AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 You better run. hunter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: You better run. hunter   Lun 22 Déc - 22:15

Loan souffla sur ses doigts pour essayer de se réchauffer. Elle avait passé la moitié de la nuit dans la foret à guetter le moindre bruit. Juneau était là, à quelques kilomètres mais elle avait du mal à se lancer. Elle voulait retrouver sa mère, plus que tout au monde, mais comment pouvait-elle descendre en ville alors qu'elle avait peur ? Durant son périple, elle avait rencontré des mauvaises personne et dès lors, elle avait fait tout son possible pour faire route seule et éviter les humains avec le plus grand soin. Mais sa mère était là, elle le savait et elle n'avait plus d'autre choix que d'y aller une bonne fois pour toute. Elle ne pouvait pas abandonner si près du but. Il était très tard, lorsqu'enfin, elle se leva de la souche de bois sur laquelle elle était installé depuis quelques heures. Elle devait partir. Maintenant ! La jeune femme rassembla ses affaires sur le sol et éteignit la petit feu qui n'avait guerre réussit à la réchauffer.

Le soleil commençait à peine à se lever lorsqu'elle arriva en ville. Elle était affamée et sa priorité était de trouver de quoi manger. Un bout de pain rassis ? Un biscuit ? Une boite de conserve ? Peu importe, tant qu'elle se mettait quelque chose sous la dent. Elle s'enfonça dans le quartier résidentiel, d'une démarche sûre tout en essayant d’être le plus silencieuse possible. Elle du se cacher derrière un gros container à ordures lorsqu'elle vit un groupe de rôdeur au bout de la rue. Elle devait s'abriter quelque part avant de se faire mordre. Elle retira son pull qu'elle enroula autours de sa main droite et couru jusqu'à la première maison. Elle donna un gros coup de poing dans la fenêtre et ouvrit le loquet de l’intérieur. Une fois dans la maison, elle sortit son Ketana en avançant à pas de velours. Il faisait sombre. Trop sombre. Les yeux plissés, elle essayait de distinguer, une quelconque présence dans la pénombre. Elle se dirigea très vite vers la cuisine pour ouvrir tous les placards à la recherche de nourriture. Une vieille pomme trônait sur le plan de travail, et elle la saisit pour croquer dedans avec hâte. Soudain, un bruit provenant du salon l'interpella. Loan reposa la pomme en silence et ressortit son Ketana avec précaution. Merde, pas maintenant ! PAS MAINTENANT ! Elle s'avança, lentement pour finalement découvrir un jeune homme d'à peu près son age, ou peu être plus vieux, elle n'en savait trop rien. Cela faisait cinq mois. Cinq mois qu'elle n'avait pas été en contact avec d'autre humains. L'homme était accroupi, en train de chercher je ne sais quoi. La jeune femme ne savait pas comment réagir. Fuir ? Se montrer ? Lui demander de l'aide ? Jamais. Elle posa la lame de son Ketana sur sa nuque, le stoppant dans ses recherches.

" Ne bouges pas. " dit-elle calmement, mais d'une voix autoritaire. " Tu m'a suivi ? " Loan avait tellement souffert de la dernière fois qu'un homme avait croisé sa route que maintenant, elle préférait rester sur ses garde. Zéro confiance et zéro pitié. Elle ne voulait pas qu'on profite d'elle encore une fois. Peu importe la façon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ en ville depuis le : 29/05/2014
✤ post-envoyés : 1642
✤ pseudo/prénom : deardeath
✤ célébrité : dylan rieder
✤ objets :
Spoiler:
 

✤ crédits : glass skin
✤ âge : vingt-cinq ans


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: deux
✤ nombre de rôdeurs tués: pas compté
✤ relations:

