AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 angels on the moon ➹ (sawyer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ en ville depuis le : 27/05/2014
✤ post-envoyés : 554
✤ pseudo/prénom : winged syrius.
✤ célébrité : candice accola.
✤ objets : son chien ₪ quelques vêtements dans un sac à dos ₪ un couteau de cuisine ₪ elle n'a plus d'arme, sa carabine ayant été volée par ses agresseurs.
✤ crédits : avatar par bombshell / signature par solosand.

✤ âge : 23 ans.
✤ humeur : Froide.


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: Aucune.
✤ nombre de rôdeurs tués: Une vingtaine, plus ou moins.
✤ relations:

MessageSujet: angels on the moon ➹ (sawyer)   Ven 26 Déc - 18:47




Ses yeux sont gonflés d'avoir trop pleuré. Assise sur le sol de la forêt, elle est totalement recroquevillée, comme une gamine qui aurait peur du noir. Des rôdeurs pourraient arriver et elle ne les entendrait même pas, tant elle est perturbée. Elle est amorphe, à demi morte. Ils sont repartis en ricanant, la laissant seule avec un souvenir qui la hantera jusqu'à la fin de ses jours, alors qu'ils auront déjà oublié cette anecdote en s'endormant ce soir. Les salops. Elle a envie de hurler, mais elle ne s'en sent même pas capable, faible, à la limite du pitoyable. Et le pire dans tout ça, c'est qu'elle s'en veut presque autant qu'elle en veut à ces salopards. Elle aurait du emmener Vadrouille avec elle, pour la protéger, pour les dissuader de lui faire du mal. Mais non... Il avait fallu qu'elle décide d'aller chasser seule, sans la moindre défense que cette arme qu'ils lui ont dérobée.

Ils lui ont tout pris, de ses chances de survies jusqu'à son envie de vivre.Et c'est lorsqu'elle a l'impression que jamais elle ne se lèvera du sol de cette forêt que l'univers lui prouve tout le contraire. Elle entend des bruits de pas, qui ont l'air de venir dans sa direction. Non, pas encore... Laissez moi donc crever... C'est tout ce à quoi elle pense en cet instant là.

Elle lève quand même la tête, jusqu'alors engouffrée dans ses bras, et c'est plus d'effort qu'elle ne se sentait capable d'accomplir. La lumière qui filtre dans la forêt lui agresse les yeux, si bien qu'elle voit flou. Elle reconnait néanmoins que face à elle se dirige une silhouette. Un homme, elle en est persuadée. Plus il avance, et plus elle croit reconnaître son agresseur. Le premier réflexe de son corps est de trembler de plus belle, apeurée qu'il abuse d'elle, à nouveau. Son deuxième réflexe la surprend totalement. Comme un automate, elle se relève d'un coup, et titube jusqu'à cet homme, ce salop, celui qui lui a volé sa liberté de dire non. Arrivé à sa hauteur, l'homme ne fait rien, certainement trop surpris par la fougue de la petite blonde. Puis elle frappe chaque parcelle de peau qu'elle arrive à atteindre, et heurte à des muscle qui la blessent, mais elle s'en fout: elle n'a plus rien à perdre, de toute façon. "Ça t'a pas suffit, une seule fois?" se met-elle à hurler. "Il t'en faut plus, espèce de gros dégueulasse?" continue t-elle, sans cesser de frapper autant qu'elle le peut. Elle veut faire mal, aussi mal que ce qu'il vient de lui infliger."Va te faire foutre! Va te faire foutre! VA TE FAIRE FOUTRE!" A la limite de la folie, elle ignore ses membres qui la blessent, elle ignore sa vision encore floue. Et, à bout de force, elle tombe à genoux, la tête baissée, attendant de nouvelles blessures et une mort certaine. "Va te faire foutre." lance t-elle tout bas, dans un dernier sanglot.

Persuadée de mourir, elle repense à avant... A sa forêt, à son coin de paradis... Si seulement elle n'avait jamais quitté la cabane de son père.

_________________
" You know, crying does not indicate that you are weak.
Since birth, it has always been a sign that you are alive. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Lun 29 Déc - 1:22

Je n'avais jamais aimé me trimbaler dans la forêt pour chasser, parce que la plupart du temps, j'y rencontrais des êtres humains au lieu des bêtes. C'étais assez perturbant de se rendre dans un endroit paisible et normalement désert pour finalement y trouver des semblables. Mais c'était ça, maintenant.
La jungle partout.

