravisa. Il laisserait plutôt Elyrian le lui enlever, ce serait mieux. Oui, beaucoup mieux. Il quitta la bicoque un petit sourire aux lèvres, avant de se diriger vers le feu de camp où tous avaient pris l'habitude de se regrouper le soir pour partager le repas. Il savait déjà ce qu'il mangerait. Des marmottes, et quelques gardons, s'il ne décidait pas de les laisser à Elyrian. Il aimait tellement la voir manger, c'était peut-être bête, mais il trouvait ça adorable. Ce fut avec un petit air rêveur qu'il arriva au camp, avant que son nom ne résonne, prononcé par une voix qu'il ne connaissait que trop bien : celle d'Elyrian. Et il avait appris à ses dépens que lorsqu'elle l'appelait par son nom de famille, ce n'était jamais, mais alors jamais, jamais bon signe. Ce fut avec une pointe d'appréhension qu'il s'approcha d'elle, tout en restant suffisamment éloigné. Et il eut raison, car elle lui balançait soudain quelque chose en visage. Il esquiva l'objet en s'écartant brusquement, avant que son regard ne se pose sur le bout de métal planté dans la porte d'une bicoque derrière lui. Il tourna alors un visage choqué vers Elyrian. La jeune femme était furieuse. Elle lui demanda alors, tout en agitant un de ses couteaux dans les airs, s'il préférait qu'elle lui fasse mal avant ou après ses explications foireuses. Saffron bloqua un moment sur les deux derniers mots. Ses explications foireuses ? De quoi parlait-elle, bon sang ? Il la regarda se tourner vers Roy ainsi que Roxy qui venait d'arriver, comme lui, et lorsqu'elle mentionna l'arche d'amour, il comprit. Il ne fit même pas attention à l'accusation d'Elyrian concernant l'attachement de Roxy à Roy, et vrilla un regard empli de colère sur Roy. Lorsqu'il intercepta son regard, il lui fit comprendre que quoi qu'il ait dit à propos de son bateau, ça n'était franchement pas une bonne idée. Puis, il déclara à l'intention d'Elyrian, tendant une main pour tenter de calmer les choses : « Ely, écoute... Je ne sais pas ce qu'il t'a dit, mais tu dois me croire, d'accord ? J'allais t'en parler, je te jure que c'est vrai. » Et maintenant, il se maudissait de ne pas l'avoir fait plus tôt. De ne pas lui avoir parlé de son bateau et de son désir de quitter le continent le plus tôt possible. Il savait que c'était de sa faute, et que maintenant, Elyrian ne lui ferait plus jamais confiance. À cause de Roy. Si seulement cet enfoiré s'était tu ! Il vrilla un regard animal sur le mécano, lui montrant les dents, avant de renchérir encore à l'intention d'Elyrian : « Ely, crois-moi, s'il ne l'avait pas fait, je te l'aurai dit. » Mais il avait beau se montrer convaincant, il sentait que cela ne suffisait pas. Qu'il allait en prendre plein la tronche, et qu'Elyrian ne retiendrait pas ses coups. Il en était sûr et certain.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
memento mori
✤ en ville depuis le : 01/06/2014
✤ post-envoyés : 878
✤ pseudo/prénom : Bismuth
✤ célébrité : Ellen Page
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : (ava) fluttershy (code sign) Alaska (gifs) tumblr

✤ âge : vingt-quatre ans
✤ statut : célibataire
✤ humeur : just keep swimming


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: aucune
✤ nombre de rôdeurs tués: elle ne les compte plus, jetez un oeil dans son carnet pour savoir
✤ relations:

MessageSujet: Re: Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron   Mar 9 Sep - 20:48

Ne pas être super utile, c'est l'impression que Roxy a eu lorsqu'elle a débarqué au camps des mineurs au début. Faut dire que vivre dans la nature ça n'a jamais été son truc. En bonne geekette elle préférait mille fois un marathon Star Wars dans une salle d'un cinéma climatisée, qu'une nuit à la belle étoile sous une pluie d'astéroïdes qu'on peut voir même qu'une fois tous les 250 ans... Oui sauf qu'au fond ce n'était pas, plus, vraiment le cas. Au moins dans la forêt de Kenaï elle a appris à faire du feu, à pêcher un minimum - quoique à part attendre qu'un poisson mordre à l'hameçon elle a pas trop capté les subtilités de la chose - pour la chasse par contre, on repassera. Elle n'aime pas les armes à feu, et à part avec son épée, elle n'est bonne à rien. Vous avez déjà essayé de tuer une marmotte en l'attaquant à coups d'épée ? Non, et bien c'est qu'il y a une bonne raison à ça; ça serait totalement con ! Et à présent elle apprend à reconnaître les plantes comestibles qui se trouvent aux alentours. Roxy a la fâcheuse tendance à laisser croire qu'elle est une je m'en foutiste qui n'en branle pas une, alors qu'en réalité ce n'est pas tout à fait le cas. Oui, elle a une légère tendance à disparaître sans avertir quiconque, oui elle parle beaucoup et s'agite souvent pour rien, mais au fond elle en fait plus que ce qu'il n'y paraît.