MessageSujet: Re: You better run. hunter   Mar 23 Déc - 19:35

Hunter se demandait bien si les personnes adeptes de films d’horreur et un brin paranoïaque avaient envisagés une telle catastrophe. S’ils s’étaient préparés, s’ils avaient pu éviter la mort de leurs proches, si, franchement, un jour, cette idée avait effleuré l’esprit de quelqu’un. Parce qu’après recul, ça paraissait être une grosse blague, une big joke dont tout le monde se passerait bien. Qui l’aurait cru, que les morts allaient se relever ? Hier encore, ils étaient occupés à réaliser le train-train quotidien qu’était devenue leur vie : les voilà aujourd’hui à défendre leurs organes face à des foutus cadavres.
Le vagabond avait remarqué à quel point les côtes de son animal étaient apparentes ; un peu plus que les siennes, certainement, et c’est cette comparaison qui attira son attention. Il avait constamment surveillé l’état de santé de son clébard, et le voir aussi squelettique lui fendait l’âme. C’était son encre, sa vie, et s’il disparaissait d’une quelconque façon, il emporterait le peu d’espoir que conservait son maître. Décidé à le remplumer, Hunter se dirigea vers les lotissements qu’il avait repéré deux-trois jours auparavant. Bien heureusement, il habitait une maison à côté des autres (qu’il partageait avec un cadavre tué par ses soins, reposant à l’entrée, semblable à un tapis de bienvenue) et il n’eut donc qu’à sortir pour se diriger dans celle voisine, à la recherche de vivres pouvant remplir un peu plus l’estomac de Vicious. Et le sien, par la même occasion, même s’il jugeait sa vie nettement moins importante que cet animal. Armé de sa machette, il pousse la porte dans un grincement ; avançant de quelques pas, il donne de légers coups dans le mur, attentif aux moindres bruits. Pourtant, rien ne vient, et c’est avec assurance qu’il progresse dans la baraque, serrant les dents à chaque fois que le plancher craque sous leur poids. Arrivé dans la cuisine, Hunter se dirige vers le réfrigérateur, espérant y trouver des bouteilles - mais c’est avec une certaine tristesse qu’il n’y trouva rien. Déçu, las, il rebroussa chemin et s’immobilisa en entendant une fenêtre éclater. Serrant sa machette, le Corbeau s’éloigne encore un peu plus de la cuisine, certain que c’était le lieu qu’allait visiter en premier l’inconnu(e) ; il se cache derrière la porte de la pièce après avoir vu passer une chevelure blonde, observant cette étrangère avec curiosité. Il allait s’approcher d’elle quand il vit son canidé sous la table, tremblant et fatigué ; sans réfléchir, après avoir rangé son arme, il s’avance vers lui, s’accroupissant afin de l’atteindre et de le tirer vers lui par le collier.
« Ne bouge pas »
En effet, il ne bouge pas. Il sent la lame sur sa nuque, et lâche un soupir à fendre l’âme. La suivre ? Hunter hésitait entre l’incompréhension et le rire, optant au final pour un ricanement. Il avait jamais compris pourquoi on le soupçonnait toujours d’être de mauvaise intention - il savait qu’il ne puait pas la gentillesse à des kilomètres, mais il n’avait jamais sacrifié des enfants pour passer le temps, aux dernières nouvelles.
« J’en ai rien à carrer de toi. Je prends mon clébs et je me casse, tu veux bien ? »

_________________


don't be afraid of the dark

MY SECRET SIDE I KEEP, HID UNDER LOCK AND KEY. I KEEP IT CAGED BUT I CAN'T CONTROL IT. 'CAUSE IF I LET HIM OUT, HE'LL TEAR ME UP, BREAK ME DOWN. WHY WON'T SOMEBODY COME AND SAVE ME FROM THIS MAKE IT END ? ITS HIDING IN THE DARK, ITS TEETH ARE RAZOR SHARP. THERE'S NO ESCAPE FOR ME, IT WANTS MY SOUL, IT WANTS MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilwithin.forumactif.org/t180-foutue-realite-hunter
 

You better run. hunter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» A hunter ... a bear
» [01.07.11] Video: évolution du bounty hunter
» Monster Hunter Orage
» Hunter Cal Blaire - The right kind of wrong

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the oblivion :: rps-