Seulement quelques écureuils autour du cou mais épuisé par la journée et le temps, je décidai de rebrousser chemin afin de trouver refuge pour la nuit qui arrivait. C'était sans compter sur ces humains qui puent le sentiment. Après quelques pas discrets, j’aperçois cette silhouette inconnue de plus en plus distinctement. Petite mais plutôt trapue au niveau des épaules, la jeune femme recroquevillée sur elle-même semblait folle de rage. Cette dernière devenait apparemment plus oppressante à mesure que je m'approchais.

Et ça éclatait, ça semblait lui foudroyer l'échine, lui glacer le corps et à la fois, lui faire bouillir le sang de ses veines. Elle frappait de toutes ses forces même si, il fallait l'avouer, mon torse en ressentait des caresses appuyées.
Mes sourcils se sont froncés, j'ai mis quelques secondes avant de réaliser. Elle pleurait. Elle pleurait comme une enfant. Et elle s’effondrait.

L'image faisait vaciller le cœur, avec son visage angélique, tel une enfant perdue. Le doux blond de ses cheveux se reflétait sur la neige du sol, la blancheur de sa peau percutait la rougeur de ses joues et du bout de son nez. Sa petite carapace, qui lui servait de torse, se soulevait à chaque sanglot. Comme un sursaut de peur. Comme un sursaut de honte. Comme un sursaut de haine.

Bien qu'intrigué, je ne pouvais réagir. Sa fureur me stupéfiait, me clouait au sol. Je la comprenais, je la sentais souffrir, je voulais la secouer et lui dire d'oublier. Mais je suis resté là.
Impuissant, à partager la douleur.

Lorsqu'elle s'est laissée tomber au sol, je n'ai pu que la suivre. J'ai posé mon index sur son menton et j'ai soulevé son visage, cherchant son regard. Cherchant la lueur. Je ne savais pourquoi, mais elle me touchait en plein coeur. Profondément.
Il était là l'espoir.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 27/05/2014
✤ post-envoyés : 554
✤ pseudo/prénom : winged syrius.
✤ célébrité : candice accola.
✤ objets : son chien ₪ quelques vêtements dans un sac à dos ₪ un couteau de cuisine ₪ elle n'a plus d'arme, sa carabine ayant été volée par ses agresseurs.
✤ crédits : avatar par bombshell / signature par solosand.

✤ âge : 23 ans.
✤ humeur : Froide.


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: Aucune.
✤ nombre de rôdeurs tués: Une vingtaine, plus ou moins.
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Lun 29 Déc - 3:03

Elle abandonne. Elle n'a plus la force de continuer à se débattre, alors baisser les bras est tout ce qu'elle parvient à faire. Ce n'est pourtant pas son genre. Mais là, c'est trop pour elle. Elle se croyait plus forte que cela. Il faut croire que non.

Et elle s'attend à ces mêmes mains baladeuses. A ces mêmes douleurs. A cette même envie de mourir. Et pourtant, rien ne vient. Tête baissée, elle ne le voit pas, mais elle l'entend, elle le sent. Il s'agenouille, capitulant lui aussi. Son toucher n'est pas du tout ce à quoi elle pensait avoir affaire. Une main vient lui soulever le visage, avec une douceur inespérée, presque une caresse. Sous ce geste, elle relève la tête, et ses yeux inondés de larmes ont du mal à bien discerner son partenaire. Elle ne comprend pas pourquoi il fait ça. Pourquoi il est si doux alors qu'il a été si violent, si répugnant. Elle a beau chercher, aucune explication ne lui vient.

Dans son trouble, elle parvient à discerner la neige. Elle a toujours aimé ça, la neige, depuis toute petite. Elle tient ça de son père, cet homme qu'elle a toujours admiré. Lorsqu'elle pense à lui, c'est comme si elle s'enfonçait volontairement un poignard en plein dans le cœur, en n'en laissant au final que des petits morceaux brisés, inertes. Elle se demande s'il serait fière d'elle, de là où il est. C'est une question qu'elle se posera toujours, un mystère qu'elle aimerait résoudre en le rejoignant, ici, maintenant. Mais la douceur de son partenaire lui fait redouter un supplice très long, trop long.  