Alors c'est comme ça qu'elle se retrouve au milieu de la forêt, couteau en main à traquer des champignons. Au moins avec eux il n'est pas question d'être silencieuse et d'avoir une bonne vise, mais plutôt d'avoir l’œil, ce qui est plus dans les cordes de la brunette. Elle a écouté religieusement les indications de la femme rousse qui l'accompagne, une passionnée de plantes. Et chaque fois qu'elle trouve quelque chose, elle trottine jusqu'à elle pour lui montrer sa trouvaille et avoir confirmation qu'elle soit bien comestible. Son sac se remplit peu à peu de végétaux, et lorsque son fond n'est plus visible les deux femmes décident de rentrer au camps. Jusque là tout allait bien, Roxy n'avait même pas croisé un rôdeur durant leur petite escapade. Alors elle n'a aucune raison de se douter que la suite des évènements vont tourner au drame. Mais en attendant, encore dans sa petite bulle Roxy se contente de nettoyer les fruits de sa cueillettes, qui seront sûrement au menu le lendemain. Et une fois chose faite, elle se dirige vers le feu guidée par la faim qui commence à lui tirailler l'estomac.

Elle arrive telle la fleur sauvage qui pointe le bout de son nez encore tout innocente de ce que le monde lui réserve. Pour découvrir avec effroi qu'elle va se faire piétiner sans aucun scrupule ! Elle n'a pas entendu le début de la conversation, elle n'était pas encore assez proche pour être à portée de voix. Mais la suite, ça, elle l'a bel et bien entendu. Et les paroles d'Elyrian se répercute dans sa tête encore et encore. Les yeux de Roxy s'écarquillent d'un seul coup, elle ressemble à un lièvre pris dans les phares d'une voiture prête à la shooter. Et ses jouent s'enflamment aussitôt. Ses lèvres commencent à s'agiter, mais aucun mot ne prend forme. Elle ne sait pas quoi dire, elle panique totalement. Comment était-ce possible ? Toutes ces années elle avait si bien réussi à cacher ses sentiments, et voilà qu'une petite apocalypse venant chambouler leur monde suffit pour que tous ses efforts partent en fumée ! « Je... mais... non... je sais pas de quoi elle parle ! » Ses tentatives de se justifier ne font que renforcer les dires de la blonde. Et Rox a juste l'impression de se noyer littéralement, elle crève à petit feu là sous les yeux de Roy. Elle aurait presque envie de se mettre à chialer, ou plutôt de se barrer en courant, ou alors de lui sortir un mensonge, ou mieux, de se couper les veines histoire que tout s'arrête ! Mais elle n'arrive à se décider pour une option, du coup elle se retrouve à ne strictement rien faire, se contentant de fixer Roy, l'air désolée par ce qu'il vient d'apprendre. Elle est tellement obnubilée par sa réaction à lui, qu'elle en oublie Elyrian et Saffron. Alors que cette dernière mériterait bien une bonne raclée, que cette fois, Roxy serait prête à débuter. Quoique en parlant d'elle, Rox se rappelle de ses paroles d'il y a quelques jours en arrière. « Elle dit de la merde, en vrai c'est elle qui veut baiser avec toi ! » Elle parle fort, assez en tout cas pour qu'Elyrian et Saffron l'entendent malgré leur discussion qui semble houleuse. Oui c'est petit, très petit, une réaction de gamine qui casse un jouet parce que son propriétaire a cassé le sien. Mais c'est la seule parade à laquelle elle a pu penser. Peut être que ça détournera l'attention de Roy, peut être qu'il en oubliera la bombe lâchée par Ely... Pathétique.

_________________

i dare you.
I dare you to lift yourself up off the floor. Maybe redemption has stories to tell, maybe forgiveness is right where you fell, where can you run to escape from yourself ? Where you gonna go ? Salvation is here. I dare you to move. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron   Sam 27 Sep - 21:00

Ces derniers mois, le regret est un sentiment qui n’a que trop rongé Roy pour qu’il en soit affecté par la maladresse qu’il venait de faire. Avec un peu de chance, pensait-il, il y avait un moyen de se rattraper. Cette pièce mécanique pouvait toujours être une pièce de voiture et que toute cette journée à travailler lui avait donné des envies de spiritualité mêlées à de belles figures de style. Pourtant, plus le visage d’Ely se fronçait d’incompréhension, plus son ‘meeeeeeeeeeeeeeeeeerde’ imaginaire s’accentuait dans sa tête. Puis il se clos en un sursaut mental quand la blonde hurle le nom du marin. Les yeux fermés et les lèvres pincées si fort qu’ils plissaient son visage, il admettait cependant d’avoir fait une sacré connerie.