Elle tremble, non pas à cause du froid, mais à cause de la peur qui fait tressaillir le moindre de ses muscles. La peur. C'est un sentiment qu'elle ne se croyait plus capable de ressentir, là-bas, dans sa cabane perdue au fond des bois, avec pour seuls compagnons le froid qu'elle sait surmonter et les animaux sauvages qu'elle a su apprendre à repousser, voire à dompter. Mais là, c'est la peur de l'autre, de l'inconnu, de la proximité forcée, et elle n'a pas ressenti cela depuis des années. Alors elle doit faire face à cette nouvelle sensation, et la dompter, elle aussi. Elle essuie ses larmes d'un revers de manche, même si celles-ci continuent de couler, incontrôlables. Puis elle se décide à le regarder, et tout change en une fraction de seconde. Elle scrute ses traits durs, mais beaux, qui se révèlent bien loin d'être ceux de son agresseur. Il a un air qui lui est familier, et très vite, le sentiment de l'avoir déjà vu quelque part l'envahit, comme une bouffée d'air frais après avoir suffoqué. Puis tout lui revient. Elle associe le souvenir de l'enfant qui est ancré dans sa tête à l'homme qu'il est devenu, et l'espoir revient. "S-Sawyer?" parvient-elle à articuler entre deux sanglots. C'est un appel au secours, une sorte de prière. L'écho d'une présence qu'elle croyait envolée à jamais. Son cousin depuis longtemps oublié. Son sauveur.

_________________
" You know, crying does not indicate that you are weak.
Since birth, it has always been a sign that you are alive. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Lun 29 Déc - 3:33

Ses grands yeux gris me scrutent et les minutes ne semblent pas défiler. Le temps est comme arrêté, stoppé net dans un espace temps inimaginable, où l'humanité renaît de ses cendres, où l'espoir d'un futur certain est à portée de main. Où vivre est une réalité, et la survie qu'un mauvais cauchemar. Son regard transpercerait n'importe quelle poitrine, de la plus tendre à la plus dure, de la plus frêle à la plus charnue. Elle transperce mon âme toute entière et c'est en frémissant à l'entente de mon prénom que les vieux démons refont surface.

La hantise du passé qui ronge tout être humain. Cette sensation que je n'avais plus sentie depuis trop longtemps. Et qui, après tout, ne me manquait pas. C'était bien la seule chose que j'aimais, dans ce foutu monde ; si on osait encore l'appeler de cette façon.
Je m'interdisais tout de suite de me poser des questions mais cette idée qui me dépouillait, me bouffait de l'intérieur, elle... Elle avait l'emprise sur moi. Et je ne pouvais la contrôler.

- Dégage.

Je me suis relevé d'un bond, reculant de quelques pas. Elle ne pouvait pas connaitre mon prénom sans connaitre le reste. Cette recherche perpétuelle, ces questions sans réponses, cette souffrance sans précédent, ce gouffre dans lequel je m'étais perdu. Tout était là, face à moi.
Et j'étais incapable d'agir.

Les tremblements me figeaient sur place et la folie me gagnait. La rage émergeait de mon abdomen, petit à petit, comme pour mieux ressortir et faire encore plus mal que ce qui était permit. Comme si j'avais pas assez souffert.

Nauséeux, perdu et surtout dans une agitation incontrôlable, j'attendais sa réaction.
J'étais certain d'être face à mon pire cauchemar et à en suivre mes intuitions, je virais fou. Encore plus que ce que je l'étais devenu.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 27/05/2014
✤ post-envoyés : 554
✤ pseudo/prénom : winged syrius.
✤ célébrité : candice accola.
✤ objets : son chien ₪ quelques vêtements dans un sac à dos ₪ un couteau de cuisine ₪ elle n'a plus d'arme, sa carabine ayant été volée par ses agresseurs.
✤ crédits : avatar par bombshell / signature par solosand.

✤ âge : 23 ans.
✤ humeur : Froide.