Lorsqu’il ouvrit de nouveau les yeux, le meccano se fait confisqué de son bout de métal avant de le regardé, dépité, transformé en véritable projectible. Il aurait voulu pleurer les heures de travail que ça lui avait demandé si seulement il n’avait pas croisé le regard furieux de Mortimer. Finalement, quitte à être détruit, il aurait préféré que l’objet s’écrase sur la tête de ce dégénéré de solitaire. C’était totalement de sa faute et non celle de Roy. Il n’avait rien à se reprocher, c’est pourquoi il refusait de baisser le regard, préférant l’affronter.
Comme si ça ne suffisait pas, voilà qu’une quatrième personne se retrouve mêlé à la naissance de ce bordel monstre. Roxy. Il aurait préféré tout le monde, même un zombie, sauf elle. Elle avait rien à voir avec cette histoire, ni avec le  marché, ni avec l’amourette d’Ely et Saffron. Peut-être avait-il oublié que sa belle était une fouineuse hors pair. Peut-être aussi avait-il fermé les yeux sur certain détails. En clair, il était prêt à s’aveugler une nouvelle fois de la remarque tendancieuse de la blonde juste pour voir Mortimer se faire émasculer. Sauf que Roxy s’arrête non loin de lui avec l’air d’une enfant qui vient de se faire prendre dans sa bêtise. Mais qui pourtant, au lieu d’avouer, nit maladroitement. A la seule différence qu’il ne s’agissait pas d’une bêtise mais d’un fait. Il y a Saffron qui hurle son innocence bancale et Roxy qui accusait sans pitié Elyrian. Mais dans ce tribunal de l’amour, il ne fallait pas compter sur le cœur versatile de Roy.

« C’est quoi cette histoire les filles ? Finit-il par lâcher tout bonnement. Si ça vient de vos engueulades à la noix ça n’a rien à faire ici. » Il avait ce petit haussement d’épaule et ce soupir rieur comme s’il venait d’assister à une blague qui tombait à l’eau. Plus il cherchait à rendre la situation absurde, plus elle prenait du sens. Son regard cesse enfin de fuir et revient craintivement vers Roxy. Il avait prié si fort pour la voir rigoler que ce fut bien plus douloureux de tomber sur son regard désolé. Ce n’est pas le dégoût qui ne le fait réagir aussi bizarrement, non il l’affectionne bien trop pour ça. Peut-être plus s’il acceptait enfin de fermer sur le fantôme qui le hantait. Et pourtant, le voilà qu’il rigole à nouveau, les doigts pincés sur le haut du nez. « Ok, c’est franchement n’importe quoi. Je… Je vous laisse régler vos trucs.  Morti tu devrais quand même lui dire comment t’as appelé ton bateau, ça la calmera peut-être. Et lui raconter toutes les folles journées qu’on a passé dessus tous les deux. » En amoureux. Puisque tout le monde y mettait du sien pour s’enfoncer, il n’allait pas se gêner.
Roy se mit à reculer, s’éloignant de cette bombe à retardement qu’était la blonde et le marin, tout en jetant un regard à son amie. Même cette notion devenait floue à ses yeux maintenant. Il ne savait même plus comment la voir mais il voulait toujours la voir et l’avoir. Et si l’envie de s’enfuir faisait vaciller ses jambes, il tenait tout de même à ce qu’elle le suivre. Il avait espéré que son infime signe de tête avait suffi.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron   Sam 27 Sep - 22:36








Love. Lie. Suffer. Repeat.