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: Aucune.
✤ nombre de rôdeurs tués: Une vingtaine, plus ou moins.
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Mer 14 Jan - 3:27

Les larmes ne semblent pas vouloir cesser, et elle s'en moque. Elle n'est pas sure de parvenir à les arrêter avant très longtemps. Mais le fait qu'il soit là, devant ses yeux, c'est une bouffée d'espoir inespéré, et elle est prête à en oublier les perles qui coulent sur ses joues rosies par le froid. Il s'agit de son cousin, Sawyer Hunton, qu'elle n'a pas revu depuis des années. Elle ne sait rien de lui, ne sait pas ce qu'il est devenu, tout comme il ne sait pas à quel point elle a changé, et qu'elle n'est plus une gamine chiante et superficielle. Aujourd'hui, c'est une femme qui a su s'éloigner de toutes ces choses futiles pour s'approcher de sa vraie nature. Pourtant elle se retrouve brisée par une mauvaise rencontre, par un rapport forcé qui la hantera à jamais. Tout ce qu'elle veut, c'est qu'il la reconnaisse; qu'il prononce son prénom, elle qui pensait ne plus jamais revoir un jour un visage familier. Pourtant, ses souhaits sont bien loin d'être exaucés."Dégage." lui lance t-il froidement, en se relevant, la surplombant de tout son mépris. Elle n'ose même plus bouger, choquée par cette réaction. Se serait-elle trompée? Non, certainement pas.

Ce qu'elle lit dans ses yeux est le pire de tout. C'est de la rage qu'elle y descelle, une véritable rage qui bouillit en lui, prête à exploser. Tremblante de la tête au pieds, elle se lève à son tour. Elle se dégoûte... Elle n'a plus l'air que d'une proie, l'une de ses bêtes sans défense qu'elle a chassé pendant des années de sa vie. Elle n'a pas l'intention de se laisser faire, pas par un homme, pas une nouvelle fois. Mais avec lui, c'est si différent... C'est son sang, sa chair, sa famille. Il ne pourra pas lui faire de mal. "Mais... C'est moi." se défend-elle tant bien que mal, d'une voix vacillante. S'il partait sans la reconnaître, elle ne sait pas comment elle pourrait survivre. Ces quelques secondes d'espoir ne peuvent pas être effacées, elle ne le veut pas, surtout pas! "Charlie." souffle t-elle, pleine d'espoir de le convaincre. Elle rompt la distance qu'il a mit entre eux par quelques pas, et, comme possédée, son corps finit par parler à sa place. Elle attaque le front de son cousin d'une pichenette, toute douce. La dernière fois qu'elle a fait ce geste, c'était pour lui dire au revoir, lorsque les deux soeurs qui étaient leur mère s'étaient déchirées. Sachant qu'ils ne se reverraient certainement plus, ils n'avaient rien su se dire, et ayant prétendu se détester pendant si longtemps, un seul petit geste a été échangé, ce geste-ci, enfantin. Elle ne sait pas pourquoi elle fait cela, mais elle a presque l'impression que c'est sa dernière chance qu'il se souvienne... A moins qu'il n'ait perdu la mémoire; ou que ce soit elle qui ait sombré dans la folie.

_________________
" You know, crying does not indicate that you are weak.
Since birth, it has always been a sign that you are alive. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Dim 15 Mar - 22:15

Charlie. Une cousine presque oubliée par le temps ; et surtout par les histoires de grands comme on dit, celles qui déchirent les enfances et qui ne font naître que regret et haine à l'âge adulte. Mais bien que lointain, le souvenir de ce petit coup sur le front m'octroyait une sensation semblable à un lavage de cerveau.
En une fraction de secondes, son visage rond et pâle me revenait. Du haut de ses huit ans, elle avait déjà un fort caractère qui avait don de me rendre chèvre. Mais les adultes disaient qu'elle était petite et qu'il fallait être gentil. Tu parles, qu'est-ce que j'en avais à foutre à douze ans. C'était la petite Charlie, encore vivante après tout ce temps.
Je n'aurais pourtant pas donné cher de sa peau.

Après notre dernière rencontre, il y a de ça plus de dix ans, beaucoup de choses se sont passées. J'étais presque quasiment certain qu'elle était au courant de tout et que ses incroyables parents s'étaient empressés de lui dire qu'il ne fallait surtout pas suivre mon chemin.
Maman est morte quelque mois après la dispute entre sa sœur et elle. Le genre de maladie au nom incompréhensible mais quand même foudroyante. Du gâchis. Tout est allé très vite ensuite. Papa buvait, est devenu violent et moi, je suis juste suis devenu l'adolescent petit con de base. Puis l'armée et le retour à une vie droite.

C'est cette peur que j'avais qu'elle sache tout, jusqu'à la fin, qui m'avait fait bondir loin d'elle. Loin du souvenir de ma mère, du souvenir de la cousine insupportable qu'on fini par trimbaler partout par la suite, normalement. Loin de ce que j'étais et de ce que je redevenais à mesure que j'enchaînais les bouteilles.
Mais elle était si fragile. Et elle semble toujours l'être.

Je ne peux m'empêcher de pouffer discrètement, quand je la vois se mettre sur la pointe des pieds pour que ses doigts atteignent mon front. Instinctivement, je mordille ma lèvre inférieure et souffle longuement par les nez, baissant les yeux.
Je me sens tellement con. Dégueulasse et irrespectueux. Elle est là, toute frêle et sans défense. Elle a l'air déboussolée et la seule chose à laquelle je pense, c'est ma petite personne.
Mais quelle enflure je suis. Jusqu'à la moelle.
J'attrape fébrilement sa main et la serre doucement. Doucement, mais assez fermement pour l'empêcher de trembler. Et je repose ma tête contre son front. Ça semble irréel, presque trop beau. Tout est calme autour, seul le vent fait voler ses cheveux qui chatouillent ma nuque et qui se glissent contre son visage. Je les glisse derrière son oreille et fronce les sourcils, lâchant sa main. Et j'attrape ses épaules, avec assez de poigne pour la secouer légèrement.

Tout s'explique. Ses paroles me reviennent comme un douloureux refrain d'une chanson qu'on aimait mais qu'on a trop écouté.
"Il t'en faut plus, espèce de gros dégueulasse?"
Et c'est tout son monde qui s'écroulait alors que je la repoussais. Ces retrouvailles deviennent encore plus amères, elles me donnent un goût de réalité qui file la nausée.
Légèrement tremblant, je plante mes yeux dans les siens encore larmoyants et en serrant les dents, j'articule difficilement :

- Qui? Qui t'a fait ça Charlie?

La haine s'est emparée de moi. Quand bien même la famille n'est pour moi qu'un mot sans sens désormais, je suis incapable d'accepter qu'on souille une femme. D'autant plus depuis... L'épisode. Si on peut l'appeler comme ça. Comment des hommes dignes de ce nom pourraient avoir le temps de penser à violer - parce que c'était le mot - dans un contexte pareil ? Penser à violer tout court, de toute façon. Mon cerveau bouillonnait et je ne lui donnais pas long pour exploser.
C'était répugnant. Et ça me flanquait un haut le cœur.

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 27/05/2014
✤ post-envoyés : 554
✤ pseudo/prénom : winged syrius.
✤ célébrité : candice accola.
✤ objets : son chien ₪ quelques vêtements dans un sac à dos ₪ un couteau de cuisine ₪ elle n'a plus d'arme, sa carabine ayant été volée par ses agresseurs.
✤ crédits : avatar par bombshell / signature par solosand.

✤ âge : 23 ans.
✤ humeur : Froide.


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: Aucune.
✤ nombre de rôdeurs tués: Une vingtaine, plus ou moins.
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Dim 22 Mar - 15:04

Il est là, pour de vrai. Elle a tellement de mal à y croire, qu'elle se pense en pleine hallucination. Pourtant, lorsqu'il pose sa tête contre son front, elle le sent; ce n'est pas une création de son esprit perturbé, c'est bien son cousin en chair et en os. Pendant un bref instant, elle ressent une once de soulagement traverser son corps frêle. Elle a l'impression que s'il reste auprès d'elle, avec ses gros bras et son air invincible, tout redeviendra comme avant. Malheureusement, c'est impossible. Elle aimerait bien se dire qu'elle n'a besoin d'aucun homme pour survivre dans ce monde, et c'est presque le cas; face aux rôdeurs, elle sait se débrouiller. C'est contre les êtres humains qu'elle est impuissante; face à ces salops qui ne pensent plus qu'à eux et à leurs propres besoins. Certains tueraient leur propre mère si cela signifiait qu'ils pourraient vivre quelques mois de plus.

Il la sort de ses sombres pensées en prenant sa main, assez fort pour faire cesser ses tremblements indésirables, mais pas trop pour ne pas lui faire de mal.  Puis, il semble avoir une révélation, comme s'il venait de résoudre une énigme qui le hantait depuis longtemps. Son regard change: il a l'air horrifié. Il attrape Charlie par les épaules et la secoue, comme si ce geste allait la faire parler, allait la faire tout avouer. Il la regarde d'une manière tellement puissante qu'elle a l'impression de se faire transpercer le coeur par des milliers de petits couteaux.