Elle était furieuse. Ce n’était pas un secret, cela se voyait à ses prunelles vertes étincelantes de colère, son timbre de voix, sa manie d’appeler le marin par son nom de famille. Et il y avait ce couteau, avec lequel elle jouait tant pour menacer que pour se calmer, elle se retenait de l’expédier quelque part, ou sur lui, se contentant de l’envoyer dans les airs avant de le récupérer, inlassablement. Ça l’occupait, ça lui permettait de se concentrer sur quelque chose, autre que tous les sentiments qui s’agitaient en elle, autre que cette colère qui dominait tout. Mais c’est compliqué, car si elle a bien vite perçu le regard choqué du brun quand elle lui a lancé l’objet de métal, ce dernier s’étant planté avec violence dans le bois, elle avait aussi assisté à ce coup d’œil jeté à Roy. Il lui en voulait. D’instinct la blonde aurait voulu prendre sa défense, siffler son mécontentement, mais elle se tait. Car elle sait que si elle ouvre encore la bouche, elle ne s’arrêterait pas, les insultes et les accusations suivraient sans interruption, or elle s’était plus ou moins promis de lui laisser une chance de s’expliquer, une chance infime. Et si elle ne prend pas ouvertement la défense du mécanicien, ça ne l’empêche pas de claquer soudainement des doigts pour accaparer l’attention de Saffron. Regarde moi. C’est avec moi que tu dois t’arranger, c’est à moi que tu dois des explications. C’est de moi dont tu dois te soucier. Il aurait dû lui en parler, car ne pas l’avoir fait le mettait désormais dans une position des plus délicates. Elle se demandait pourquoi il n’avait rien dit, quelle importance pouvait-elle vraiment avoir pour lui vu qu’il n’était pas capable de lui faire ce genre d’aveu. Aussitôt les propos qu’ils s’étaient échangés à son appartement lui revinrent en mémoire, lui arrachant l’ombre d’un sourire aussi amer que narquois. Je t’aime. Vraiment ? C’est ce qu’ils allaient voir. Sauf que voilà, si Elyrian donnait une chance infime au brun de se justifier, ce dernier la bousille en quelques secondes à peine. Il avait juste eu à tendre légèrement la main, comme il était en train de le faire, dans le but de l’apaiser. Un simple geste qui suffit à l’énerver un peu plus, lui arrachant un sifflement rageur et une étincelle toute aussi hargneuse fit se mit à luire au fond de ses yeux. Elle voulut répliquer mais il fut plus rapide. Il réclamait son attention, il voulait qu’elle l’écoute. Qu’elle le croit. Cette notion de confiance lui arrache un nouveau sourire, proche du ricanement et elle lève les yeux au ciel, se mordant la lèvre et sa prise sur son couteau se faisant plus violente, les voltiges de ce dernier, plus régulières. Elle allait le tuer. D’autant plus qu’il insistait, renchérissant, affirmant qu’il lui aurait tout dit.

La danseuse profita alors de cet instant, un bref moment de pause pour siffler à son intention, le regard flamboyant : « Je t’interdis de me parler de confiance. Je t’interdis de me faire tous ces gestes pourris qui me font passer pour la grosse hystérique de l’histoire. Comme cette main qu’il tend, image puérile de l’homme qui tente d’apaiser un animal sauvage, ou juste un foutu clebs qui aurait la rage et qu’on voudrait piquer. Elle ne supportait pas, ayant l’impression d’être également traitée comme une sale gamine que l’on sait dangereuse mais que l’on pense trop impulsive ou stupide pour réfléchir avant. Comme si elle n’était qu’une idiote, qui s’emballait pour rien. Sauf que ce n’était pas rien. Pas du tout même. Et puis ça voulait dire quoi ça : Je t’aurais tout dit ? Dit quoi, au juste ? En vérité la jeune femme n’a pas le temps de se poser la question plus longtemps car déjà les propos de Roxy, dont elle a jusque-là totalement ignoré les réactions, lui parvenait aux oreilles. C’est elle qui veut baiser avec toi. Aussitôt un large sourire naquit sur les lèvres de la blonde, un sourire mauvais alors qu’elle lève les yeux au ciel. C’était dégueulasse, c’était hors-propos aussi, cette menace pour se taper Roy n’avait jamais été sérieuse, présente uniquement pour emmerder sa camarade. Et ça, Elyrian ne se gêne pas pour le signaler, jetant un regard à la brune, lâchant à son intention, moqueuse et hautaine : Pitié Roxy, c’est petit ça, vraiment. » L’espace d’un instant elle se demande juste si Roxy elle-même avait compris que jamais elle ne s’abaisserait à se taper Roy, pas juste pour l’emmerder, pas alors qu’il y avait Saffron. Enfin maintenant tout était différent, clairement. Et si tout le monde s’engueulait plus ou moins, si tout le monde se défendait, Roy lui ne réagissait que très peu. En vérité il niait l’évidence, pensant que ces aveux n’étaient qu’un moyen pour les deux femmes de s’en foutre plein la gueule. Pour seule réponse, la blonde se contenta d’hausser un sourcil en le regardant, presque surprise. Etait-il aveugle à ce point ? A moins qu’il soit une espèce d’handicapé des sentiments, comme elle bien que d’une manière différente. La danseuse ne commente pas en tout cas, malgré les propos qui suivent encore, malgré le fait que le mécanicien se plaisait désormais à rappeler le nombre de journées qu’il avait passé avec Saffron sur ce bateau. Sans qu’elle ne soit au courant. Cela suffit à lui rappeler qui serait sa véritable cible ce soir, alors elle se détourne du malheureux couple, qui déjà s’éloignait progressivement, pour plutôt se concentrer sur Saffron.

Suite Ely'/Saff ici.




(c) MEI pour APPLE SPRING



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love. Lie. Suffer. Repeat. - Roxy, Elyrian & Saffron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the oblivion :: rps-