"Qui? Qui t'a fait ça Charlie?" finit-il par lui demander. Il a donc compris... Elle aurait préféré qu'il ne sache pas, pour dire la vérité. Mais c'est trop tard à présent, et il lui demande des explications. Elle met un temps fou à ouvrir la bouche. Puis elle la referme de nouveau. Aucun son ne sort de ses cordes vocales. Elle sent de nouvelles larmes lui monter aux yeux, mais elle lutte pour les empêcher de couler. Et malgré la pression de son cousin sur ses épaules, elle tremble de plus belle, comme elle a tremblé pendant qu'un salopard profitait d'elle.

Elle n'a rien envie de lui dire, mais elle finit par juger qu'il a le droit de savoir. Mais le regard de Sawyer est trop intimident, elle n'arrive pas à le soutenir. Alors elle s'échappe de sa douche emprise et elle lui tourne le dos. Elle plonge ses yeux dans le calme de la forêt, un endroit qu'elle a toujours tellement aimé... Aujourd'hui, ce lieu est souillé à jamais par un souvenir bien trop insupportable... Elle croise ses bras sous sa poitrine, comme si ce simple geste allait la rendre plus forte et l'empêcher de tomber et de ne plus se relever...

Puis elle se décide enfin à parler. "Je-... J'en sais rien. Ils étaient deux et j'ai rien pu faire." Elle s'arrête un instant. Les mots coulent sans qu'elle y réfléchisse. "Y'en a un qui..." qui m'a violé. Ces quelques mots ne parviennent pas à sortir de sa bouche, alors elle les ravale. Il comprendra bien, de toute façon. Elle prend une grande inspiration, et les phrases qui suivent, elle les dit d'une voix tremblante, comme si c'était encore pire que tout. "Et l'autre est juste resté planté là. Sans même m'aider." Il n'a pas bougé, il n'a rien fait pour empêcher son acolyte de commettre l’irréparable. Et il y a ce mot qui résonne dans sa tête... "Princesse". Sans arrêt. Comme une incantation. Ça lui donne envie de vomir."J'ai rien pu faire..." s'excuse t-elle, non pas auprès de Sawyer, mais auprès d'elle même. Elle s'en veut de ne pas s'être plus débattue, de ne pas avoir fait honneur à la femme qu'elle est, cette femme, qui, depuis des années et des années n'a plus eu peut de qui que ce soit ou de quoi que ce soit. Aujourd'hui, elle a peur... Peur d'avoir de nouveau peur, sans cesse.

_________________
" You know, crying does not indicate that you are weak.
Since birth, it has always been a sign that you are alive. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Like a wolf in the sheepfold
✤ en ville depuis le : 21/07/2014
✤ post-envoyés : 631
✤ pseudo/prénom : Hirpini / Bertille
✤ célébrité : Tyler Hoechlin
✤ objets : + L'alliance de ma femme autour du cou et une plaque militaire avec mes initiales
Sac à dos:
 


A la ceinture:
 

✤ crédits : Avatar : didoum / Sign : tumblr

✤ âge : vingt huit ans
✤ statut : veuf
✤ humeur : here I am without you, I feel so lost but what can I do?


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: un paquet, mon ami
✤ nombre de rôdeurs tués: quelle importance ?
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Jeu 26 Mar - 23:48

Je n’avais plus l’habitude de cette proximité, d’autant plus avec une femme… Mais, là, devant mon propre souvenir, je ne pouvais m’empêcher de flancher. J’étais incapable de faire autrement maintenant, je m’étais embarqué dans une nouvelle quête. Une nouvelle rage juste enfouie au plus profond de mon cœur, qui menaçait de refaire surface à tout moment. J’allais la venger.

Charlie semblait à la fois apeuré et rassurée mais, moi-même, à cet instant précis, j’étais dans l’incapacité de traduire en mots tout ce qui traversait mon corps, me transperçant du bout des pieds jusqu’au sommet du crâne.
Elle reste silencieuse pendant un instant qui paraît à la fois trop long et nécessaire, elle ne semble pas prête à en parler mais est pourtant décidée.

Puis, elle se détache de l’étreinte tendre et protectrice que je lui octroyais. Je me laisse tomber sur le sol, baissant les épaules, baissant la tête en massant machinalement ma nuque. Je n’arrive pas à distinguer la honte et l’éloignement. Pour moi, à cet instant précis, ils ne font qu’un. Parce que je ne suis qu’un homme de plus pour elle et que je l’ai préalablement rejeté. Le trou béant de mon cœur qui se creuse un peu plus, qu’elle inonde purement de regrets.

Lâche.

Elle parle enfin. Des sanglots la secouent, mais je sais bien qu’elle retient ses larmes. Qu’elle veut être forte, ou au moins le paraître. Instinctivement, mon visage s’illumine et je relève les yeux, fixant la blondeur perçante de ses cheveux.
Recroquevillée sur elle-même, la voix peu assurée, quelque peu tremblante… Je revois la Charlie d’il y a des années. La gosse un peu trop chiante.
Je ne peux empêcher un sourire, étouffé par mes dents qui punissent la chair de mes lèvres d’avoir pu voir du bon à cet instant même. Dans ce foutu merdier duquel on ne ressort pas.


Elle explique brièvement mais assez explicitement ce qu’il s’est passé et je ne peux empêcher mes poings de se serrer, mes phalanges se couvrant du blanc causé par la force du geste.
Mes dents grincent, mes yeux font des vas et viens de gauche à droite comme si je virais dingue et qu’il ne me restait que quelques minutes avant de perdre la raison.

Mais je reste muet, j’écoute. Je fais de mon mieux pour garder mon calme mais ne peut calmer ma respiration qui se fait haletante, m’obligeant à souffler durement par la bouche, quelques filets de bave couvrant sa surface. J’essuie cette dernière d’un revers de manche et approche d’environ quelques centimètres.
Elle finit par s’expliquer sur le pourquoi du comment elle n’a pas bougé, mais je comprends bien qu’elle ne le fait pas pour moi. Elle le fait pour elle, pour sa fierté ; pour la femme indépendante qu’elle semble être devenue et qui a été souillée, autant que son corps.

Je n’ose plus l’encercler de mes bras. Je ne veux pas la brusquer, je ne veux pas lui faire peur. Je ne veux pas être celui que j’étais non plus, je ne veux plus. C’est strictement parce que j’étais cette personnes là qu’elles sont mortes et maintenant qu’elle est là, Charlie – ce bout de famille qui m’aurait paru sans intérêt quelques années auparavant, je ne veux pas la perdre. Alors j’ouvre la bouche pour essayer de lui dire quelque chose.
J’aimerais trouver les mots juste, ça oui. Mais un homme qui n’a pas suivi ses sentiments depuis bientôt une année ne sait comment s’y prendre. Alors ma bouche reste ouverte, quelques secondes et je finis simplement par soupirer.
Aucun mot ne pourra lui rendre ce qu’ils ont pris.

Je voudrais lui dire que je suis là, maintenant, mais tout ceci paraît plus difficile une fois à l’esprit. Je me redresse un peu, la surplombant largement et aperçoit mon ombre au-dessus de la sienne. Je prends à nouveau une grande inspiration, prêt à lui dire. Prêt à tenter de la sauver.

C’était sans compter sur la tranquillité, en ces jours. Mon regard se remplie de froideur lorsque je distingue, en face de mon ombre, une autre silhouette. Bancale, le pas peu assuré, mais tout de même rapide.
‘’Essaye de pas être lâche et absent, cette fois. Connard.’’

_________________
I'm a freak, I don't trust anyone.

''Hearts can break. Yes, hearts can break.
Sometimes I think it would be better
if we died when they did, but we don't.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✤ en ville depuis le : 27/05/2014
✤ post-envoyés : 554
✤ pseudo/prénom : winged syrius.
✤ célébrité : candice accola.
✤ objets : son chien ₪ quelques vêtements dans un sac à dos ₪ un couteau de cuisine ₪ elle n'a plus d'arme, sa carabine ayant été volée par ses agresseurs.
✤ crédits : avatar par bombshell / signature par solosand.

✤ âge : 23 ans.
✤ humeur : Froide.


don't look back
✤ nombre de personnes tuées: Aucune.
✤ nombre de rôdeurs tués: Une vingtaine, plus ou moins.
✤ relations:

MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   Sam 28 Mar - 12:25

Le dos tourné, c'est tellement plus facile d'avouer tout ce qu'elle a sur le coeur. Parler, c'est pas son truc, pourtant il fallait que ça sorte. Il fallait que quelqu'un le sache, le fardeau était bien trop lourd à porter. Sa plus grande fierté, c'est de parvenir à retenir ses larmes. Elle veut plus être une gamine. Elle veut plus être cette prom queen écervelée, qui chialait pour obtenir tout ce dont elle avait envie. Elle veut effacer le passé, et pourtant, il était tellement plus simple... Elle n'avait qu'à s'occuper de sa coiffure, au lieu d'aller chasser pour survivre; elle ne faisait que draguer, tandis qu'à présent elle enfonce un pauvre couteau suisse dans le crâne de morts-vivants. L'ancienne Charlie n'aurait pas survécu deux jours dans ce merdier. Mais l'ancienne Charlie est morte, alors tout revient presque au même.

Se rend-il seulement compte de la femme qu'il a devant les yeux? Elle a l'impression d'être une putain de tornade qui emporte tout sur son passage. Elle sait pas s'il se rend compte de tout le chemin qu'elle a fait, toutes ces fois où elle s'est battue contre ses vieux démons pour parvenir à devenir une femme meilleur, pour son père, mais surtout et avant tout pour elle-même. Il n'en sait rien de tout ça. Personne n'en saura jamais rien. Parce qu'elle a l'impression qu'elle ne s'ouvrira plus jamais à qui que ce soit. Pas à lui,  ni à qui que ce soit d'autre, comme si elle devenait au fil du temps une coquille vide, amorphe. Lorsqu'elle lève ses yeux qui font tout leur possible pour retenir les larmes qui luttent pour couler, elle aperçoit au loin un rôdeur, qui arrive de sa démarche boiteuse et lente. Elle redresse le dos, comme pour se préparer à l'affrontement, et chasse toute envie de pleurer pour de bon. Son état d'esprit change du tout au tout, elle se renferme, comme si elle mettait une porte blindée entre l'extérieur et son âme. Elle s'est faite violer? Soit. Elle retrouvera c'est deux enfants de pute et leur logera une balle en plein dans le crâne, si c'est ce qu'il leur faut pour qu'ils ne blessent plus jamais une autre femme. Elle se battra. Car la survie est primordiale.

Le dos toujours tourné, Charlie secoue son coup de droite à gauche, récoltant des craquements désagréables à l'oreille. "Tu sais qu'j'suis au courant de tout ça depuis seulement trois mois?" dit-elle, comme si elle parlait de la pluie et du beau temps. Son ton n'est plus tremblant, il est assuré, mais tellement froid. Elle fait craquer ses doigts, une vilaine habitude écopée de son père, depuis toute petite."Avant j'étais... Loin. En sécurité. Seule." Une époque bien révolue. Elle n'aurait jamais du s'aventurer à Juneau, et aurait bien fait de rester dans sa p'tite cabane perdue. Elle sort son couteau suisse de sa poche arrière, s'apprêtant à tuer. Elle sait que Sawyer est derrière elle, et qu'il veut faire de sa présence une sorte de réconfort, un appui solide pour elle. Et ça l'aide, bien plus qu'elle n'oserait l'avouer. Mais ce rôdeur est pour elle. Elle a besoin de se défouler. Elle marche alors dans sa direction, n'attendant pas qu'il les surprenne. Arrivée à sa hauteur, et tandis qu'il tend les bras pour l'attraper et la bouffer, elle balance un grand coup de pieds dans ses tibias, le faisant tomber au sol. Elle s'agenouille pour lui enfoncer son couteau dans le crâne. Mais son petit couteau suisse ne fait pas l'affaire, et ne semble pas atteindre le cerveau du macchabée, qui se débat de plus belle. Elle sent Sawyer perdre patience derrière elle, mais elle parvient à se relever, et en tant que dernière alternative, elle assène aux rôdeurs des coups de pieds, encore et encore, piétinant sa tête jusqu'à ce que cède la peau en décomposition, et jusqu'à ce que la cervelle soit réduite en bouillie. Elle doit avoir l'air d'une folle. "Quel monde à la con." souffle t-elle en s'agenouillant près du cadavre, partagée entre l'envie de partir dans un fou-rire, ou de hurler sa rage...


_________________
" You know, crying does not indicate that you are weak.
Since birth, it has always been a sign that you are alive. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: angels on the moon ➹ (sawyer)   

Revenir en haut Aller en bas
 

angels on the moon ➹ (sawyer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the survival :: the forest-